Surpoids : la différence entre masse grasse et masse maigre

L’Indice de Masse Corporel (IMC) est l’un des indicateurs les plus couramment utilisés par les médecins pour définir le statut pondéral de leurs patients et évaluer le risque qu’une masse graisseuse excessive peut avoir sur leur santé.

Publicité

© Istock

Comment calcule-t-on son IMC ?

Pour calculer votre IMC, vous devez disposer de deux mesures : votre poids exprimé en kilogrammes et votre taille en mètres. Ensuite, il vous suffira d’appliquer cette formule mathématique pour obtenir votre indice : poids (kg)/taille (m) élevé au carré. Par exemple, une personne pesant 70 kg pour 1,80 possède un IMC de 21,6 (70 /1,802). En fonction du résultat obtenu, vous pourrez ainsi déterminer votre niveau de corpulence :
- maigreur : IMC inférieur à 16 ;
- minceur : IMC compris entre 16 et 18 ;
- normale : IMC compris entre 18 et 25 ;
- surpoids : IMC compris entre 25 à 30 ;
- obésité : IMC compris entre 30 à 40 ;
- obésité massive : IMC supérieur à 40.

Publicité
Publicité

Le calcul de l’IMC est-il suffisant ?

Si le calcul de l’IMC permet au médecin d’obtenir de précieuses informations sur la corpulence d’un individu, il n’apporte, en revanche, aucun renseignement sur la composition du poids. Cet indice peut, en effet, fortement varier en fonction de la masse musculaire. Ainsi, un athlète peut afficher un IMC élevé sans présenter de surpoids. Il est donc nécessaire, en plus de l’IMC, de définir le taux de masse graisseuse que l’on trouve principalement autour des organes et nichée sous la peau. La masse maigre, elle, est constituée des os, des muscles, de la peau, des liquides physiologiques et des organes. Selon les individus, elle représente 70 à 90 % du poids corporel. Le taux de masse graisseuse est considéré comme excessif lorsqu’il excède 30 % du poids total.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X