Sommaire

Café : gare à l'infarctus

Des dangers pour le coeur : Le café peut être risqué pour votre santé s'il est pris en excès. L’excès de caféine augmente la libération d’adrénaline dans l’organisme, ce qui va entraîner une augmentation du rythme cardiaque , des risques d’arythmie, le resserrement des coronaires et l’excitation du système nerveux sympathique. Le danger débuterait au-delà de 4 tasses de café par jour.

Des risques de cancer : Certains chercheurs ont estimé qu’une consommation de café excédant six tasses par jour pouvait avoir une incidence sur le développement du cancer de la vessie et du pancréas. De plus, il faudrait éviter de boire des boissons trop chaudes.“Plus de 65 degrés peuvent provoquer des microlésions et augmenter le risque de cancer de l’oesophage” nous a expliqué le Dr Avi Assouline, cancérologue.

Des effets qui varient selon les personnes : "Une étude publiée dans le journal The American Medical Association a montré qu’il existe deux catégories de personnes ayant un rapport à la tolérance au café. Celles qui l'assimilent rapidement et celles qui le métabolisaient plus lentement. Ces dernières auraient une plus grande probabilité de faire un infarctus si leur consommation était de 3 ou 4 cafés par jour" relate le Dr Richard Haddad, médecin généraliste spécialisé en nutrition.

La consommation idéale : Pas plus de deux cafés par jour.

Des effets aussi positifs : A doses modérées, la prise de café a des propriétés bénéfiques pour la santé, comme l’amélioration de la concentration, de l’humeur… Comme l'explique le Dr Haddad "la caféine permet d’accroitre les performances physiques. Elle amplifie l’endurance, augmente la vitesse et la puissance. Cet effet peut agir sur une période qui varie de 1 min à 2 heures. Le café peut, pour certains, aider à provoquer une perte de poids, par réduction du tissu graisseux et du nombre d’adipocytes, en augmentant le métabolisme lipidique."

Thé : des risques pour la prostate

Des dangers pour la prostate : Selon une étude menée à l’Université de Glasgow en Ecosse, boire trop de thé pourrait doubler le risque de cancer de la prostate. Les scientifiques ont demandé à 6016 patients âgés de 21 à 75 ans de remplir un questionnaire sur leurs habitudes de consommation d’alcool, de cigarettes et de thé. Résultat, 6,4 % des sondés ont développé un cancer de la prostate au cours des 37 dernières années.

Parmi eux, les chercheurs ont constaté que ceux buvant plus de 7 tasses de thé par jour doublaient leur risque de développer ce cancer, en comparaison à ceux qui n'en buvaient pas ou moins de 4 tasses par jour.

Des risques d'anémie : "Devant une fatigue, une baisse de tension, des maux de tête, une pâleur ou une perte d’appétit, il nous faut rechercher une anémie et si elle existe, il faut recharger en fer, par des conseils alimentaires ou la prescription de fer, explique le Dr Richard Haddad. Nous savons que le tanin contenu dans le thé empêche l’absorption du fer qui existe sous 2 formes : animale dit héminique (viandes et dérivés, poissons et crustacés) et végétale dit non–héminique, plus importante en quantité, mais moins bien assimilable (comme les céréales, les légumineuses, certains fruits secs, le tofu)."

La consommation idéale : "Sachant que le tanin empêche l’absorption du fer, il ne faut jamais consommer de thé aux repas" conseille le médecin. De plus "pour les amateurs de thés, choisir toujours des aliments contenant de la vitamine C qui à l’inverse du thé aide à la pénétration du fer dans l’organisme. Ce fer qui, rappelons-le, logé sur l’hémoglobine, est indispensable au transport de l’oxygène dans l’organisme." précise le docteur.

L’alcool : 7 risques de cancers

Des risques de démence : "Des études parues dans le Bristish Medical Journal ont montré que plus la consommation d'alcool était élevée, plus le risque de survenue d'une démence était possible. Seule une consommation ZERO garantissait l’absence d’atteinte du cerveau aux tests psychologiques. De plus, l’IRM a montré une atteinte de l’hippocampe, qui est la zone du cerveau dédiée à la mémoire. Plus la consommation d’alcool était importante et plus la surface de l’hippocampe se rétrécissait. Ces nouvelles études montrent l’effet toxique et dangereux de l’alcool sur le cerveau dès les premiers millilitres."

Des risques de surpoids : Sur Medisite, le Dr Béatrice de Reynal spécialisé en nutrition rappelle que "l’alcool provoque une hypoglycémie réactionnelle qui induit une consommation excessive de calories, induisant un surpoids et des risques de maladies cardiovasculaires, une vasodilatation (augmentation du volume des vaisseaux sanguins), et une perte en eau préjudiciable pour l'organisme."

