Coronavirus : l’ivermectine, nouvelle chloroquine ?

Certifié par nos experts médicaux MedisiteAprès l'hydroxychloroquine, une nouvelle molécule se montre prometteuse dans le traitement du Covid-19. L’ivermectine, un antiparasitaire courant, est parvenu à inhiber la réplication du virus en 48 heures, en laboratoire (in vitro).
Sommaire

© Istock

Après l’engouement suscité par l'hydroxychloroquine dans le traitement du Covid-19, c’est maintenant l’ivermectine qui porte un vent d’espoir. Ce médicament bon marché, utilisé pour traiter les infections parasitaires, serait parvenu à inactiver le coronavirus en moins de 48 heures lors de tests in-vitro menés par des chercheurs australiens.



Chloroquine, Hydroxychloroquine et Coronavirus (Covid-19) : tout savoir


Chloroquine, Hydroxychloroquine et Coronavirus (Covid-19) : tout savoir
La chloroquine est un médicament présent sur le marché français depuis la fin des années 40, connu pour son rôle dans la prévention du paludisme et le traitement des maladies auto-immunes comme...


L’ivermectine, capable d'inactiver le coronavirus en 48 heures

Commercialisée en France sous l’appellation Stromectol, l’ivermectine est utilisée depuis des décennies contre les infections parasitaires humaines, telles que la gale, la filariose, l’anguillulose ou encore certaines rosacées (pour ne citer qu’elles). Cette molécule a également été introduite dans l’usage vétérinaire dans les années 1970.

Selon un rapport publié en ligne, dans la revue Antiviral Research, le médicament a rapidement empêché la réplication du SARS-CoV-2 en laboratoire (in-vitro). Si sa version définitive n’est pas encore disponible, l'étude australienne a tout de même été relue par un comité d’experts et acceptée pour publication.

Une "réduction significative" du virus dès le premier jour

Les chercheurs de Melbourne (Australie) ont infecté des cellules avec le nouveau coronavirus, puis les ont exposées au médicament. “Nous avons montré qu'une seule dose d'ivermectine pouvait tuer(pour un virus, on devrait plutôt dire “inactiver”, ndlr) le Covid-19 dans une boîte de pétri en 48 heures, ce qui suggère une puissante activité antivirale”, explique le Dr David Andrew Jans, co-auteur de l'étude et professeur de biochimie et de biologie moléculaire, à nos confrères du DailyMail, le 3 avril 2020.

Plus encore, “il y a eu une réduction vraiment significative" du virus au bout de seulement 24 heures, ajoute le Dr Kylie Wagstaff, responsable de l’étude et chercheuse au sein du Biomedicine Discovery Institute, dans un communiqué. Des tests complémentaires restent néanmoins nécessaires pour savoir si ces résultats peuvent être répliqués chez l’homme, et à quel dosage.

Cette molécule décuple l’efficacité du système immunitaire

"Nous pensons que l’ivermectine fonctionne principalement en ciblant une molécule clé de nos cellules qui, selon nous, aide le virus à proliférer”, rapporte le Pr Jans. “En arrêtant ce processus, le virus se réplique plus lentement. Notre système immunitaire a donc une meilleure chance de développer une réponse antivirale et d’éliminer le virus”.

Les chercheurs estiment que “l’administration précoce de ce médicament, ou de tout autre antiviral, donne à l'organisme les meilleures chances de combattre l’infection”. Ils ont d’ailleurs montré, dans de précédentes études, que ce médicament pouvait agir contre la dengue, et limiter des infections comme le virus du Nil occidental, qui possède des similitudes avec le Covid-19.

Un autre avantage non négligeable de ce médicament est qu’il est "utilisé à des doses relativement élevées, largement disponible et plutôt bon marché", ajoute le scientifique. L'étape suivante va donc consister à poursuivre ces recherches, afin de déterminer la meilleure dose pour lutter contre le Covid-19. Ce n’est qu’ensuite que les chercheurs pourront commencer les tests chez l'Homme.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.