Tous les dix ans, depuis 2000, l'étude KBP dresse un état des lieux des cas de cancer du poumon en France. Les nouveaux résultats de son troisième volet, KBP-2020, révèlent que le nombre de femmes touchées par la maladie ne cesse de croître depuis 20 ans. "Si l’on avait déjà vu entre 2000 et 2010 une forte augmentation de ce cancer chez les femmes, ce constat se confirme, et malheureusement au-delà de nos prévisions", explique le Dr Didier Debieuvre, investigateur principal de l’étude KBP lors d’une conférence de presse.

Le médecin va même jusqu'à évoquer une "épidémie de cancers bronchiques féminins", tant les chiffres sont alarmants :

  • En 2000, 16 % des cas concernaient des femmes
  • En 2010, elles représentaient 24 % des patients.
  • Aujourd'hui, les femmes constituent 34,6 % des malades.

Cette tendance est encore plus marquée chez les moins de 50 ans puisque 40 % des nouveaux cas de cancer du poumon sont féminins dans cette tranche d’âge.

Même si le tabagisme reste toujours la cause majeure de cancer du poumon, elle n’est pas la seule… D’autant que les non-fumeurs sont plus nombreux en 2020 (12,6 %) qu’en 2000 (7,2 %). L'exposition à des particules cancérigènes aériennes, comme celles provenant de l’amiante, du radon, de l’arsenic ou des polluants atmosphériques, est aussi un facteur de risque. Par ailleurs, l'étude met en lumière une diminution des cancers bronchiques chez les jeunes, c’est-à-dire les moins de 50 ans. "Cette évolution pourrait s’expliquer par une hypothèse porteuse d’espoir : est-ce que les campagnes de lutte contre le tabac ne seraient pas en train de commencer à faire leurs preuves ? Pour le savoir, il faudra attendre KBP 2040", analyse le Dr Debieuvre.

Cancer des poumons : se faire dépister rapidement

Autre point que l’étude met en avant : le dépistage trop tardif. En 20 ans, aucune amélioration n’a été constatée. Pourtant, le dépistage précoce pourrait faire gagner près de cinq ans d’espérance de vie. C’est ce qu’il ressort d’une étude publiée de 17 décembre dernier dans la revue JAMA Network Open. Mais pour cela, il faut connaître les principaux signaux qui alertent sur la maladie.

Il faut savoir qu’au début de son évolution, le cancer bronchique ne provoque aucun symptôme. Plus courante chez les fumeurs, la toux est le premier indice auquel il faut faire attention. L’aggravation ou la persistance de celle-ci doit alerter. D’autre part, les principaux symptômes du cancer du poumon sont :

  • Une douleur thoracique, persistante qui s’accentue à la toux ou à l’inspiration profonde ;
  • L’apparition d’une respiration sifflante ;
  • L’apparition d’un essoufflement, d’abord à l’effort, puis au repos ;
  • La présence de crachats sanglants ;
  • Une voix enrouée persistant plus de 3 semaines ;
  • Des bronchites ou pneumonies à répétition ;
  • Une perte de poids et d’appétit ;
  • Une fatigue chronique ;
  • Des maux de tête, des douleurs osseuses…

> Téléchargez gratuitement votre guide mutuelle senior 2022 et économisez sur votre facture santé ! En savoir plus >

Sources

https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1877120321006480

http://www.cphg.org/kbp-2020/

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.