Covid-19 : Didier Raoult dénonce la “dramatisation perpétuelle" en France

Le professeur Didier Raoult a été interviewé par David Pujadas sur LCI le 27 mardi 2020 soir. Seconde vague, hydroxychloroquine, inefficacité du confinement... l’infectiologue marseillais a défendu vivement ses positions.
abacapress
Sommaire

Le controversé professeur Didier Raoult a eu de vifs échanges avec David Pujadas, lors d'un entretien sur LCI. Alors qu'une deuxième vague du COVID-19 frappe l’Hexagone et qu’un reconfinement se profile, le scientifique a défendu les annonces qu'il avait faites ces derniers mois, pourtant dénoncés par de nombreux confrères.

Didier Raoult : “je ne fais pas de prédictions”

Que cela soit dans les médias, la presse scientifique ou sur les réseaux sociaux, le professeur Didier Raoult a fait de nombreuses prédictions concernant le nouveau coronavirus ces derniers mois. Interrogée sur ces dernières, l’infectiologue a assuré : "je ne fais pas de prédictions" puis il a poursuivi : "pourquoi croyez-vous qu’on m’écoute ? C’est parce que je dis toujours ce qui se passe au moment où ça se passe." Il assure ainsi n’avoir fait aucune erreur lors de la crise du nouveau coronavirus : “tout ce que je vous ai dit, je l’ai écrit, je l’ai publié et c’est vrai. Point final".

Il n’y a pas réellement de seconde vague selon l’infectiologue marseillais

Alors que de la France a enregistré son plus mauvais bilan journalier depuis le mois d'avril avec 523 morts et plus de 30 000 nouveaux cas de Covid-19 ce mardi 27 octobre, le professeur Didier Raoult estime que l’on ne peut pas parler de second vague. "Pour moi, ce n'est pas la même chose. Les coronavirus se recombinent et donnent des variants. Des gens ont fait des infections en mai, puis en août, alors qu'ils avaient des anticorps. Quand je vous avais répondu, ce n'était pas décrit, on ne pouvait pas s'y attendre." Ainsi pour lui : "le virus du printemps a disparu", et nous faisons aujourd’hui face à un autre virus.

Il reconnait toutefois : "ce que je n’avais jamais vu et que donc je ne prédisais pas, c’est qu’une population qui avait vu passer une épidémie puisse faire, dans les trois mois qui suivent, une autre épidémie (...)".

Didier Raoult dénonce la “dramatisation perpétuelle."

Lors de ses échanges houleux avec David Pujadas, le scientifique a estimé que ses annonces rassurantes - comme le faible risque d’avoir une seconde vague - n'avaient pas participé au laisser-aller observé chez certains Français ces derniers mois. Agacé, il a répondu au journaliste : "vous êtes devenus cinglés, vous êtes fou, vous n'avez pas à me dire si je dois être pessimiste et optimiste". Il a également expliqué : "Moi je ne veux pas faire peur aux gens. Je pense que ce pays vit une erreur dramatique qui est la dramatisation perpétuelle." Puis, il s’est défendu : "J'ai été un des premiers à dire que le lavage de mains était primordial pour endiguer la transmission des maladies respiratoires. On ne peut pas sans arrêt sur stimuler la population".

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.