IVG par aspiration : les étapes

En France, l’IVG par aspiration est autorisée jusqu’à la fin de la douzième semaine de grossesse dans un établissement de santé autorisé à pratiquer l’avortement. La procédure d’IVG requiert différentes étapes qui peuvent parfois prendre plusieurs jours. Lors d’une grossesse non désirée, il faut réagir vite, mais sans précipitation. On fait le point.

Publicité

5650854-inline-500x364.jpg© Istock

Deux consultations médicales préalables

Avant toute chose, il est impératif de consulter le médecin de votre choix. Son rôle sera de vous informer et répondre à vos questions lors d’une première visite. Une attestation de consultation médicale vous sera alors délivrée. C’est au cours de la seconde consultation que vous remettrez votre demande écrite d’avortement au professionnel de santé avec qui vous choisirez la méthode qui convient le mieux à votre situation.

Publicité
Publicité

Un entretien psychosocial facultatif

Il reste cependant obligatoire pour les mineures. C’est un moment d’écoute et de dialogue avec une conseillère conjugale ou toute autre personne qualifiée qui se déroule après la première consultation médicale et qui a pour objectif de vous éclairer dans votre choix.

L’IVG par aspiration

La méthode consiste à insérer une canule dans le col de l’utérus préalablement dilaté par voie médicamenteuse pour aspirer l’œuf. L’IVG peut se dérouler sous anesthésie générale ou locale et le geste ne dure qu’une dizaine de minutes. Une visite de contrôle deux semaines après l’acte permet de vérifier l’absence de complications et de discuter des moyens de contraception existants.

La rédaction vous recommande sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X