Reanimation : 13 departements ou la troisieme vague de Covid-19 bat des records

La France enregistre à ce jour 4 974 patients Covid en réanimation, d'après les dernières données de Santé Publique France. Selon les épidémiologiques, le pic de l'automne dernier vient d'être dépassé.

En comptant les malades du Covid et les autres, près de 9 lits de réanimation sur 10 (6 833 sur 7 665 à la date du 26 mars) sont actuellement occupés en France, selon d’autres chiffres communiqués par le ministère de la Santé. Face à cette troisième vague qui nous touche de plein fouet, 41 médecins réanimateurs et urgentistes ont lancé un message d'alerte via le J ournal Du Dimanche (JDD) concernant la dégradation de la situation sanitaire.

"Dans les quinze prochains jours, les contaminations ayant déjà eu lieu, nous avons une quasi-certitude sur le nombre de lits de soins critiques qui seront nécessaires et nous savons d'ores et déjà que nos capacités de prise en charge seront dépassées au terme de cette période, préviennent les médecins. Dans cette situation de médecine de catastrophe [...] nous serons contraints de faire un tri des patients afin de sauver le plus de vies possibles. Ce tri concernera tous les patients, Covid et non Covid, en particulier pour l'accès des patients adultes aux soins critiques".

En effet, dans certains départements, les services de réanimation sont actuellement au bord de la rupture. On les passe en revue dans notre diaporama.

Réanimation : le tri des patients est une pratique courante

"Il faut savoir que la sélection des patients a toujours existé dans les services de réanimation, même en dehors des périodes d’épidémie", nous expliquait le Dr Anne Geffroy-Wernet, médecin anesthésiste-réanimateur et présidente du Syndicat National des Praticiens Hospitaliers Anesthésistes Réanimateur Elargi (SNPHARE), lors du premier confinement en avril 2020.

Pour certains malades, les médecins sauraient d’emblée que les envoyer en réanimation ne les aidera pas. 

"Il s'agit de sélection positive, dans l'intérêt du patient. Ainsi, "un jeune de 20 ans qui a des chances de survie minimes après un grave accident de moto a beaucoup à gagner en réanimation s'il s'en sort. À l'inverse, un patient de 110 ans avec un cancer métastasé et une démence ne tirera aucun bénéfice d'un passage en réanimation", ajoute l'anesthésiste.

Sources

Cartes des régions pour suivre l’évolution de l’épidémie de COVID-19 en France avec GEODES, Santé Publique France, 29 mars 2021

EXCLUSIF. L'alerte de 41 directeurs de crise de l'AP-HP : "Nous serons contraints de faire un tri des patients", JDD, 29 mars 2021

Merci au Dr Anne Geffroy-Wernet, médecin anesthésiste-réanimateur et présidente du SNPHARE. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.