Covid : il faut “reconfiner localement dix jours” pour tuer le virus, selon un médecin

Le confinement a été une période éprouvante pour les Français. Toutefois pour un médecin des Côtes d'Armor, cette mesure pourrait être à nouveau nécessaire localement. Il assure que si elle était appliquée 10 jours, elle permettrait de “tuer le virus”.
Covid : il faut “reconfiner localement dix jours” pour tuer le virus, selon un médecinAdobe Stock

Mettre en place un confinement de 10 jours dans les régions où des clusters sont apparus. Voilà une arme efficace contre la propagation du nouveau coronavirus en France selon le Dr Yvon Le Flohic, médecin généraliste dans les Côtes d'Armor.

Des mesures sont à prendre territorialement

L’ancien membre de la cellule de veille épidémiologique de la grippe H1N1 a fait le point sur l’épidémie de COVID-19 et les mesures prises avec nos confrères de La Dépêche. “La diffusion territoriale du virus fait que tout événement devient un risque dans une réunion, un amphi ou une école (...) Des mesures sont à prendre territorialement. Il faut territorialiser. S'adapter à la propagation virale”, explique-t-il.

Même si le confinement a été dur pour les Français et l’économie, cette solution resterait une des plus efficaces. “Si on évite toute transmission pendant sept à dix jours sur un territoire, on "blaste" l'épidémie, on la tue”, assure l’expert. Il recommande de l’appliquer dans les zones où des clusters sont observés.

Selon lui, ce confinement local devrait reprendre les éléments de celui mis en place en mars dernier : isolement, fermeture des écoles, recours au télétravail. Néanmoins, il serait nécessaire de généraliser un élément pour un meilleur résultat : le port du masque obligatoire dans les lieux publics.


Confiant, il estime que l'épidémie peut être maîtrisée sans vaccin. "À condition d'être préventif dans la dynamique de propagation du virus. Ce qui fait la dynamique de l'épidémie, ce sont les clusters, les lieux clos".

Pooling salivaire : la solution pour tester plus efficacement ?

Le généraliste estime également que l’augmentation du nombre de tests PCR à plus d’un million par semaine n’est pas d’une grande efficacité. "On teste des gens en leur donnant le résultat jusqu'à sept jours après. Ça sert à rien. Le test RT-PCR n’est pas un test de présence du virus, mais un test de présence de séquences génétiques du virus. Des personnes peuvent excréter des séquences virales sans pour autant excréter de virus vivants. Il faut donc cibler les clusters, les lieux clos", explique le Dr Yvon Le Flohic.

Et le meilleur moyen d’y parvenir, selon lui, est le pooling salivaire. Il consiste à mélanger les salives d’un groupe de personnes évoluant ensemble, par exemple des collègues de travail, et analyser l’échantillon obtenu. Ce dispositif autorisé aux USA permet de tester entre 5 et 30 personnes en même temps et d’obtenir un résultat en 24 heures. "On ne peut pas savoir qui est positif, reconnaît le spécialiste, mais ça permet d'inciter les personnes concernées à se faire tester individuellement".

Toutefois, la mise en place de ce test plus rapide n’est pas prévu en France pour le moment. Un avis du Haut Conseil de la santé publique du 10 mai recommandait "de ne pas mettre en œuvre la pratique du groupage des échantillons".

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.