Le médicament Azantac® contre les brûlures d'estomac serait cancérigène !

Une substance cancérigène aurait été retrouvée dans un médicament contre les brûlures d'estomac. Selon la Food and Drug Administration, il s’agirait du produit “Zantac”. Le 24 septembre 2019, l'ANSM décide de rappeler ce médicament et tous ses génériques en France.

Oui, certains médicaments peuvent être très dangereux pour votre santé. Ce serait le cas du Zantac®, un médicament anti-ulcère à base de ranitidine. Il serait contaminé à la NDMA, une substance que l’on retrouverait dans de nombreuses marques de médicaments pour la tension artérielle et l’insuffisance cardiaque.

La NDMA, une substance potentiellement cancérigène

La NDMA est un contaminant environnemental présent dans l’eau et les aliments, notamment les viandes, les produits laitiers et les légumes. Il est classé comme cancérogène probable pour l'homme. On le retrouve dans plusieurs médicaments, dont celui de la marque Zantac®, commercialisé sous le nom Azantac® en France, qui lutte contre les brûlures d’estomac.

"Ces substances cancérigènes restent une préoccupation nationale majeure", a déclaré le Dr David Robbins, responsable adjoint de l'endoscopie au Lenox Hill Hospital de New York, tout en ajoutant que "même si le médicament Zantac® s'avére assez fiable, les dernières découvertes à son sujet restent alarmantes. Mon conseil provisoire pour les patients est donc assez simple : passer à un autre médicament, avec l’aide d’un médecin."

Les patients qui prennent ce médicament sur ordonnance et qui veulent cesser de l'utiliser devront discuter des alternatives possibles qui s’offrent à eux en discutant avec leur médecin.

Le groupe Sanofi affirme "prendre la sécurité des patients au sérieux"

Dans une déclaration, le géant pharmaceutique Sanofi qui fabrique Zantac®, a déclaré “qu'il prend la sécurité des patients au sérieux. Le médicament Zantac® existe depuis plus de dix ans et répond à tous les critères d'exigences de sécurité sur le marché, mais nous nous engageons à travailler avec la FDA pour connaître ses réels risques (Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux).”

De son côté, la FDA a déclaré travailler avec les organismes de réglementation et les différents fabricants pour déterminer l’origine de la contamination du médicament.

Alertée, l'ANSM vient d'interdire ce médicament en France

Une semaine plus tard, l'Agence nationale du médicament (ANSM) vient de trancher : tous les médicaments à base de ranitidine doivent être retirés des rayons, et font l'objet d'un rappel. Celui-ci "est effectué par mesure de précaution, suite à la présence d'une impureté (NDMA) dans certains lots", peut-on lire dans un point d'information de l'agence.

Ces impuretés sont les mêmes que celles qui avaient été détectées dans des lots de médicaments antihypertenseurs, de la classe des sartans (Valsartan, Irbésartan...), qui avaient fait l'objet de plusieurs rappels successifs depuis cette découverte.

Les médicaments dangereux pour la santé

Le Doliprane

Pris en excès, ce célèbre médicament à base de paracétamol devient toxique pour l’organisme et représente un danger pour le foie en bloquant son action. Il faut veiller à ne pas dépasser une posologie de quatre grammes par jour.

L’Aspirine

Bien connue pour ses propriétés antidouleurs et antipyrétiques, l’aspirine n’est pas dénuée de danger. Dix grammes d’aspirine par jour peuvent même se révéler mortels. Les symptômes d’un surdosage comportent des vertiges, des maux de têtes, des bourdonnements d’oreilles, des nausées, puis des vomissements.

L'aspirine provoque également de petites ulcérations dans l'estomac et augmente les saignements de la muqueuse digestive, altérant l’estomac sur le long terme.

L’Actifed Rhume

Les médicaments qui associent de l’ibuprofène ou du paracétamol (contre les douleurs) à de la pseudo-éphédrine (un vasoconstricteur contre le nez bouché) et à un antihistaminique (contre les allergies) agissent comme un cocktail de principes actifs et comportent des risques d’interactions médicamenteuses et d’effets indésirables graves.

Ces médicaments sont particulièrement dangereux pour les personnes souffrant de troubles cardiovasculaires et d’hypertension, mais comportent également des risques de maux de tête, de troubles nerveux, d’hypertension, de troubles cardiaques, oculaires et psychiatriques chez les personnes sans antécédents.

Le Mopral

Selon une récente étude, les médicaments contre les reflux gastriques du type inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) pris sur le long terme pourraient doubler les risques de cancer de l'estomac. Les chercheurs conseillent dans cette étude de ne pas utiliser ce type de traitement plus de 2 semaines.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.