Sommaire

Les pharmacies en ont été dévalisées. À tel point que ces solutions ont été autorisées à en fabriquer... Un décret publié au journal officiel encadre même jusqu'au 31 mai leur prix de vente. Il limite à 3 euros les 100 ml le prix des gels - soit 5 euros les 300 ml et 15 euros le litre. Les gels hydroalcooliques sont donc désormais dans tous les foyers français pour faire barrage au coronavirus.

Pourquoi un tel succès ? Sans doute parce qu'ils font partie de l'arsenal hygiénique des professionnels de santé et sont investis à ce titre de vertus antiseptiques infaillibles... Mais sont-ils vraiment plus efficaces qu'un simple savon pour ne pas contracter le Covid-19 ?

Une solution hydroalcoolique, c'est quoi ?

C’est un gel hydro-alcoolique à séchage rapide conçu spécifiquement pour la désinfection des mains. Il s’applique sur la peau propre et sèche. Il a été inventé dans les années 90, par Didier Pittet, médecin-chef du service de prévention et contrôle de l'infection à Genève (Suisse). C'est lui qui a développé la formule et a contribué à sa diffusion dans le monde entier. Depuis, ce produit est présent dans tous les services hospitaliers. Et avec la pandémie de coronavirus, l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) a récemment rendu publique sa composition.

Le gel hydroalcoolique est-il plus efficace que le savon classique ?

Tout d'abord, la technique pour se laver les mains est exactement la même quel que soit le produit utilisé. Seule vraie différence : l'utilisation du savon nécessite un point d'eau. Le gel quant à lui, s'utilise sur main sèche, sans rinçage et peut donc être transporté un peu partout. Mais tous deux nécessitent pour être efficaces le strict respect de leurs règles d'usage...

Ainsi si l'on respecte bien les temps de lavages nécessaires à l'emploi du savon, ses résultats seraient tout à fait comparables à ceux des solutions hydroalcooliques.

Une hypothèse que nos confrères de Rtbf ont tenu en cette période de pandémie à vérifier eux-mêmes grâce à une expérience menée avec l’Institut Meurice (HELdB) de Bruxelles. Certes cette expérience n'a pas valeur d'étude et ne porte pas sur le coronavirus, mais elle donne des indications sur le pouvoir désinfectant des deux options. Ils ont mis trois produits à l’épreuve. Un savon en gel classique, un savon en gel Dettol (utilisé comme désinfectant ménager ou pour la stérilisation du matériel médical) et un gel hydroalcoolique fabriqué en pharmacie. Pour les tester, ils ont eu recours à trois cobayes n’ayant pas lavé leurs mains depuis plusieurs heures, à qui ils ont demandé sous la houlette de Philippe Maurer, chargé de cours en sciences biomédicales, de :

  1. Placer leurs doigts de la main droite sale dans une boîte de pétri.
  2. Se laver les mains en suivant les recommandations de l’OMS.
  3. Placer leurs doigts de la main gauche propre dans une boîte de pétri (objet circulaire en plastique transparent dans lequel en place une gélose, substance nutritive favorisant le développement des bactéries.

Résultat après 48 heures d’incubation des boîtes de pétri ? Le lavage au savon classique s’est avéré très utile, tandis que le gel hydroalcoolique l’a été un peu moins. Mais la vraie surprise, c’est le savon Dettol qui laisse une boîte de pétri parfaitement immaculée à l’œil nu. Conclusions ? Pour le spécialiste, Philippe Maurer :

  • Le lavage des mains au savon (même classique) comme recommandé par les différentes instances (dont l’OMS) donne de bons résultats dès lors qu'on dispose d'un point d'eau.
  • Le lavage des mains au gel hydro alcoolique donne également de bons résultats et peut-être utilisé sans point d'eau.

L'OMS recommande les solutions hydroalcooliques... en l'absence de point d'eau

Ll'OMS et l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) recommandent l'utilisation toutes deux, de solutions et gels hydroalcooliques... mais seulement en l'absence de point d'eau disponible. Pourquoi ? Parce que l'alcool élimine la plupart des germes pathogènes présents sur la peau, mais il ne lave pas et à ce titre est proscrit sur des mains souillées ou en cas de plaies. Par ailleurs l'emploi de ces produits est souvent mal respecté. La plupart des utilisateurs ne laissent pas le gel sécher assez longtemps. C'est la raison pour laquelle une étude de 2019 a montré que le gel hydroalcoolique est moins efficace que le lavage des mains contre la propagation du virus de la grippe. Dernier point en faveur du savon, l'utilisation exagérée de solution hydroalcoolique dessèche l'épiderme, ce qui le fragilise face aux infections.

Ces produits restent néanmoins très utiles dans les structures médicales où les soignants ne peuvent pas forcément se laver les mains entre deux visites avec du savons et lorsqu'on est à l'extérieur privé d'un accès à l'eau.

Le savon, une arme très efficace contre les microbes

Un simple savon reste donc, en tout cas à la maison, une arme très efficace contre les virus et bactéries à condition de durer au minimum 20 à 30 secondes (le temps de chanter 2 fois "joyeux anniversaire") et de ne pas faire certaines erreurs : notamment oublier les zones les plus colonisées par les germes, entre les doigts et sous les ongles.

Autre nécessité pour conserver le bénéfice antiseptique du savon : proscrire ses formes solides et privilégier celles liquides. Les premières sont des nids à microbes. Enfin, le séchage doit être effectué à l'aide d'un essuie-main à usage unique (oubliez la serviette partagée par la terre entière).

Sources

https://msphere.asm.org/content/4/5/e00474-19

https://www.ansm.sante.fr/Dossiers/Pandemie-grippale/Les-produits-hydroalcooliques/(offset)/8

https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/56dias_pha_ch_PERIGUEUX.pdf

https://www.rtbf.be/info/societe/onpdp/detail_qui-du-savon-ou-du-gel-hydroalcoolique-est-le-plus-efficace?id=10457268

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.