Hypertension : les inhibiteurs de l’ECA augmenterait le risque de cancer des poumons

Publié le 26 Octobre 2018 par Morgane Garnier, Journaliste Santé
Des chercheurs canadiens ont démontré que les inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine (ECA), prescrits notamment pour traiter l'hypertension, augmenteraient les risques de développer un cancer des poumons de 14% par rapport à d'autres antihypertenseurs.
Publicité

En France, on estime à plus de dix millions le nombre d'hypertendus. Autant de personnes susceptibles de prendre des inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine (ECA), médicaments prescrits dans le traitement de l'hypertension et qui réduisent les risques de crise cardiaque. Mais selon une étude canadienne publiée le 24 octobre 2018 dans la revue BMJ, ils ne seraient pas sans risque pour la santé, puisqu'ils augmenteraient de 14% les risques de développer un cancer des poumons.

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont suivi 992 061 patients qui prenaient des antihypertenseurs sur une période allant de janvier 1995 à décembre 2015. Le but : comparer les risques potentiels entre la prise d'inhibiteurs de l'ECA et celle d'antagonistes des récepteurs de l'angiotensine II (ARA). Il n'y a pas de différence majeure entre ces deux traitements mais selon la Fondation des maladies du cœur et de l'AVC, les ARA "pourraient davantage convenir" aux patients qui souffriraient des effets secondaires des inhibiteurs de l'ECA.

Publicité
Publicité

Inhibiteurs de l'ECA : plus le traitement est long, plus les risques sont élevés

Mais selon les résultats de l'étude, ces derniers seraient en réalité beaucoup moins inoffensifs que les ARA : 7952 participants auraient contracté un cancer des poumons pendant la période l'étude et la prise d'inhibiteurs de l'ECA a été associée à un risque accru de 14% de développer cette maladie par rapport la prise d'ARA. De plus, plus le traitement était long, plus ce risque augmentait : 22% de chances en plus pour ceux qui les prenaient pendant cinq ans, 30% si la prise était régulière pendant dix ans.

Selon les chercheurs, ces risques pourraient s'expliquer par l'accumulation de bradykinine, une hormone peptidique à l'effet vasodilatateur, dans les poumons, "ce qui est connu pour stimuler le développement du cancer des poumons". Si de plus amples études permettront de confirmer ce lien de causalité, ils semblent tout de même avoir mis le doigt sur des effets secondaires préoccupants, le cancer du poumon étant le cancer le plus meurtrier chez l'homme en France.

Inhibiteurs de l'ECA : la liste des médicaments potentiellement concernés

Les inhibiteurs de l'ECA sont des médicaments qui réduisent l'activité de l'enzyme de conversion de l'angiotensine, ce qui entraine une vasodilatation et donc une baisse de la tension. La Fondation des maladies du cœur et de l'AVC a dressé la liste des différentes spécialités :

  • Benazépril ® (LotensinMD)
  • Captopril ® (CapotenMD)
  • Cilazapril ® (InhibaceMD)
  • Énalapril ® (VasotecMD)
  • Fosinopril ® (MonoprilMD)
  • Lisinopril ® (PrinivilMD, ZestrilMD)
  • Périndopril ® (CoversylMD)
  • Quinapril ® (AccuprilMD)
  • Ramipril ® (AltaceMD)
  • Trandolapril ® (MavikMD)
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X