Vous n'avez pas fini d'entendre son nom. Didier Raoult, célèbre scientifique marseillais sur le devant de la scène depuis l'épidémie Covid-19, a encore fait des siennes. Ce mardi 18 août, le chercheur a fait parler de lui en relayant une vidéo sur YouTube, dans laquelle il défend son travail et les vertus de la chloroquine - malgré plusieurs essais cliniques qui soulignent la dangerosité de ce traitement.

Chloroquine : le professeur assure que les revues scientifiques se "font manipuler"

Pour le professeur, invité ce matin sur Cnews, cela ne fait aucun doute : l'hydroxycholoroquine est bel et bien efficace contre le coronavirus, maladie qui, selon lui, "n'est pas plus mortelle que les autres”.

Dans une vidéo diffusée sur Youtube ce mardi 18 août, celui qui chapeaute l'institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection assure que de nombreux patients ont guéri grâce à ce traitement "miracle" : sur les quelque 80 000 patients testés dans son établissement, 6 000 ont été positifs au coronavirus.

Au sein de ces malades, 165 ont péri (soit 2,8 %). Mais sur les 4000 patients traités à la chloroquine, seuls 18 sont morts. Ce qui équivaut à une mortalité "de moins d'un demi-pourcent", souligne le professeur.

Pour toutes ces raisons, le chercheur n'en démord pas : ce médicament peut sauver des vies.

Il regrette toutefois que son travail soit "sabordé par la pression considérable" des politiques et dénonce dans sa vidéo la "manipulation" des médias :

"Il faut arrêter une bonne fois pour toutes le mythe de la dangerosité de l'hydroxychloroquine. C'est un fantasme. Ça a mené au plus grand scandale scientifique de tous les temps. On n'a pas fini d'assumer. Il a montré, de manière objective, que les communications scientifiques étaient soumises à des influences et à des choix d'une très grande médiocrité. Récemment, il y a eu des éléments de censure (...) Chacun reste à sa place : les scientifiques font de la science, les politiques font de la politique. S'il n'y a plus de données scientifiques fiables, alors tout ça n'est que du contrôle, c'est du pouvoir d'imposer des manières de vivre qui ne sont plus basées sur des connaissances mais sur des convictions".

Le spécialiste des maladies infectieuses va même jusqu'à assurer que les revues scientifiques les plus reconnues sont soumises à un très grand "degré de manipulation", à une "pression absolument considérable", sans pour autant en apporter les preuves.

Les travaux du Dr Raoult fortement critiqués

Déjà critiquée ses mois derniers, la première étude encadrée par Didier Raoult fait l'objet depuis le 13 juillet d'une complète remise en cause.

Dans une revue critique, le chercheur hollandais Frits Rosendaal démonte en effet le protocole du directeur de l'IHU de Marseille en dix points.

Selon lui, "cette étude souffre de lacunes méthodologiques majeures qui la rendent presque sinon complètement non informative. Le ton du rapport, présenté comme une preuve d'un effet de l'hydroxychloroquine et même en recommandant son utilisation, est non seulement non fondé, mais, étant donné la demande désespérée d'un traitement pour le Covid-19, couplée avec le côté potentiellement de graves effets de l'hydroxychloroquine, totalement irresponsable", alerte-t-il dans l'article.

Pour Frits Rosendaal, le choix d'un protocole ouvert et non randomisé est notamment discutable, tout comme la durée du test du Pr Raoult : 6 jours seulement, au lieu des 14 jours habituellement nécessaires.

Sources

Covid-19 : Didier Raoult évoque une "manipulation" et dénonce le "plus grand scandale scientifique de tous les temps", Télé-Loisirs, 18 août 2020.

«Irresponsable» : la première étude de Didier Raoult mise à mal par une revue critique, Le Parisien, 16 juillet 2020.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.