Grain de beauté : quand faut-il s'inquiéter ?

36 % des cancers de la peau sont issus d'un grain de beauté. Couleurs, forme, aspect, quand faut-il s'inquiéter ? Le point avec Médisite !

Publicité

Grains de beauté : plusieurs teintes, attention !

La couleur d'un grain de beauté peut aller du brun rosé au noir, en passant par le marron et même le bleu (le grain de beauté prend cet aspect lorsqu'il est sous la peau). La couleur si elle est uniforme n'est donc pas un facteur de risque de cancer. En revanche, méfiez-vous des naevus (grains de beauté) qui présentent plusieurs teintes. "Plus un grain de beauté présente des couleurs différentes, plus il faut le surveiller", martèle le Dr Fabien Guibal, médecin dermatologue. Si c'est le cas, consultez !

Publicité
Publicité

Grain de beauté : il doit être bien délimité

Les grains de beauté doivent être surveillés régulièrement. Tout changement d'aspect doit vous alerter. Classiquement, les bords d'un grain de beauté doivent être bien réguliers et délimités. "Si vous repérez un naevus (grain de beauté, ndrl) asymétrique, ou aux bords irréguliers, en "carte géographie", mieux vaut le montrer à un dermatologue", précise le Dr Fabien Guibal, médecin dermatologue. De la même façon "les grains de beauté de plus de 6 mm de diamètre doivent faire l'objet d'une surveillance particulière". S'ils grossissent ou changent, consultez, il y a risque de cancer !

Dépigmentation, rugosité : alerte !

Plus que la taille, la forme ou la couleur d'un grain de beauté, c'est son évolution qui doit vous alerter. "Un grain de beauté que vous aviez l'habitude de ne pas sentir sous le doigt et qui devient rugueux, une tache unie qui se dépigmente, un naevus qui grossit ou qui gratte doivent amener à consulter", note le Dr Guibal, médecin dermatologue. "Attention aussi au 'vilain petit canard', c'est-à-dire au grain de beauté qui est différent de ceux que vous avez ailleurs." Et ce, même si seuls 36% des cancers de la peau se développent à partir des grains de beauté. Un doute ? Consultez ! Si votre dermatologue estime que l'un d'entre eux est suspect, il l'enlèvera à son cabinet, sous anesthésie locale et le fera examiner en laboratoire.

La rédaction vous recommande sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X