En avril 2020, l'ivermectine apportait déjà un vent d’espoir dans le traitement du Covid-19. Des scientifiques australiens avaient, en effet, montré que ce médicament permet d’inhiber le virus en moins de 48 heures, lors de tests réalisés en laboratoire.

De nouvelles recherches menées par l’Institut Pasteur ont permis de déterminer quels sont les effets de la molécule sur des animaux infectés. Les résultats ont été publiés dans la revue scientifique EMBO Molecular Medicine.

Une “atténuation” des symptômes

L’équipe de chercheur·e·s de l’Institut Pasteur a mené des expériences sur 18 hamsters. D’après les données publiées dans la revue scientifique, la prise de la molécule par ces animaux est associée à “une limitation de l'inflammation des voies respiratoires et des symptômes qui en découlent”. Ce traitement est également associé à une protection contre la perte d’odorat.

Cependant, les résultats n’indiquent pas d’effet de l’ivermectine sur la réplication virale du SARS-CoV-2, contrairement à ce qui avait été montré lors des tests in vitro.”

De manière surprenante, nous avons observé que le traitement à l'ivermectine n'a pas limité la réplication virale, les modèles traités et non traités présentaient des quantités similaires de charge virale dans la cavité nasale et dans les poumons. Nos résultats révèlent que l’ivermectine possède un effet immunomodulateur et non antiviral”, commente Guilherme Dias de Melo, chercheur de l’Institut Pasteur.

Les scientifiques préfèrent donc parler de l’utilisation de l’ivermectine comme “agent thérapeutique contre la Covid-19”.

Un médicament peu coûteux

L’ivermectine est un ancien médicament utilisé comme traitement antiparasitaire. En France, il est commercialisé sous l’appellation de “Stromectol”. Celui-ci est particulièrement utilisé contre les infections de la gale, de la filariose et de l'anguillulose (maladies tropicales), ou encore contre les rosacées.

Sur ordonnance, il est remboursable à 65 % par la Sécurité sociale. Il est aussi disponible en vente libre, avec une moyenne de 13,12 euros la boîte de quatre comprimés. Néanmoins, la prise de ce médicament n’est pas préconisée sans avis médical, et encore moins pour combattre le coronavirus.

Dans un avis du 31 mars 2021, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) déconseille également d’utiliser l’ivermectine pour traiter le Covid-19 en dehors des essais cliniques, en attendant que davantage de données soient disponibles.

Aucune preuve clinique sur l’être humain

Un avis partagé par l’Institut français qui espère poursuivre rapidement les recherches sur l’être humain afin de confirmer, ou non, si le médicament peut être utilisé pour aider les patients atteints par le SARS-CoV-2.

“Nos résultats fournissent une avancée significative et démontrent que l'ivermectine appartient à une nouvelle catégorie d'agent anti-Covid-19 dans un modèle animal. Ces travaux ouvrent la voie à des axes de développement pour de meilleurs traitements contre la Covid-19 chez l’Homme”, conclut Hervé Bourhy, responsable de l’unité Lyssavirus, épidémiologie et neuropathologie et co-auteur de l’étude. Des essais cliniques de phase I devraient donc être lancés prochainement.

> Les biens rares des plus grands promoteurs sont sur Immo.planet !

Sources

https://www.pasteur.fr/fr/espace-presse/documents-presse/ivermectine-attenue-symptomes-covid-19-modele-animal

https://www.embopress.org/doi/full/10.15252/emmm.202114122

https://www.vidal.fr/medicaments/gammes/stromectol-9832.html

https://www.who.int/fr/news-room/feature-stories/detail/who-advises-that-ivermectin-only-be-used-to-treat-covid-19-within-clinical-trials

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.