Alors que nous sommes de nouveau confinés, de nombreux chercheurs sont persuadés que la deuxième vague du coronavirus sera plus dangereuse que la première. De plus, il est possible que le pic épidémique de novembre soit plus intense que celui d’avril…

Coronavirus : le pic de l’épidémie est prévu mi-novembre

Selon Santé Publique France, 46 290 nouveaux cas ont été confirmés en seulement 24 h. Alors que nous sommes en confinement depuis vendredi dernier, ce chiffre peut sembler étonnant. La virulence de l’épidémie sur notre pays ne régresse pas.

Selon les estimations de l’épidémiologiste Arnaud Fontanet, membre du Conseil scientifique, on peut même craindre le pire pour novembre, avec un pic épidémique prévu au milieu du mois. Pour rappel, le pic épidémique correspond au moment où l'on atteint le nombre le plus élevé de gens admis à l’hôpital et en réanimation.

On s’attend à un pic des hospitalisations, je dirais sur la deuxième semaine de novembre. Sur le pic de réanimation, c’est la troisième semaine de novembre, et ensuite on verra une décroissance, a-t-il annoncé, lors du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI.

"Si le confinement fonctionne bien, on peut s’attendre à une baisse de 65 à 80 % des infections. Cependant, il faudrait deux mois de confinement pour freiner radicalement la circulation du virus", a-t-il ajouté.

Deuxième vague : 6 000 malades attendus en réanimation

Selon les estimations de l’Institut Pasteur, communiquées à l’AFP, deux scénarios sont envisageables pour ce mois-ci - comme nous vous l’expliquons plus en détails dans cet article.

Le premier envisage que le pic soit atteint aux alentours de mi-novembre. Plus de 6 000 patients seraient attendus dans les services de réanimation à cette période-ci.

Le deuxième, qui est aussi le pire, estime que l'on pourrait enregistrer un pic de 9 000 malades du COVID-19 en réanimation mais, cette fois-ci, aux alentours de mi-décembre.

"Il y a de grandes incertitudes sur l’efficacité des nouvelles mesures, moins contraignantes", affirme Simon Cauchemez, membre du conseil scientifique et modélisateur à l’Institut Pasteur.

Selon les scientifiques, le taux de reproduction du virus pourrait être égal à 0,9. À l’inverse pendant le premier confinement, ce dernier était à 0,7. Dans le pire des scénarios, il est possible qu’il atteigne 1,2.

La deuxième vague serait-elle la dernière ?

Selon le Ministre de la Santé, Olivier Véran, la deuxième vague que l’on connait actuellement, ne sera sans doute pas la dernière. Il est très probable que des vagues successives la suivent.

"Il nous faudra maintenir un niveau de protection de la population suffisant pour éviter une troisième vague en attendant le vaccin", ajoute-t-il.

De plus, il est très difficile de connaitre la durée de cette deuxième vague. Néanmoins, quelques scientifiques ont fait une hypothèse. Ces derniers pensent que la sortie de la deuxième vague se fera en fin d’année 2020 voire, en début d’année 2021.

C’est pourquoi, il faut s’attendre à ce que ce nouveau confinement dure plus d’un mois. Malheureusement, cette année, la fête de Noël ne sera pas tout à fait normale

Participez à notre grand jeu de l'été Hedony et tentez de gagner jusqu'à 100 000 € de lots ! Cliquez ici pour participer >

Sources

Coronavirus : chiffres clés et évolution de la COVID-19 en France et dans le Monde, Santé Publique France, 1er novembre 2020

Note du Conseil scientifique COVID-19, 28 octobre 2020

Le Covid-19 remplira les réas mi-novembre comme au pic de la 1re vague, Huffpost, 28 octobre 2020

L'efficacité du reconfinement à l'épreuve des scénarios de l'Institut Pasteur, Paris Match, 31 octobre 2020

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.