Didier Raoult : découverte d’une surmutation du Covid-19

Le Professeur Raoult et son équipe de l'Institut hospitalo-universitaire de Marseille, ont fait part de leur nouvelle découverte sur le COVID-19, ce mercredi 9 septembre. Selon le chercheur marseillais, le coronavirus présent depuis janvier dernier vient de subir une surmutation. Interviewé sur la Radio Classique, le professeur partage les résultats de ses recherches.
Didier Raoult : découverte d’une surmutation du Covid-19 abacapress

Avec l’aide de son équipe scientifique de l’IHU Méditerranée Infection, le professeur Didier Raoult qui suscite la polémique depuis l’apparition de l’épidémie, rapporte avoir observé l'existence d'une surmutation du virus Covid-19. De plus, il a partagé d'autres informations sur Radio Classique qui pourrait paraître inquiétante : au moins sept coronavirus mutants circulent dans l’air !

Didier Raoult : sept virus mutants en circulation

En cette période de rentrée, l’épidémie est toujours présente et fait des ravages dans le monde. Mais, l’équipe du scientifique marseillais ne s'en alarme pas.

"Il n'y a pas un seul virus. Nous, on a détecté sept mutants qui ont circulé. (…) Les mutations que nous voyons sont associées avec la dégradation des organismes du virus. Quand ça se passe, c'est que ça va mal pour la bestiole", déclare le Pr Raoult.

L'expert a expliqué pendant l’émission de radio que le génome du virus observé en juillet - ou même à l'arrivée de la deuxième vague - ne sont plus les mêmes que lors de sa découverte en Chine.

"Je peux comprendre l'espoir nourri par certains experts d'un virus moins dangereux, mais aucun argument scientifique ne vient étayer cette théorie", a déclaré le ministre de la Santé Olivier Véran fin août.

Surmutation : aucune situation dramatique à signaler à Marseille

Alors que la question sur le déclin de la situation sanitaire à Marseille est posée au professeur, celui-ci déclare que rien n’est catastrophique. La surmutation du virus serait selon lui une "bonne nouvelle".

"Il y a toujours des gens au bord de la crise de nerf, mais on n'est ni désespérés ni affolés. Pour moi, la situation n'est pas dramatique, mais la définition du drame n'est pas la même pour tout le monde", selon le Pr Raoult.

Le scientifique reconnait qu’il y a cependant des "problèmes de réorganisation" à résoudre le plus vite possible.

Pourquoi modifier la période de quatorzaine ?

Alors le dispositif de quatorzaine est appliqué pour certaines personnes, celui-ci a été modifié. Le conseil scientifique a dressé un constat négatif de ce système. Peu de gens s’isole et cela empêche un endiguement du virus, a confié l’anthropologue et membre de cette organisation française Laëtitia Atlani lors d'une conférence de presse.

Pour le spécialiste, cette mesure n’est basée sur aucun fait scientifique. "Je dis depuis février que cette quatorzaine n'est basée sur aucun fait scientifique. C'est un progrès. Lors de la période d'incubation, il n'y a pas de virus détectable, et on ne peut donc pas être contagieux", a-t-il assuré à nos confrères de Radio Classique.

"Je suis content qu'on arrive à sept jours, qui est la période d'incubation maximale réellement connue de cette maladie", conclut-il chercheur marseillais.

Malgré la mise en place de ce dispositif, ce mercredi 9 septembre, on recense 30 794 décès en France depuis le début de l'épidémie.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.