Sommaire

C’est une épreuve que bien des parents connaissent… Voir son enfant quitter le domicile familial pour voler de leurs propres ailes est souvent difficile et ce coup de blues, plus ou moins passager, porte un nom : le syndrome du nid vide. Environ 35 % des parents en souffrent, avec une prévalence chez les femmes. La comédienne Alexandra Lamy ne fait pas exception.

Alexandra Lamy a mal vécu le départ de sa fille

Maman d’une jeune femme de 22 ans, la star se confie à ce sujet dans une interview accordée à Télé 7 Jours, parue en kiosques lundi 10 août. Pour elle non plus, le départ de sa fille Chloé, qu’elle a eue avec son ancien compagnon Thomas Jouannet, n’a pas été une partie de plaisir. “C'est horrible de se dire : 'Je n'ai plus à m'occuper de mon enfant. Il n'a plus besoin de moi’”, explique-t-elle.

Et pour cause, la famille est très importante pour l’ex-épouse de Jean Dujardin. “C’est mon socle. Pendant le confinement, on s’est tous retrouvés dans le Gard, chez mes parents”, révèle la star. Ce qui lui a permis d’avancer sur un projet de film avec sa petite sœur, Audrey Lamy.

“Une nouvelle relation se construit, et c’est très agréable”

Néanmoins, Alexandra Lamy a réussi à surmonter son syndrome du nid vide, et même à apprécier cette nouvelle étape de sa vie : "Une nouvelle relation se construit, et c'est très agréable", raconte l’actrice. D’autant que sa file sait pertinemment qu’elle pourra toujours compter sur elle, tout en vivant à distance. "Même si Chloé se débrouille très bien toute seule, elle me demande conseil. Comme je peux le faire, à 48 ans encore, avec mon père".

Désormais actrice à son tour, Chloé Jouannet donc compter sur l’expérience de sa maman dans le métier. “"Ce que je dis aux petits jeunes qui débutent et à ma fille : “prends ton temps ! ” Ça ne sert à rien d’exploser à 20 ans, l’essentiel, dans une carrière, c’est de durer”, rapportait-elle déjà à Gala, en septembre 2018. Elle rappelle également aux jeunes acteurs que se “planter” n’est pas grave, car “on apprend de ses échecs”.

Syndrome du nid vide : qu’est-ce que c’est ?

Syndrome du nid vide : qu’est-ce que c’est ?

Le syndrome du nid vide est une période de déprime traversée par certains parents lorsque leurs enfants quittent le domicile familial. Cette phase d’adaptation peut occasionner une tristesse, de l’anxiété, un sentiment d’abandon, voire une véritable dépression - quand bien même les parents peuvent ressentir de la fierté et être heureux pour leur progéniture.

“Lorsque ma fille de 17 ans a décidé de partir étudier au Canada, j'ai ressenti ce vide”, expliquait la réalisatrice Lisa Azuelos au Parisien, en mars dernier. “Pendant vingt-cinq ans, je m'étais investie à fond dans ma fonction de mère, et d'un coup, tout un pan de ma vie n'existait plus, il fallait que je me réinvente un nouveau moi. C'est un peu comme lorsqu'on se retrouve brutalement au chômage. Le syndrome du nid vide, c'est un chômage de maman”.

Problèmes cutanés, troubles digestifs : des symptômes physiques sont possibles

Le syndrome du nid vide, c’est une page qui se tourne, c’est une forme de renoncement à toute une étape de sa vie. Nos enfants n’ont plus besoin d’être protégés, ils peuvent se débrouiller seuls. La maison semble vide, le rythme quotidien est bouleversé. Impossible également de savoir ce qu’ils font de leurs journées, ce qui peut générer de l’angoisse.

Sorte de “baby-blues à retardement”, ce syndrome peut aussi occasionner divers symptômes physiques. “Il se traduit parfois par des problèmes cutanés ou digestifs, voire beaucoup plus graves”, décrit l’essayiste Brigitte Bloch-Tabet. “Autrefois, les femmes consultaient leur généraliste pour un mal-être diffus, sans penser à faire le lien avec le départ de leur enfant. Mettre un nom sur ce syndrome permet déjà de mieux l'affronter”.

Comment prévenir et surmonter le syndrome du nid vide ?

Comment prévenir et surmonter le syndrome du nid vide ?

“Il faut avoir très tôt en tête que nos enfants auront un jour une vie sans nous. Ils ne nous appartiennent pas”, explique la psychologue Béatrice Copper-Royer, auteure de l’ouvrage Le jour où les enfants s'en vont (Albin Michel), à nos confrères de Psychologies.

Elle précise que le rôle des parents, c’est justement de “les construire afin qu’ils réussissent à vivre loin de nous”. Pour bien anticiper leur départ, il faut aussi conserver une vie personnelle, même lorsque les enfants vivent encore sous notre toit. Cela passe par “une vie affective et/ou professionnelle épanouie, ou encore des activités personnelles”. Autrement dit, conserver des activités quotidiennes qui n’impliquent pas les enfants, pour en pas être trop chamboulé lorsqu’ils ne seront plus là.

Ne refoulez pas votre tristesse : laissez-la sortir

Si vous ressentez néanmoins cette souffrance, ce sentiment de vide, il ne faut pas les minimiser. "Toute émotion refoulée se débrouille toujours pour revenir en force plus tard. Mieux vaut donc accueillir et accepter sa tristesse, sa nostalgie, même parfois sa colère et sa révolte", détaille le psychanalyste Saverio Tomasella, interrogé par Notre Temps.

“Osons verser quelques larmes – bien entendu, pas devant notre enfant afin de ne pas le freiner dans son élan – et n’hésitons pas à nous plaindre de notre sort auprès d’une oreille bienveillante. "Il faut que ça sorte !".

En outre, le départ des enfants n’a pas que des mauvais côtés, et il peut être bénéfique de penser aux aspects positifs. Cette page qui se tourne, c’est aussi l’occasion de démarrer un nouveau chapitre. De se (re)découvrir en tant qu’individu et de donner un nouveau souffle à son couple. Et le fait que vos enfants ne vivent plus sous votre toit ne signifient pas que les liens sont rompus : au contraire, comme l’expliquait Alexandra Lamy, une nouvelle relation va se créer avec eux, qui peut être tout aussi enrichissante.

> De plus en plus de femmes renoncent à la chirurgie esthétique et utilisent cette pilule à la place.

Sources

Alexandra Lamy confrontée au syndrome du « nid vide »: ses confidences sur sa fille Chloé, Gala, 10 août 2020. 

Le «syndrome du nid vide», quand les enfants quittent la maison, Le Parisien, 7 mars 2019. 

Prévenir le syndrome du nid vide, Psychologies, 23 avril 2019. 

Le syndrome du nid vide, comment le dépasser, Notre Temps, 18 juillet 2019.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.