Avortement : le délai légal d'une IVG par aspiration

L’IVG par aspiration est une des deux méthodes d’avortement en France. Loin d’être considérée comme un moyen de contraception, la procédure d’avortement suit des règles légales très précises. Zoom sur l’IVG par aspiration.

Publicité

6592798-inline-500x375.jpg© Istock

Dans quel délai se pratique une IVG par aspiration ?

En France, il est possible pour toutes les femmes, mêmes mineures sous certaines conditions, de mettre fin à une grossesse non désirée. L’avortement est strictement encadré par la loi et des délais légaux doivent être respectés. En effet, l’IVG par aspiration peut être réalisée jusqu’à la fin de la 12e semaine de grossesse, soit la 14e semaine d’aménorrhées (après le premier jour des dernières règles) dans un centre d’orthogénie. Plusieurs consultations médicales sont mises en place avant l’intervention afin de recueillir le consentement éclairé de la patiente et de l’accompagner dans son choix.

Publicité
Publicité

Comment se déroule une IVG par aspiration ?

L’IVG par aspiration est aussi connue sous le nom d’IVG chirurgicale. Le jour qui a été décidé pour mettre fin à la grossesse, la patiente est admise en centre de santé. Au préalable, le col de l’utérus doit être dilaté à l’aide d’un médicament spécifique. Ensuite, l’intervention se pratique au bloc opératoire sous anesthésie générale ou locale. Une canule, dont la taille dépend du stade d’avancement de la grossesse, est introduite au niveau du col pour aspirer l’œuf. Le geste chirurgical ne dure qu’une dizaine de minutes environ. Une visite de contrôle est programmée deux semaines plus tard pour s’assurer de l’interruption de grossesse et de l’absence de complication.

 

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X