C'est un chiffre qui fait mal. Selon France Inter, qui a eu accès à une évaluation réalisée par l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), près de 1800 malades sont décédés à domicile d'infection au Covid-19 entre le 1ᵉʳ mars et le 31 mai.

Covid-19 : 1800 Français sont morts chez eux

L'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) a publié ce lundi le nombre cumulé de certificats de décès comptabilisés avec une mention Covid-19, dans les Ehpad, les hôpitaux et à domicile.

"Cette statistique inclut tous les décès survenus sur le territoire français, y compris les décès à domicile", révèle à France Inter Grégoire Rey, directeur du centre d'épidémiologie sur les causes médicales de décès (CepiDC) de l'Inserm. "On comptabilise 1 800 décès avec mention de Covid-19" entre le 1er mars et le 31 mai, ajoute-t-il.

Ce chiffre serait peu étonnant, voir "relativement attendu", selon le spécialiste, en raison du niveau de mortalité constaté ces dernières années en France - hors coronavirus.

Les données de 10 % des départements manquent encore

En réalité, les chiffres des victimes mortes à domicile seraient bien en deçà de la réalité.

France Inter précise que 10 % des départements français n’ont pas encore remonté tous leurs chiffres. Et, comme indiqué, la comptabilité dressée par l'Inserm s’arrête au 31 mai.

Centraliser les certificats de décès prend du temps, ce qui explique pourquoi le calcul de l'Inserm est encore peu réaliste.

On peut donc s’attendre à ce qu’il y ait "quelques centaines ou milliers de morts" en plus à la fin, a déclaré Grégoire Rey, au micro de France Inter.

Selon les dernières données de la DGS, près de 30 544 personnes sont décédées en France, dont 20 038 au sein des établissements hospitaliers et 10 506 en établissements sociaux et médico-sociaux. On dénombre également 1295 clusters en France, dont 29 nouveaux (données du 26 août).

Victimes du coronavirus : la Fédération française des médecins généralistes avait déjà sonné l'alerte

En avril dernier, la Fédération française des médecins généralistes, connue sous le nom de MG France, avait mis en avant le fait que le bilan des morts recensé quotidiennement par la DGS France ne prenait pas en compte les décès survenus à domicile.

En effet, celui-ci est établi uniquement avec les informations qui remontent à leurs bureaux, c’est-à-dire les décès hospitaliers, ainsi que ceux enregistrés en Ehpad.

L’organisation professionnelle estime ainsi que leur nombre aurait été de 9000 (de morts à domicile, ndlr) entre le 17 mars et 19 avril.

Une conclusion bien différente de celle annoncée par l'Inserm.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.