Coup dur pour AstraZeneca. Un nouveau décès pourrait amplifier les craintes des personnes méfiantes envers ce vaccin anti-covid-19. En effet, une Toulousaine, âgée de 38 ans, a succombé à une thrombose, lundi dernier, deux semaines après sa première injection du vaccin britannique. Selon le site Actu Toulouse qui a dévoilé l’information, la défunte ne souffrait d’aucune pathologie connue.

Les problèmes de santé de cette assistante sociale dans un Institut médico-éducatif (IME) l’ont conduite à être hospitalisée au CHU de Perpignan. Pour tenter de la sauver, ses médecins l’avaient plongée dans le coma. Malheureusement leurs efforts se sont révélés vains.

AstraZeneca : un début de campagne de vaccination cauchemardesque

Le vaccin d'AstraZeneca, renommé depuis hier VaxZevria, soulève de nombreux doutes dans le monde. Sa distribution avait été suspendue par "principe de précaution" dans une quinzaine de pays européens dont la France, à la mi-mars après plusieurs cas alertant de thromboses chez les personnes ayant reçu ce produit.

L'Hexagone a également des cas suspicieux sur son sol. En plus du décès de la Toulousaine, deux autres morts font l’objet d’une enquête par les autorités sanitaires. Un savoyard de 63 ans a perdu la vie le 17 mars, 10 jours après avoir eu une dose. Il a succombé après plusieurs thromboses. Un étudiant nantais de 24 ans a été retrouvé mort à son domicile le 18 mars, vraisemblablement après avoir souffert de la même pathologie.


Un vaccin jugé fiable par l'ANSM

Dans son dernier rapport, l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) indique qu’au 18 mars, 1,43 million de personnes ont été vaccinées par le produit britannique. Seuls 5693 cas d’effets indésirables ont été constatés dans les jours qui ont suivi l’injection. L’agence relève cependant un "risque rare de thrombose" dans certains cas, en comptabilisant moins d’une trentaine. L’ANSM explique : "la balance bénéfice/risque est positive de la vaccination avec AstraZeneca dans la prévention de la Covid-19".

Le produit est désormais prescrit aux Français âgés d’au moins 55 ans. La vaccination demeure toujours le meilleur moyen de se protéger contre la Covid-19.

Une couverture vaccinale qui avance

Le ministère de la Santé, dans son rapport du 30 mars, indique que plus de 11 millions d’injections ont été réalisées en France à ce jour, dont près de 2,8 millions de secondes injections (5,3%). Les individus prioritaires à la vaccination sont les résidents en EHPAD, les personnes âgées de 70 ans et plus ou bien les personnes âgées de 50 à 74 ans qui présentent des comorbidités, les personnes handicapées ainsi que les professions au contact de malades comme les professionnels de santé, les pompiers, le personnel des EHPAD ou encore les aides à domiciles.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.