Des risques de cancers : Lors du Congrès de l'Asco dédié à la recherche sur le cancer, aux Etats-Unis, un rapport a montré la responsabilité de l'alcool dans le développement de 7 cancers :

  • cancer de la bouche
  • cancer de la gorge
  • cancer de l'œsophage
  • cancer du côlon
  • cancer du rectum
  • cancer du foie
  • cancer du sein

Selon ce rapport, les femmes qui boivent même un verre de bière ou de vin par jour, avec une teneur en alcool plus faible que la majorité des alcools, seraient 5 fois plus susceptibles de développer un cancer du sein et 9% plus susceptibles de développer un cancer. Le cancer du foie est souvent causé par une cirrhose, qui elle, est généralement provoquée par une consommation d'alcool.

Un alcool plutôt qu'un autre ? L'alcool influerait sur le développement du cancer. Néanmoins, certains consommés avec modération pourrait avoir des effets positifs sur l'organisme : "Le vin est bon pour la santé grâce aux polyphénols qu’il contient. Les vins rouges contiennent entre 1500 et 7000 mg de polyphénols. Les vins blancs et les rosés totaux entre 150 à 600 mg pour. Le vin serait utile et efficace sur la mémoire, le poids, l’ossification, la tonicité de la peau, la pilosité, les dents, le sommeil, les défenses immunitaires, la qualité de nos artères et l’état de notre cœur." explique le Dr Haddad. Tout en précisant que "pour prévenir les maladies cardiovasculaires, l'alcool se situe encore bien loin derrière une alimentation saine, l’adjonction de prébiotiques et d’aliments riches en polyphénol, la pratique d'activité physique et la cessation du tabagisme."

La consommation idéale : pas plus de deux verres de vin par jour, selon le Dr Richard Haddad.

Jus de fruits industriels : gare à la stéatose hépatique ou "NASH"

"Bien que plus fréquent avec les boissons gazeuses sucrées, on peut voir de graves conséquences avec l’abus de jus de fruits industriels. Je veux parler ici de la stéatose hépatique trop peu prise en considération par mes confrères médecins du fait de la difficulté de la prise en charge" explique le Dr Richard Haddad.

Des risques d'obésité et de diabète : "L’augmentation de la stéatose hépatique non alcoolique (NASH) est parallèle à l'augmentation de l'obésité et du diabète, par augmentation significative de la consommation alimentaire de fructose. Un verre de jus de fruits industriel possède la même quantité de sucre qu’un verre de soda (pour 100ml de jus d’orange, on retrouve 10g de sucre). Et tout sucre rapide entraine l’hyperinsulinisme avec toutes ses conséquences. Ceci étant aggravé par l’absence totale de fibres insolubles et solubles. Sans parler bien sûr des vitamines et autres nutriments."

Le mieux : "Mangez des fruits entiers. Il n’y aura jamais d’intoxication au fructose en mangeant 2 à 3 pommes par jour. Si l’on veut limiter encore plus cet apport en sucre-fructose, les fruits rouges sont la solution en dehors bien sûr du raisin (framboises, fraises, myrtilles). Buvez des smoothies. Ce genre de mélange est très intéressant. Pour limiter l’apport en fruits, on peut y ajouter des légumes, voire un peu de protéines le matin pour être au top de sa forme" recommande le Dr Haddad.

Pour réaliser vos jus de fruits, le médecin conseille d’opter pour un blender. "Cet appareil conserve les fibres du fruit. Les jus de fruits frais contiennent tous les éléments nutritifs des fruits excepté les fibres qui sont le plus souvent en teneur réduite, et apportent donc l’eau, les glucides, les vitamines (vitamine C, vitamine B9, bêta-carotène), les minéraux (potassium) et les constituants "non nutritifs" des fruits. Nous savons depuis les travaux sur le microbiote que ces fibres sont indispensables au bon fonctionnement de l’intestin. Que ce soit fibres insolubles ou fibres solubles que l’on peut nommer prébiotiques."

Soupes industrielles : mauvaises pour la tension

Une mauvaise influence sur la tension : Les soupes en briques que l’on trouve dans les supermarchés sont bien souvent trop riches en graisses et en sel. "Pour les adultes, l’OMS recommande de consommer moins de 5 grammes de sel par jour, ce qui représente un peu moins d’une cuillère à café. Le sodium est un nutriment nécessaire pour le maintien du volume plasmatique, l’équilibre acido-basique, la transmission des influx nerveux et le fonctionnement normal des cellules. L’excès de sodium a des conséquences néfastes pour la santé, dont l’hypertension artérielle" explique le Dr Haddad.

Des effets sur la glycémie : Le Dr Richard Haddad explique : "Nous pouvons reprocher aux soupes industrielles qu’elles sont riches en sucre, en sel, en épaississants, en colorants, en glutamate de sodium et en additifs de tous genre comme l’amidon de maïs dont l’inconvénient majeur est d’augmenter l’index glycémique."

Le mieux : "Vous avez certainement compris que si vous devez choisir une soupe, il vous faut opter pour celle qui est maison ! La sauvegarde de notre santé passe par 1 à 2 h de cuisine par semaine pour préparer des soupes géantes pour toute la famille et pour toute la semaine, surtout en période d’hiver. Vous pouvez suivre toutes les recommandations des régimes "index glycémique bas", du "régime hypocalorique", du "régime Alcalin" et bientôt du "régime Microbiotique" et là, vous pourrez laisser libre cours à votre imagination. Avec toutes les épices que vous souhaitez, puisque nous savons à présent que si le citron équilibre et alcalinise la muqueuse intestinale. Les épices, elles, sont des puissants nettoyeurs cellulaires."

