C’est une progression scientifique importante que viennent de réaliser des chercheurs américains de l’université de Yale. Ils ont réussi à ranimer durant quelques heures des cellules de porcs décédés. Pour cela, ils ont anesthésié les animaux et provoqué une crise cardiaque, ce qui a privé leurs cellules d’oxygène et empêché le sang de circuler. Sans oxygène, les cellules des mammifères meurent, comme le détaille la revue scientifique Nature le 3 août 2022.

Une heure après, ils ont injecté dans les porcs morts un liquide mélangé avec une forme synthétique d’hémoglobine (qui transporte l’oxygène dans les globules rouges) et du sang de l’animal prélevé de son vivant. A cela, ils ont ajouté des médicaments pour empêcher la formation de caillots sanguins et protéger les cellules. À la suite de cette manipulation, le sang s’est remis à circuler dans les cellules mortes ! Le cœur, le foie et les reins ont ainsi pu refonctionner pendant six heures.

Une avancée majeure pour la science

"Ces cellules fonctionnaient des heures après alors qu'elles n'auraient pas dû fonctionner. Cela montre que la disparition des cellules peut être stoppée", a déclaré Nenad Sestan, auteur principal de l'étude et chercheur à l'université de Yale.

Ces mêmes chercheurs avaient déjà réussi, en 2019, à restaurer les fonctions cellulaires d’un cerveau de cochon. Mais cette nouvelle réussite scientifique, baptisée OrganEx, ouvre des perspectives majeures pour la chirurgie : en vue d’une greffe, des organes vitaux pourraient être "ranimés" et sauver la vie de personnes en attente d’une greffe.

En attendant, cette découverte suscite des questions médicales, éthiques, voire philosophiques. Benjamin Curtis, philosophe spécialisé dans l'éthique à l'Université britannique de Nottingham Trent s’interroge : "Cette étude montre de nombreux processus que nous pensions irréversibles ne le seraient pas". Il précise : "Et, selon la définition médicale actuelle de la mort, une personne pourrait ne pas être vraiment morte avant des heures". Ce qui accroît le risque de sauver une personne mais d’être ensuite incapable de la sortir d’une assistance vitale.

Sources

Revue Nature

https://www.nature.com/articles/d41586-022-02060-9

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.