Sommaire

Le 11 mai prochain, la France s'apprête à sortir du confinement. Écoles, magasins et salons de coiffure vont donc rouvrir leurs portes. Néanmoins, la fin de la quarantaine ne se fera pas sans conditions. La distance d'au moins un mètre entre les personnes et le port du masque généralisé devront s'appliquer pour éviter une nouvelle vague de coronavirus. L'enjeu est donc désormais de produire une quantité suffisante de masques pour protéger l'ensemble de la population

Emmanuel Macron indiquait dans son allocution qu'au sortir du confinement strict, l'État, "en lien avec les maires, devra permettre à chaque Français de se procurer un masque grand public".

Pour l'instant, seuls les masques en tissu sont disponibles pour le grand public dans l'Hexagone. Or, des entreprises travaillent en ce moment sur des prototypes plus performants. C'est notamment le cas du groupe Michelin, spécialisé dans les pneus, qui se lance désormais dans la production de masques pour participer à la lutte contre le Covid-19. "10 usines ont démarré en Europe dès le mois d’avril 2020", annonce le groupe dans un communiqué.

Un masque Michelin réutilisable à l'infini pour 28 euros

"Après une phase d’initialisation, Michelin va produire à terme, chaque semaine, dans ses ateliers ou en coordination avec des partenaires ou des sous-traitants, près de 400 000 masques chirurgicaux de catégorie 1, partage l'entreprise le 24 avril dernier. En Europe, dix sites ont déjà été retenus : parmi eux, La Combaude à Clermont-Ferrand (France), Olsztyn (Pologne) et Zalău (Roumanie). La capacité européenne se renforcera dans les semaines suivantes grâce au déploiement d’initiatives similaires en Amérique du Nord".

Michelin a donc contribué à la mise au point d'un modèle qui semble particulièrement efficace : OCOV®, un masque réutilisable à l'infini et d'un coût grand public de 28 euros. Ce projet novateur a pu être mené en un temps record par les ingénieurs de Michelin, et par ceux du Commissariat aux Énergies Atomiques (CEA). En 15 jours, pas moins de cinq prototypes ont été testés. La dernière version continue encore d'être améliorée.

Masque Michelin : la finition se fait dans un four

Conçu par l'une des imprimantes 3D les plus performantes au monde, OCOV® est la dernière version parmi cinq prototypes testés en à peine 15 jours. Lors de la fabrication, un laser dessine pendant 20 heures, couches après couches, le futur masque que pourraient porter bientôt de nombreux Français. Puis, dans un deuxième temps, la finition a lieu dans un four. Après 20 minutes de "cuisson", le masque est né.

"La nouveauté par rapport au masque jetable qui va durer quelques heures et qui finit ensuite à la poubelle, est d'avoir une partie 'masque' qui va servir à l'infini et une partie 'filtre' qui va permettre de filtrer l'air, explique Marc Desbois, chef de projet industriel chez Michelin, interviewé par TF1.

"Plusieurs soignants ont testé le masque en situation, explique de son côté Milan Exbrayat, designer au CEA. Ça nous a permis d'avoir un retour d'expérience pour améliorer la géométrie et le confort".

Plusieurs millions d'euros ont été investis en urgence pour la production de ces masques. "Pour un projet comme ça, il faut à peu près 6 mois, estime Xavier Cotte, l'un des dirigeants d'une des usines de production des masques. Et là, on l'a sortie en 3 semaines". L'objectif ? Pouvoir fabriquer 500 000 masques d'ici la fin du mois de mai, soit dans un mois.

Covid-19 : le masque Michelin plus filtrant et lavable 20 fois

Covid-19 : le masque Michelin plus filtrant et lavable 20 fois© Istock

Olivier Véran, directeur général de la Santé, avait précisé que "les masques grand public auront la capacité d'être lavables et donc d'être utilisables plusieurs fois".

Ces derniers pourraient résister à cinq cycles de lavages au minimum. Ce cycle correspond à une durée minimale de 30 minutes avec un lavage à 60 degrés minimum.

Masque Michelin : lavable 20 fois

Contrairement au masque grand public qui résiste à cinq cycles de lavage, le masque Michelin est lavable 20 fois.

"Appelé OCOV®, entièrement développé et produit dans la région Auvergne-Rhône-Alpes en un temps record, ce masque de type FM (Face Mask) P1 ou P2 [norme, ndlr] est économique, durable et peut être fabriqué en grande quantité. Il est réutilisable jusqu’à 100 fois, grâce à ses cinq filtres lavables et interchangeables", décrit Michelin.

OCOV® ne fait donc pas partie de la catégorie FFP2 (Face Filter pour P2), mais FM P1 ou P2. Il comprend une pièce faciale souple qui recouvre le nez, la bouche et le menton, ainsi que des filtres remplaçables et réutilisables. Il sera livré avec cinq filtres lavables. Il sera ensuite possible de réutiliser le masque à l'infini en achetant de nouveaux filtres.

À quoi ressemblera le masque OCOV® ?

Selon Ouvry, usine de production du masque, l’objet procurera une protection du visage plus fiable que les FFP1 ou FFP2, notamment car la pièce faciale, souple, épouse la forme du visage, ce qui minimise le taux de fuite.

“Le taux de fuite requis par la norme FM est 5 fois inférieur à la norme FF (<2% pour FM et <8% pour les filtres FF)”, ce qui en fait un masque très filtrant, décrit Ouvry. En outre, le masque “assure une bonne étanchéité entre l’atmosphère ambiante et le visage du porteur (que sa peau soit sèche ou humide et lorsqu’il bouge la tête). Il apporte également un excellent confort dans la durée”, précise l’entreprise fabricante.

Certes, ce masque coutera 28 euros. "Mais comme il est réutilisable, il sera cinq fois plus rentable que les FFP2. Ce prototype s'est déjà prévendu à 350 000 exemplaires".

Visières, gels hydroalcooliques : Michelin va encore plus loin dans la lutte contre le Covid-19

Visières, gels hydroalcooliques : Michelin va encore plus loin dans la lutte contre le Covid-19© Istock

L'entreprise Michelin ne se contente pas de la production de masques utilisables à l'infini. Le groupe s'attèle également à la conception de visières à destination du personnel médical ainsi qu'à des gels hydroalcooliques.

Le groupe coordonne la sous-traitance de 10.000 visières

Des visières en polycarbonate stérilisables pour une utilisation en milieu hospitalier sont également produites par Michelin.

"À la demande de plusieurs hôpitaux français, Michelin vient également de commencer la production de visières en polycarbonate stérilisables pour une utilisation en milieu hospitalier. Dès la semaine prochaine, le groupe coordonne la sous-traitance de 10.000 visières", assure le groupe.

Les visières ou écrans faciaux ne sont pas des équipements de protection respiratoire mais des équipements de protection des yeux et du visage, rappelle l'Institut national de recherche et de sécurité sur son site (INRS).

Enfin, Michelin est impliqué dans de nombreux autres projets qu’il s’agisse de respirateurs, de pièces pour des appareils médicaux, de billots hospitaliers ou encore de gel hydroalcoolique.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

MICHELIN SE MOBILISE POUR LA CRÉATION DE MASQUES, Michelin, 24 avril 2020

Ouvry

Coronavirus : un masque réutilisable 100 fois conçu par Michelin et des chercheurs, TF1, 25 avril 2020

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.