Atteinte d'un cancer du sein, Fanny Leeb estime que sa maladie l'a "aidée"

Publié le 13 Mai 2019 à 11h43 par Pauline Capmas-Delarue, journaliste santé
Diagnostiquée d’un cancer du sein à 32 ans, Fanny Leeb s’est confiée sur sa maladie sur le plateau de Sept à Huit, non sans humour.

Fanny Leeb, fille de l’humoriste Michel Leeb, était invitée sur le plateau de Sept à Huit ce dimanche 12 mai. La jeune femme de 33 ans s’est confiée, sans langue de bois et avec beaucoup d’autodérision, sur le cancer du sein dont elle est atteinte. Une maladie difficile, au traitement lourd et plein d’effets indésirables, mais qu’elle a vécu comme un électrochoc.

“Ce cancer a remis les pendules à l’heure”

“J’ai eu deux années très difficiles avant d’avoir mon cancer”, explique-t-elle. La chanteuse, ex-candidate de The Voice, avoue qu’elle “n’arrivait pas à trouver [sa] place”, aussi bien sur le plan artistique que personnel. “Je me remettais en question énormément, je n’avais pas confiance en moi, j’étais ‘la fille de’...” Elle estime donc que ce cancer a “remis les pendules à l’heure”, lui faisant aimer la vie davantage. “Je me suis pris un boomerang, mais clairement, il m’a aidée”.

Pourtant, le diagnostic n’a pas été un moment très heureux pour la jeune femme. Sur le moment, elle ne réalise pas tout à fait ce que cela implique. A 32 ans, difficile d’imaginer que l’on puisse tomber malade... “Vous pleurez, bien sûr. Et en même temps, vous ne savez pas trop pourquoi vous pleurez, vous êtes un peu dans le flou”.

Le corps médical lui rappelle pourtant très vite que le caractère mortel de cette maladie, et la conseille sur le traitement à suivre. “Un des médecins m’a dit : ‘il faut faire comme ça, sinon vous allez mourir’. Un choc pour la chanteuse, en plein enregistrement de son album. “Je ne voulais pas entendre ces mots-là, pour moi, c’était clair et net que j’allais m’en sortir”. Elle commence alors à jongler entre les séances de chimiothérapie et d’enregistrement en studio.

Michel Leeb, très présent pour sa fille

Pour ses parents, la nouvelle est aussi dure à accepter. “C’est moi-même qui les ai un peu plus rassurés au début”. Mais son entourage est très présent pour elle, et notamment son père. “Dès qu’il a ses deux jours off, la plupart du temps, il vient me voir”. Michel Leeb joue aussi de son humour pour redonner le sourire à sa fille. “Ca lui est même arrivé d’essayer de me maquiller !”.

Son frère est également là pour elle, en particulier au moment de la perte de ses cheveux - une étape souvent difficile pour une jeune femme. Ce dernier lui assure : 'quand tu sens que ça commence à tomber, je suis là, je vais chercher la tondeuse et on y va !'. Le jour où une mèche de cheveux lui reste dans la main, son premier réflexe est donc de l’appeler. “J’avais la chance d’être bien entourée à ce moment-là, on en riait”. Son compagnon s’est aussi montré très rassurant sur sa nouvelle apparence.

Elle conseille donc aux femmes atteintes de cancer de s’entourer de la même manière, et de “prendre de la distance, se dire que ça va repousser”. Pour elle, la perruque n’est pas une option : “ça gratte terriblement, vous avez très chaud là-dessous. Et puis surtout, je trouve qu’une femme chauve peut être jolie”.

Fanny Leeb rappelle l’importance de “se palper” régulièrement

Depuis le diagnostic, Fanny Leeb arrive a traversé de nombreux moments difficiles. “Quand on est en chimiothérapie, à des moments on est tellement fatiguées... Oui vous pleurez, oui vous en avez marre”. Mais hors de question pour elle de baisser les bras : “il ne faut pas se laisser bouffer par ça, il faut essayer de se donner des coups de pieds au fesses. Rigoler, passer du temps avec ses amis, marcher, prendre un verre, ça fait du bien”. Et ce qui la rend particulièrement heureuse, c’est la musique : “c’est ce qu’il y a dans mes tripes, ça me fait vivre”.

Une autre leçon qu’elle tire de ce cancer, est l’importance de prêter attention à son corps. C’est par hasard que Fanny Leeb découvre “une petite boule” sur son sein, après avoir renversé un peu de thé brûlant sous sa doudoune. Elle encourage donc toutes les femmes à “se palper” dans la douche et “écouter son corps”. Aujourd’hui, la chanteuse a fini la chimiothérapie depuis une semaine. “Il y a encore quelques petites étapes, mais après la chimio, vous pouvez tout faire”.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X