"J'ai subi une chimiothérapie alors que je ne souffrais d'aucun cancer"

Christian Taillurat est un homme comme les autres. Mais un jour, alors qu'il se fait retirer un polype bénin, il est victime de ce que l'on appelle une "erreur médicale". Les médecins lui diagnostiquent un cancer, qui n'existe pas. S'ensuit de nombreuses séances de chimiothérapie. Il nous raconte aujourd'hui son histoire.
Istock
Sommaire

"L'erreur était tellement grosse au départ, qu'ils ont dû la dissimuler". Christian Taillurat, artisan peintre à Bergerac, fait partie de ces victimes dont on ne parle jamais. Celles qui ont vécu une grave erreur médicale il y a quelques années, et qui, depuis, sont tombées dans l'oubli. Pourtant, eux, portent le fardeau de ce coup de bistouri raté - ou de ce dossier médical échangé - toute leur vie. Nous avons donc souhaité donner la parole à cet homme, le temps d'un article.

"J'ai été opéré pour un polype bénin... et on m'a diagnostiqué un cancer"

Tout commence le 24 mars 2015. En ce jour si particulier, Christian Taillurat se fait opérer d'un polype bénin situé dans la vessie. Cette petite excroissance est rapidement retirée et aucune anomalie n'est détectée. Le 27 mars, l'homme rentre donc chez lui, heureux que l'opération se soit bien déroulée.

Mais en chemin, la secrétaire le rappelle : il a oublié de régler les dépassements d'honoraires. Quelques jours plus tard, Mr Taillurat se rend donc chez le chirurgien (Dr F.) de la clinique Pasteur à Bergerac. Il aperçoit dans la salle d'attente un patient mal en point, une poche à la main.

Le chirurgien appelle Christian Taillurat, qui s'assoit dans le bureau. Le Dr F. appuie alors sur le dictaphone et commence à dicter le compte rendu. Il cherche, non sans difficulté, le nom de famille du patient pendant plusieurs minutes... jusqu'à déclarer à voix haute "Ceci conclut l'examen de Mr Taillurat".

Notre future victime lui fait immédiatement remarquer son erreur. Pour lui, aucun doute, ce n'est pas son dossier, mais celui de l'ancien patient, mal en point.

Le Dr F., embêté, lui assène alors "De toute façon, vous avez la même chose : deux tumeurs hautement invasives".

C'est ici que débute l'erreur : un médecin (trop ?) sûr de lui... et un simple échange de dossier.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

mots-clés : Cancer
Source(s):

Remerciements à Christian Taillurat.