Istock
Sommaire

J’ai été diagnostiquée d’un cancer du sein l’année dernière et j’ai été suivie à Gustave Roussy, dans le Val-de-Marne. C’est là pendant les traitements que mon oncologue m’a parlé de cette possibilité de faire une cure spécifique “post-cancer du sein” car plusieurs patientes de l’Institut avaient testé et elles étaient très contentes, cela leur avait apporté beaucoup.

Sur le coup, j’étais très focalisée sur mes traitements, j’ai donc mis ça de côté. J’ai fini le dernier cycle de radiothérapie en juillet et en novembre, j’ai vraiment réfléchi à la question. Pour tout vous dire, j’avais très envie de faire cette cure mais je culpabilisais par rapport à mon employeur car je devais reprendre dans les semaines qui suivaient mon travail en mi-temps thérapeutique.

C’est mon médecin traitant qui a fini par me convaincre, et je me suis renseignée sur les centres et j’ai choisi celui de Dax qui proposait une cure appelée “Parenthèse”. C’est mon médecin qui a fait les démarches ensuite.

J’ai couplé la cure post-cancer avec un programme en rhumatologie, car j’avais des douleurs articulaires - je me demande d’ailleurs si ces douleurs articulaires ne sont pas des effets secondaires des traitements.

Mais honnêtement, je trouve que ce n’était pas une bonne idée de faire ces deux cures conjuguées. J’avais en effet des soins toute la journée (notamment deux cours d’activité encadrée, plus les soins thermaux) et à la fin de la première semaine, j’étais littéralement épuisée. J’aurais sans doute plus profité des atouts de la cure si je l’avais faite isolément, car la fatigue a un peu gâché le moment.

Un moment pour soi, pour se reconstruire

Concernant la cure elle-même, j’ai trouvé le programme vraiment bien pensé, il répond aux préoccupations des femmes quand elles ont fini les traitements.

Cela m’a personnellement beaucoup aidée d’être coupée de mon environnement et de la maladie, d'avoir ce moment à moi, rien qu’à moi.

Surtout, je me suis littéralement réapproprié mon corps, un peu comme si je l'intégrais à nouveau. C'est difficile à comprendre quand on ne l’a pas vécu, mais pendant le cancer, on est comme dépossédé de son propre corps (par les traitements, les soins infirmiers, etc.), et notre image est aussi altérée par la maladie.

Des ateliers très variés

Le programme comprend des soins thermaux, c’est bien, ça détend, mais j’ai aussi beaucoup apprécié les ateliers, notamment l’atelier nutrition car j’ai pris 9 kilos à cause de l’hormonothérapie. La diététicienne a donné des conseils très concrets pour les femmes qui sont sous hormones après le cancer.

Les séances d’activité physique sont aussi très importantes à mon avis, pour se réapproprier notre corps, comme je l’ai dit, mais aussi reprendre confiance en soi, en sa capacité de faire des efforts. C’était vraiment bien car les activités étaient très variées, à l’intérieur ou à l’extérieur.

J’ai moins aimé l’atelier esthétique, je ne l’ai pas trouvé assez ciblé car on nous a proposé des soins qui n’étaient pas compatibles avec l'hormonothérapie, c’est un peu dommage.

Des bénéfices dans les semaines qui ont suivi

Ce que j’ai remarqué aussi c’est que l’on est beaucoup plus à l’écoute pendant la cure que pendant les traitements. J’ai eu la chance d’être suivie à Gustave Roussy, où l’accompagnement est vraiment important (accompagnement psychologique par exemple, ateliers diététiques…) mais pendant les traitements, j’étais surtout focalisée sur ma guérison, pas vraiment sur l’après-cancer. Pendant la cure au contraire, j’étais dans les meilleures dispositions, très à l’écoute. J’ai d’ailleurs mis en place des changements dans ma vie (l'activité physique notamment), que j’ai conservés une fois rentrée chez moi.

Je conseille vraiment à toutes les femmes qui passent par la maladie, si elles le peuvent bien sûr, de suivre un programme de ce type.

Sources

Recueil du témoignage d'Isabelle. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.