Et la soupe surgelée ? "La soupe surgelée est le deuxième choix car elle n’est pas salée, vous pouvez donc l’assaisonner selon votre goût. Nous savons que la soupe fraîche a une durée de conservation limitée, la soupe surgelée peut être gardée 2 à 3 jours maximums au réfrigérateur" indique notre spécialiste.

Et la soupe en poudre ? "Le seul intérêt de la soupe en poudre reste son prix et son utilité sur un vaisseau spatial ! Je développerai plus concernant la soupe en brique qui jusqu’à présent était très critiquée. J’ai en main une de ces briques et si quelques améliorations restent à faire, je note l’effort sur le BIO, sur la quantité de sel qui est diminuée, sur les arômes qui sont naturels, et sur l’adjonction de fibres indispensables à la sauvegarde du microbiote et de notre santé" précise le Dr Richard Haddad.

Sachez-le :le sel et les graisses sont des exhausteurs de goût économiques pour le fabricant qui permettent d'augmenter le poids des produits et leur prix au kilo.

Sodas : dangereux pour le foie

Des risques pour le foie : Il suffirait de deux canettes de boissons gazeuses et sucrées par jour pour augmenter le risque de maladie du foie, rapporte une étude de l'université de Tufts aux Etats-Unis. Pour en arriver à cette conclusion, les scientifiques ont interrogé 2634. Ceux qui buvaient plus d'une canette de sodas par jour ont été plus nombreux à avoir été diagnostiqués d'un trouble hépatique par rapport à ceux qui en consommaient moins.

Des risques de diabète : "La surconsommation de boissons sucrées, en particulier de boissons gazeuses, favorise le surpoids, l’obésité, des troubles métaboliques, une accumulation de graisse intrahépatique et le syndrome métabolique, explique le Dr Haddad. Ces boissons contiennent de grandes quantités de sucres facilement assimilables et peuvent contribuer à la prise de poids et à un risque accru de diabète de type 2."

Boissons light : aspartame et fructose risqués ?

Selon les travaux du Pr John Blundell, directeur du département de psychobiologie à l’Université de Leeds aux Etats-Unis, les édulcorants entraîneraient un manque de sucredans l’organisme, donc des envies irrépressibles de grignoter sucré.

Les dangers de l’aspartame : "Pour certains les preuves de son implication dans les problèmes de santé manquent et les résultats restent encore contradictoires, argue le Dr Richard Haddad au sujet de l'aspartame. Pour d’autres l’absorption est extrêmement dangereuse. Mais il reste l’édulcorant le plus utilisé. Selon les études, l'aspartame provoque deux phénomènes : pas d’activation des circuits de récompense et donc surcompensation calorique, et des modifications du microbiote intestinal qui expliqueraient des changements métaboliques." D’après le Parlement européen, la dose journalière acceptable ne doit pas dépasser 40 mg par kilo de poids corporel par jour.

Les dangers du fructose : De nombreuses études sur les animaux montrent que la consommation de fructose entraîne une transformation des sucres en graisses. C’est un processus tout à fait normal qui permet de faire des réserves. Seulement voilà, le fructose multiplie ce phénomène jusqu’à 15 fois. Ce n’est pas un hasard si une étude américaine a démontré en 2007 que ce glucide issu des fruits est mauvais pour le système cardio-vasculaire. "Une théorie valable encore aujourd’hui propose que les boissons édulcorées avec du sirop de maïs à haute teneur en fructose sont particulièrement néfastes pour la santé, car elles contiennent du fructose sous sa forme monosaccharidique libre" complète le Dr Haddad.

Boissons énergisantes : des risques pour le coeur

Trop de caféine mauvaise pour le coeur : sous surveillance en raison d'effets indésirables suspectés, notamment cardiaques, ces boissons contiennent quasi systématiquement de la caféine. Une canette contient 80mg de caféine, presque la même quantité qu’une tasse de café.

Le Dr Richard Haddad explique : "Les boissons énergisantessont vendues dans les salles de sport. Le vrai problème est que les produits et les substances contenues dans les boissons énergisantes sont mal précisées, voire pas du tout indiquées. Ce bonus important de café présent dans ces boissons va perturber l’irrigation du cœur et le sang va quitter les coronaires pour le myocarde lors de l’effort sportif. Ces surcharges en caféine peuvent aussi révéler une maladie des canaux sodiques, calciques ou potassiques à l’origine peut-être de ces morts brutales sur les terrains de sport."

Des dangers pour les reins : "En plus de la caféine, le Redbull (la plus connue des boissons énergisantes, ndlr) contient d’autres produits excitants et dangereux, dépassant très largement les doses comme la gluconolactone qui est néphrotoxique" indique le Dr Haddad.

A savoir : L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses) déconseille leur consommation aux femmes enceintes (risque de retard de croissance du foetus) ou allaitantes (passage de la caféine dans le lait).

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.