C’est une mesure qui suscite de nombreux débats : la fin de la gratuité des tests PCR et antigéniques. Comme l’avait annoncé le Président de la République Emmanuel Macron, puis confirmé par son porte-parole Gabriel Attal et le Premier Ministre Jean Castex, les tests deviendront payants à partir du 15 octobre.

Jean Castex a ainsi expliqué : "les tests continueront d'être remboursés pour raison médicale, soit sans prescription pour les personnes déjà vaccinées, soit sur prescription pour les autres. Nous voulons également maintenir la gratuité pour les mineurs". Le Premier Ministre a ajouté : "il n'est plus légitime de payer des tests de confort à outrance aux frais des contribuables". En effet, la gratuité des tests coûterait 6,2 milliards d’euros en un an.

Les personnes qui effectuent des tests alors qu'elles n'ont aucun symptôme, uniquement pour obtenir le pass sanitaire et pouvoir dîner au restaurant, devront donc mettre la main au portefeuille... ou se faire vacciner.

Test PCR à 43,89 euros et test antigénique à 22 euros

Selon les informations obtenues par Le Monde auprès du ministère de la Santé, jeudi 7 octobre, le test PCR coûtera 43,89 euros. Quant aux tests antigéniques, différents prix seront appliqués : 22 euros en laboratoire, 25 euros en pharmacie qui passera à 30 euros le dimanche. Cette mesure s’adresse particulièrement aux personnes non vaccinées afin de les inciter à choisir la vaccination. D’ailleurs, il y aurait environ 6 millions d’adultes non-vaccinés à ce jour.

Pour rappel, le nombre de tests s’élevait à 5,7 millions mi-août et 3,5 millions dans la semaine du 27 septembre.

Covid : déremboursement des tests, une bonne idée ?

Si le déremboursement des tests PCR et antigéniques poussera peut-être une partie de la population à se faire vacciner, une autre partie risque d'hésiter à se faire tester et à propager le virus encore très actif.

Selon les derniers chiffres du Ministère de la Santé, aujourd’hui, il y aurait 86.5 % de personnes majeures complètement vaccinées. Un chiffre assez haut qui ne permet pourtant pas de relâcher la pression… En effet, il est impératif de conserver les gestes barrières, à savoir :

  • Aérer les pièces le plus souvent possible ;
  • Respecter une distance d’au moins 2 mètres avec les autres ;
  • Porter un masque chirurgical ou en tissu de catégorie 1 quand la distance de deux mètres ne peut pas être respectée ;
  • Limiter au maximum ses contacts sociaux ;
  • Tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir ;
  • Se moucher dans un mouchoir à usage unique ;
  • Se laver régulièrement les mains ou utiliser une solution hydro-alcoolique ;
  • Saluer sans serrer la main et arrêter les embrassades ;
  • Éviter de se toucher le visage.

Quant à la vaccination, L’Agence européenne du médicament a approuvé, lundi 4 octobre, l’élargissement de la troisième dose de vaccin contre le Covid-19 aux plus de 18 ans.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.