Covid : le port du masque obligatoire dans les lieux publics clos “à l’étude”

Dans une tribune publiée dans le Parisien le 11 juillet 2020, 14 médecins appellent à rendre obligatoire le “port du masque dans les espaces publics clos” pour éviter une seconde vague de COVID-19. Le nouveau premier ministre Jean Castex a reconnu que le projet était à l’étude.
Covid : le port du masque obligatoire dans les lieux publics clos “à l’étude”Adobe Stock

Le coronavirus ne prend pas de vacances. Il est toujours bien présent sur le sol français. Pour lutter contre une résurgence du COVID-19, des médecins appellent dans une tribune publiée dans les pages du Parisien du 11 juillet à rendre obligatoire le port du masque dans les "espaces publics clos".

Port du masque obligatoire : un texte signé par 14 médecins

Dans un texte écrit par Antoine Pelissolo, professeur en psychiatrie, et Jimmy Mohamed, médecin généraliste et chroniqueur sur Europe 1 et signé également par 12 autres de leurs collègues, les professionnels de la santé tirent la sonnette d’alarme.

"Il serait vraiment très regrettable de ne pas utiliser ces moyens efficaces et accessibles" pour lutter contre la pandémie "que sont : le port du masque obligatoire dans tous les lieux publics clos, la distanciation physique autant que possible et le lavage des mains", insistent-ils. Ils ajoutent que des "signaux faibles [qui] commencent à apparaître et doivent nous alerter sur un possible redémarrage massif des transmissions".

Les professionnels de la santé qui travaillent régulièrement avec des masques, reconnaissent que cette arme peut être "inconfortable". Toutefois plus de 6 mois après l’apparition du virus, il n’y a plus de doute désormais que cette protection est une “condition importante pour limiter la diffusion du virus” si “tout le monde le porte” et que “nous avons aujourd’hui les stocks nécessaires”.

Ils mettent en garde les Français "pour nous tous, la tentation est grande et compréhensible de reprendre une vie normale, d’oublier le virus, de profiter de l’été, des plages, des soirées entre amis et de la proximité retrouvée. Malheureusement le virus, lui, ne nous oublie pas".

Le développement du port du masque est à l’étude

Au lendemain de la parution de la tribune des 14 médecins, le Premier ministre Jean Castex a reconnu envisager une telle possibilité. Lors d’un déplacement en Guyane, le nouveau résident de Matignon a expliqué "la question de développer l'usage et le port du masque est bien à l'étude, en particulier, cela surtout concernerait prioritairement tous les lieux, quels qu'ils soient, clos". L’État envisage cette possibilité car "la circulation du virus se constate d’autant plus que les lieux sont fermés".


Le Premier ministre a toutefois rappelé que la réglementation actuellement rendait déjà obligatoire le port du masque dans certains espaces clos comme les transports publics.

Ces déclarations interviennent alors que les exemples de relâchement se font de plus en plus fréquents. À Nice, un concert du DJ The Avener a réuni une foule compacte de 5 000 personnes sur le quai des États-Unis et la promenade des Anglais majoritairement sans masque et ne respectant pas la distanciation sociale. Face à la polémique, le maire de la ville, Christian Estrosi veut désormais imposer le port du masque dans les événements de sa municipalité.



Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.