Acide urique : les taux qui doivent inquiéter

L’acide urique est une sorte de déchet naturel de l’organisme qui peut aussi provenir de la digestion de certains aliments. Un taux trop élevé ou trop bas d’acide urique peut être le signe de multiples pathologies. On fait le point.

Publicité

6748008-inline-500x333.jpg© Istock

Qu’est-ce que l’acide urique?

L’acide urique est un déchet métabolique provenant de la dégradation des cellules mortes de notre organisme. Il est également issu du produit de la digestion de certains aliments tels que les abats, le gibier, les coquillages et l’alcool. La consommation excessive de ce type d’aliments peut, à terme, augmenter le taux d’acide urique présent dans le sang, et provoquer une crise de goutte ou la formation de calculs rénaux. La goutte est une maladie inflammatoire très douloureuse due à la formation de cristaux autour des articulations et des tissus mous. L’acide urique est filtré par les reins pour être ensuite naturellement évacué par les urines.

Publicité
Publicité

Que signifie un taux d’acide urique trop bas ou trop élevé?

La concentration d’acide urique dans l’organisme est déterminée grâce à une prise de sang effectuée à jeun. Le taux normal se situe entre 25 et 60 mg/l chez la femme, entre 35 et 70 mg/l chez l'homme, et entre 25 et 40 mg/l chez l’enfant. Un taux d’acide urique trop bas, l'hypo-uricémie, peut être le symptôme de plusieurs pathologies comme une insuffisance rénale, des pathologies hépatiques, et la maladie de Wilson (accumulation toxique de cuivre dans l’organisme). La grossesse peut aussi favoriser une baisse du taux. Plus fréquemment observé, un taux d’acide urique trop élevé peut conduire le médecin à procéder à des examens complémentaires, car il peut être le signe d’une goutte, de diabète, d’obésité, d’une défaillance rénale aiguë, ou encore de calculs rénaux.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X