Le point épidémiologique du 14 janvier 2021 de Santé Publique France révélait que le variant britannique de la covid-19 représentait actuellement 1% à 2% des cas de COVID-19 actuellement diagnostiqués en France. Sa propagation très rapide inquiète. Au vu des chiffres recueillis, cette nouvelle souche - baptisée Variant Voc 202012/01 - pourrait dominer dans l’Hexagone "entre fin février et mi-mars", selon les prévisions de l'Inserm. Pour tenter de freiner son avancée, de nouvelles recommandations ont été émises par le Haut conseil de la santé publique (HCSP).

Variant Voc 202012/01 : les masques à privilégier

Depuis plusieurs mois, les masques font partie des meilleurs outils pour lutter contre la covid-19. Avec la mutation britannique, cela reste vrai. Toutefois, il faudra être encore plus vigilant sur lors du choix, selon le HCSP. Didier Lepelletier, médecin hygiéniste et coprésident du groupe de travail Covid-19 du HCSP, a expliqué qu’il était préférable de "porter un masque en tissu réutilisable de catégorie 1, plutôt que des masques de catégorie 2 qui filtrent un petit peu moins bien, voire des masques fabriqués de manière artisanale où là il n'y a aucun contrôle sur leur performance qui est réalisé".

Selon les normes établies de l’Afnor (Association française de normalisation), les produits obtiennent la classification "catégorie 1" lorsqu’ils parviennent à filtrer de 90% des particules. Les masques de catégorie 2 ont une capacité de filtration de 70% pour leur part. Le spécialiste ajoute : “les masques en tissu de catégorie 1, fournis par les industriels, validés par la direction générale des armées, en termes de performance, sont aussi efficaces que les masques chirurgicaux".

Par contre, se tourner vers des masques FFP2 Grand Public, filtrant au moins 94% des particules, n’est pas forcément une bonne chose selon lui, car “on ne pourra pas contrôler" qu'ils sont "bien portés" et "adaptés à la morphologie du visage".

Encore un peu plus de distanciation

Depuis l’arrivée du coronavirus, nous sommes appelés à garder une bonne distance avec les personnes qui nous entourent. Elle risque de devenir encore plus grande. "À l'occasion des avis du mois de décembre sur les commerces ou sur les fêtes de fin d'année, on est effectivement passé à ces 2 mètres. La pénétration des nouveaux variants (...) est peut-être l'occasion d'officialiser ces 2 mètres", a estimé Didier Lepelletier sur BFM TV.

Toutefois, les recommandations du groupe de travail Haut conseil de la santé publique qui vont être transmises au ministère de la Santé, ne sont pas encore entrées en vigueur. Il s’agit d’un avis que le gouvernement peut suivre ou non.

De son côté, face à la problématique des variants, le Comité d’urgence de l’OMS a appelé à “une intensification du séquençage génomique” et du “partage des données au niveau mondial, ainsi qu’à un renforcement de la collaboration scientifique sur les inconnues critiques qui subsistent concernant le virus”.

Participez à notre grand jeu de l'été Hedony et tentez de gagner jusqu'à 100 000 € de lots ! Cliquez ici pour participer >

Sources

Variant britannique du Covid-19 : certains masques en tissu à éviter, la catégorie 1 à privilégier, Sud-Ouest, 19 janvier 2021

Conseils du Comité d’urgence sur la COVID-19 à propos des variants et des vaccins, OMS, 15 janvier 2021

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.