« Suite à plusieurs vagues successives la France fait face à un variant ayant une transmissibilité forte et une sévérité majeure, touchant toutes les tranches d’âge. Le vaccin et les traitements sont moins efficaces. L’impact de cette vague est amplifié par la déstructuration très importante du système de santé et un désengagement des personnels de santé. (…) Toutes les pathologies sont beaucoup moins bien prises en charge, avec des choix difficiles à faire au sein des hôpitaux (...) ».

Tel est le pire scénario envisagé par le Haut conseil de la Santé publique, avec quatre autres hypothèses de travail, allant de la moins dramatique (la société vit avec un Covid proche d’une rhinite et chacun se responsabilise face aux comportements à adopter) au pire cité ci-dessus donc, en passant par la survenue d’un variant ciblant plus sévèrement les enfants.

28 recommandations pour se préparer à toutes les éventualités

Parce qu’ « il se peut que l’épidémie du Covid-19 ne soit pas totalement derrière nous et qu’il faille vivre avec », le HCSP a réuni un groupe d’experts (anthropologie, gestion des risques, santé publique, sciences politiques, sciences du droit, prévention du risque infectieux, infectiologie, virologie ...) qui propose 28 recommandations pour préparer le système de soin et la population à chacune des hypothèses.

On y trouve des mesures utiles pour la santé publique même hors crise, telles que « suivre et anticiper l’évolution des maladies chroniques et maladies mentales pour mettre en place un plan ambitieux de réponse ». Le secteur psychiatrique en a déjà grand besoin actuellement. Ou bien : « Augmenter l’investissement dans la structuration, la coordination et l’accompagnement des projets de santé mentale ». Voire : « Faire de la santé un nouveau pilier de l’Union européenne ». Ou encore : « Développer la littératie en santé », c’est à dire la capacité de chacun à trouver l’information, la comprendre et la transformer en comportement de prévention pour améliorer sa qualité de vie.

Et bien sûr, les experts proposent de continuer à investir dans la recherche de traitements et de vaccins à l’effet plus durable ; de préparer une stratégie de vaccination massive et rapide des enfants mobilisable en cas de variant pédiatrique ; de relocaliser la production industrielle des produits de santé en Europe. Dans l’hypothèse la plus dramatique, il faudra pouvoir déployer « des hôpitaux en structure légère rapidement et facilement armables », concevoir des plans de continuité des services et d'anticipation des ruptures en matière d’énergie, voire, réserver la vaccination aux populations le plus fragiles…

Ainsi la feuille de route est tracée. Reste à l’Etat et ses agences de s’en saisir.

Sources

https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=1236

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.