Sommaire

Outre le seul problème du maquillage, la peau de notre visage est soumise à bien des agressions quotidiennes : filtres solaires, pollution, particules, poussières et cellules mortes sont autant d’éléments qui s’accumulent sur notre épiderme et en obstruent les pores. Résultat ? Notre peau a du mal à respirer et à se régénérer.

"Le but du démaquillage est d’enlever toutes les particules et cellules mortes qui se déposent sur notre épiderme et l’asphyxient progressivement" explique Flora Fischer. Car bien plus qu’un simple démaquillage, le nettoyage minutieux de la peaula débarrasse également de toutes les impuretés qui s’y accumulent.

Par ailleurs, c’est au cours de la nuit que les cellules de la peau se régénèrent et que le derme se répare, et l’opération est bien plus compliquée et moins efficace lorsque il est encrassé. "Le démaquillage quotidien est donc indispensable, que l’on se maquille ou non", conclue la dermatologue.

Qu’est-ce qu’un bon démaquillage ?

Lait démaquillant, gel moussant, savon, eau micellaire, lingettes … au rayon démaquillants, les produits sont aussi nombreux que variés et il est facile de s’y perdre. "Il n’existe pas un démaquillant parfait tous les types de peau : chacun doit trouver celui qui lui convient", explique la dermatologue. Quand les peaux sèches préfèreront un lait démaquillant relipidant et sans rinçage, les peaux grasse à tendance amnésiques privilégieront plutôt les gels moussants ou les eaux micellaires, et les peaux très sensibles pourront terminer par un brumisateur d’eau thermale.

"Finalement, ce qui importe n’est pas tant la nature du produit démaquillant, que la façon de se démaquiller ", insiste Flora Fischer. La règle d’or ? Se démaquiller soigneusement et en profondeur mais sans trop frotter, jusqu’à ce que le coton démaquillant soit propre après le dernier passage sur la peau.
Et à celles qui ont l’impression qu’un démaquillant sans rinçage est moins efficace : c’est une idée fausse. Les laits démaquillants et les eaux micellaires peuvent être très efficaces, à condition de respecter le bon choix pour son type de peau. "Je déconseille par exemple les eaux micellaires aux peaux très sensibles et sèches, pour lesquelles un lait sans rinçage - éventuellement suivi d’une brume d’eau thermale - sera mieux adapté ", indique la dermatologue.

Risque à court terme : une peu terne et des imperfections

Ne pas se démaquiller revient finalement à se coucher avec un film d’impuretés sur le visage. Outre le côté peu hygiénique de la chose, et le fait que c’est finalement notre taie d’oreiller qui va faire partiellement office de coton démaquillant, les premières conséquences sur la peau se feront sentir au bout de quelques jours seulement.
"Les pores bouchés vont favoriser l’accumulation du sébum avec une hyper-séborrhée réactionnelle, et l’absence de nettoyage permettra la prolifération bactérienne. A la clé : des comédons et de l’acné ", alerte Flora Fischer.
Les résidus et saletés couvrant la peau empêchent par ailleurs son oxygénation, ainsi que le renouvellement de ses cellules. Après deux à trois jours de ce traitement, la peau devient grise et terne, sujette aux rougeurs et aux imperfections.

Risques pour les yeux : des infections, des poches et des cils fragilisés

Dès lors que l’on utilise des produits de maquillage (fards, mascara, eye-liner et anti-cernes ) le démaquillage des yeux est primordial. "D’une part, la peau des paupière est la plus fine et la plus délicate du visage, et d’autres part, la région des yeux est particulièrement sensible aux infections ", souligne Flora Fischer
La première conséquence à se coucher en gardant son maquillage autour des yeux, est un ralentissement du fonctionnement du système lymphatique qui aboutit à une moins bonne circulation sanguine. Résultat : des paupières gonflées et l’apparition de poches sous les yeux.

Un deuxième effet possible est le développement de germes et l’apparition d’infections ou de réactions inflammatoires au niveau des paupières et/ou des yeux. Gare alors aux orgelets, blépharites ou autres conjonctivites.
Enfin, un mauvais démaquillage des cils peut favoriser leur chute par paquets. Pour ôter soigneusement du mascara, un démaquillant bi-phasé avec une composante huileuse est donc particulièrement indiqué.

Risques à long terme : le vieillissement prématuré

Enfin, pour celles qui oublient trop souvent et sur le long terme, de passer à la salle de bain avant de se coucher, le risque est d’accélérer le vieillissement cutané.
Première raison : une peau démaquillée permet au soin appliqué le soir et/ou le matin, de pénétrer plus facilement dans le derme pour agir plus efficacement. Que ce soit une simple crème hydratante pour les peaux jeunes ou un vrai soin anti-âge pour les peaux matures, leur effet sera considérablement amoindri s’il se pose sur une peau encrassée.

Ensuite, le démaquillage relance le drainage lymphatique, active le renouvellement cellulaire et aide à détoxifier la peau. Une triple action qui permet de retarder l’apparition des rides et ridules.
Attention toutefois à procéder délicatement, en préférant tamponner doucement la peau avec le coton plutôt que de la frotter vigoureusement.

> Les biens rares des plus grands promoteurs sont sur Immo.planet !

Sources

Merci à  Flora Fischer, dermatologue à Paris et auteure du livre "Confidences d’une dermatologue". 

mots-clés : démaquillage, Risques, peau
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.