Mi-décembre, la Food and Drug Administration (FDA), l’agence américaine du médicament, a publié la composition du vaccin de Pfizer-BioNTech. À peine quelques semaines plus tard, début janvier, l’Agence européenne du Médicament a dévoilé la formule du vaccin de Moderna, dans le rapport final de son autorisation conditionnelle de mise sur le marché.

Bonne nouvelle pour ceux qui s’en inquiétaient : pas de trace d’aluminium dans ces deux vaccins. Mais que contiennent-ils alors, précisément ?

ARNm du coronavirus : l’ingrédient principal des vaccins

Contrairement à d’autres vaccins, celui de Pfizer-BioNTech ne contient pas un virus inactivé, ni même un morceau de virus. Son composant principal est l’ARN messager, soit un morceau génétique du coronavirus. En effet, c’est l’ARN du SARS-CoV-2 qui lui permet de créer les fameuses protéines spikes, avec lesquelles il pénètre dans nos cellules et les infecte.

En inoculant cette parcelle génétique au patient, on apprend à son organisme à la reconnaître et, surtout, à se défendre contre elle. Pour que notre système immunitaire puisse bloquer le virus lorsqu’il souhaite pénétrer dans nos cellules. Une dose de 0.3 mL du vaccin Pfizer en contient 30 microgrammes, tandis qu’une dose de 0,5 ml du vaccin Moderna en contient 100 microgrammes.

Rassurez-vous, se faire inoculer de l’ARNm est sans danger, puisque cette molécule est “fragile et très instable”, comme l’explique Bruno Pitard, directeur de recherche au CNRS, interrogé par nos confrères de Sciences et Avenir. “Elle survit dans l'organisme l'espace de quelques heures, voire de quelques jours maximum après avoir donné ses instructions" et ne peut, en aucun cas, modifier votre propre ADN, ni même pénétrer dans le noyau de vos cellules.

Des lipides pour envelopper l’ARN messager

Par ailleurs, le vaccin contre la Covid-19 contient également des lipides. Leur rôle est de permettre à l’ARN de survivre suffisamment longtemps dans notre corps pour que le vaccin fonctionne, mais aussi de stabiliser la solution.

Le vaccin Pfizer-BioNTech contient quatre types de lipides différents :

  • ALC-0315 ;
  • ALC-0159 ;
  • DSPC ;
  • Cholestérol.

Celui de Moderna contient les suivants :

  • Lipid SM-102 ;
  • Cholesterol ;
  • DSPC ;
  • PEG2000 DMG.

Des ingrédients qui stabilisent la solution

Le vaccin anti-Covid de Pfizer contient aussi un certain nombre de sels minéraux, qui rendent la solution isotonique. Ils permettent au vaccin de ne pas “faire éclater les cellules” après injection, et maintiennent le PH de la solution pour éviter qu’il ne soit douloureux. Il s’agit de :

  • Phosphate dibasique de sodium dihydraté ;
  • Phosphate monobasique de potassium ;
  • Chlorure de potassium ;
  • Chlorure de sodium.

Chez Moderna, d’autres substances sont employées pour permettre aux nanoparticules lipidiques de ne pas se dissocier. À savoir :

  • Tromethamol ;
  • Tromethamol hydrochloride ;
  • Acetic acid ;
  • Sodium acetate trihydrate.

Dernier ingrédient, le saccharose est commun aux deux vaccins. Il agit comme conservateur et comme stabilisateur. Tous ces composants sont dilués dans de l’eau stérile, afin de pouvoir être injectés dans l’organisme.

Participez à notre grand jeu de l'été Hedony et tentez de gagner jusqu'à 100 000 € de lots ! Cliquez ici pour participer >

Sources

Covid-19 : décryptage de la liste des composants du vaccin Pfizer, Sciences et Avenir, 17 décembre 2020. 

De quoi se compose le vaccin Moderna et comment doit-il être conservé ?, Futura Santé, 10 janvier 2021.

COVID-19 Vaccine Moderna 5791 - Product Information final, Agence européenne du médicament, 6 janvier 2021. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.