Pour freiner la 5ᵉ vague de l’épidémie de la covid-19 qui se profile en France, Emmanuel Macron a une nouvelle fois incité les Français à se faire vacciner contre le coronavirus dans son allocution du 9 novembre. "Une personne vaccinée a onze fois moins de chances de se retrouver à l'hôpital en soins critiques. Face au regain de l'épidémie, les plus vulnérables sont nos aînés. Toutes les études montrent que 6 mois après le vaccin, l'immunité diminue. La solution est l'injection d 'une dose supplémentaire, ce qu'on appelle le rappel", rappelle le président de la République.

Il a par ailleurs annoncé que la validité du pass sanitaire pour les plus de 65 ans sera soumise à la réalisation d’une nouvelle injection à partir du 15 décembre. De plus, la campagne de rappel s'adressera également aux personnes de 50 à 64 ans à compter de début décembre.

Covid-19 : quel vaccin pour le rappel ?

"Les rappels vaccinaux sont effectués uniquement avec un vaccin à ARNm (Pfizer-BioNTech ou Moderna), quel que soit le vaccin utilisé précédemment", précise le ministère de la Santé sur son site Internet. Ainsi les personnes ayant eu des injections AstraZeneca ou Janssen auparavant, auront un rappel avec Pfizer ou Moderna. Plusieurs études dont une française (Hospices civiles de Lyon (HCL), CHU de Saint-Etienne) ont démontré que le mélange de doses n’était pas néfaste. Les volontaires ayant eu un cocktail vaccinal semblaient même mieux protéger. "Les chercheurs et chercheuses ont relevé une protection environ deux fois plus importante vis-à-vis de l’infection, dans le groupe ayant reçu la combinaison AstraZeneca/Pfizer" assurent les scientifiques de HCL dans la revue Nature.

Toutefois, il est fort probable que les personnes de moins de 30 ans puissent uniquement recevoir des doses Pfizer. En effet, la Haute Autorité de Santé (HAS) dont les avis sont généralement suivis par le gouvernement "recommande, pour la population âgée de moins de 30 ans et dès lors qu'il est disponible, le recours au vaccin Pfizer qu'il s'agisse de primo vaccination ou du rappel". L’institution a pris cette position après avoir reçu les résultats de l’étude Epi-Phare, qui associe l'Assurance maladie (Cnam) et l'Agence du médicament (ANSM). Elle met en lumière un risque accru de myocardite chez les jeunes ayant reçu Moderna.

Si la HAS déconseille le vaccin américain pour les jeunes, elle recommande "l'administration d'une dose de rappel en demi-dose chez les sujets âgés de plus de 30 ans". Son efficacité "semble légèrement meilleure" chez cette population précise l'organisation de santé.

Quand faire le rappel pour ne pas perdre son pass vaccinal ?

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a précisé les conditions d’extension du pass sanitaire pour les plus de 65 ans au micro de France Info, le 10 novembre 2021.

"Ce qu'on dit, c'est qu'à partir du 15 décembre, pour ceux qui auront plus de 65 ans et qui auront eu leur schéma vaccinal complet depuis six mois et cinq semaines, leur pass sanitaire se désactivera s'ils ne font pas leur dose de rappel".

Si à la mi-décembre, votre seconde dose date de moins de 6 mois, votre pass restera valide. La désactivation ne sera pas automatique au 15 décembre, mais bien au terme des six mois et cinq semaines à compter de la date d'injection de la deuxième dose.

Ainsi si vous avez reçu votre seconde dose le 1ᵉʳ juillet 2021, vous aurez 5 semaines pour réaliser votre rappel à compter du 1ᵉʳ janvier 2022, sans quoi le pass sanitaire ne sera plus valide.

Rappel vaccin anti-covid : pour qui ?

Le ministère de la Santé a détaillé sur son site les personnes concernées par la dose de rappel en ce début de nouvelle campagne vaccinale.

  • 6 mois après la dernière injection du schéma initial sont :
    • Les résidents des EHPAD, des USLD et des résidences autonomie ;
    • Les personnes de plus de 65 ans vivant à domicile ;
    • Les personnes à très haut risque de forme grave ;
    • Les personnes atteintes de comorbidité(s) ;
    • Les personnes sévèrement immunodéprimées. À noter que pour cette catégorie, l’administration de la dose de rappel peut être réalisée dans un délai inférieur à 6 mois (mais d’au moins 3 mois), dès lors qu’il est jugé par l’équipe médicale qu’elle permettrait d’améliorer la réponse immunitaire.
    • Les professionnels de santé ;
    • L’ensemble des salariés du secteur de la santé et du secteur médico-social ;
    • Les aides à domicile intervenant auprès de personnes vulnérables ;
    • Les professionnels du transport sanitaire, ainsi que les pompiers ;
    • Les personnes de l’entourage des immunodéprimés, uniquement chez les adultes âgés de plus de 18 ans.
  • 4 semaines après la dernière injection du schéma initial sont :
    • Les personnes ayant reçu le vaccin Janssen.

> De plus en plus de femmes renoncent à la chirurgie esthétique et utilisent cette pilule à la place.

Sources

https://solidarites-sante.gouv.fr/grands-dossiers/vaccin-covid-19/je-suis-un-particulier/dose-de-rappel-covid19

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/pass-sanitaire/video-les-plus-de-65-ans-vaccines-depuis-six-mois-ont-cinq-semaines-pour-faire-leur-rappel-ou-leur-pass-sanitaire-se-desactivera-previent-gabriel-attal_4839575.html

https://www.has-sante.fr/jcms/p_3297315/fr/strategie-de-vaccination-contre-la-covid-19-place-du-vaccin-a-arnm-spikevax

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.