Sommaire

Le 14 juin 2019, Alain Delon était frappé par un AVC. Il avait été admis en soins intensifs à l'hôpital américain de Neuilly-sur-Seine, où il avait subi une opération.

Depuis cet incident, l'acteur culte français se repose dans sa propriété du Loiret à Douchy, et tente de se remettre de son accident vasculaire. Mais sa rééducation ne se passe pas comme prévu. On vous explique les raisons.

AVC : Alain Delon a perdu du temps dans sa rééducation

Malgré une grande volonté, il n'est jamais évident de se remettre d'un AVC.

Alain Delon en subit d'ailleurs encore les frais, plus d'un an après son incident. Et un détail en particulier lui a coûté d'un point de vue santé : le confinement. En effet, d'après les propos de son fils, l'épidémie de Covid-19 a perturbé les séances de rééducation du comédien.

"Mon père n'a plus voulu personne chez lui pendant le confinement", a-t-il ainsi révélé dans les colonnes de Paris Match, en kiosque aujourd'hui.

Anthony Delon a précisé que de ce fait, le kiné en charge de la rééducation de son père ne venait plus trois fois par semaine, comme c'était le cas auparavant.

Par conséquent, l'acteur du "Guépard" met plus de temps que prévu à se remettre de son accident vasculaire. Son fils se veut néanmoins assez optimiste :

"Il a régressé mais ça va mieux", précise-t-il, avant d'ajouter "qu'il a perdu quatre mois dans sa rééducation alors qu'il était sur la pente ascendante".

L'acteur garde le moral durant cette longue guérison

Si sa convalescence a été retardée à cause de l'épidémie de coronavirus, l'ex-compagnon de Romy Schneider garde toutefois le moral. Il se porte "mieux", comme il l'expliquait à l'AFP en juin dernier, tout en précisant que le fait de retrouver un bon état de santé était forcément long. Au total, la durée de repos du comédien s'étale sur un an et demi, selon les propos de son fils. Mais elle pourra être prolongée si besoin.

Son fils aîné Anthony précise en outre à Paris Match que l'acteur reste optimiste et que son moral n'a pas changé : "il reste comme avant".

Pour aller de l'avant, Alain Delon peut bien évidemment compter aussi sur le soutien et l'amour de sa famille : ses trois enfants, Anthony, Alain-Fabien et Anouchka, mais aussi son petit-fils, né en février dernier.

Si le comédien venait à mourir, il choisirait l'euthanasie

Interviewé fin mai par la presse suisse, Alain Delon avait multiplié les allusions à la fin de vie. Il évoquait à cette occasion l'euthanasie sans ambiguïté.

"Exit Suisse (Association qui défend le non-acharnement thérapeutique, ndlr), je trouve ça grandiose. Il y a un côté très propre. Tu es dans ta chambre, avec les gens que tu veux, avec les amis que tu as choisis. Ce sont tes derniers moments, mais c’est toi qui décides, personne d’autre", défendait-il.

Et qui dit fin de vie, dit aussi succession. Ce qu'a déjà intégré l'acteur. "Cela fait plus d’un an que les enfants Hallyday se déchirent dans la presse. Moi, je déteste plus que tout les ventes posthumes, confiait l’acteur. J’ai déjà organisé avec mes avocats pratiquement tout ce qui se passera le jour où je devrai partir".

Si Alain Delon semble avoir tout prévu, toutes ses volontés ne seront pas forcément simples à mettre en pratique. En France, l’euthanasie est interdite. Il devra l'envisager dans un autre pays.

AVC : comment le reconnaître ?

AVC : comment le reconnaître ?© Istock

En France, l'AVC représente la 3ᵉ cause de décès (40 000 décès en 2017). C'est la première cause de handicap acquis de l’adulte (plus de 500 000 Français) et la deuxième cause de démence. C'est pourquoi il est primordial de savoir le détecter.

Les symptômes sont très divers car ils dépendent de la localisation de la lésion (chaque partie du cerveau ayant sa spécialité propre : mouvements, langage, vision, sensibilité…).

Certains signes courants doivent cependant vous alerter :

  • Faiblesse musculaire ou paralysie d’un ou de plusieurs membres ou du visage, généralement d’un seul côté du corps (ce que l’on appelle hémiplégie).
  • Perte de sensibilité ou engourdissement d’un ou de plusieurs membres ou d’une partie du visage.
  • Trouble du champ visuel, de la vue, perte de la vision d’un œil (appelée cécité unilatérale) ou de la moitié du champ visuel pour chaque œil (hémianopsie) ou vue double (diplopie).
  • Trouble du langage, déviation de la bouche.
  • Difficulté à s’exprimer. Soit parce qu’il est difficile pour la personne d’articuler ou de trouver ses mots, soit en raison d’une utilisation des mots incompréhensibles ou une difficulté à comprendre ce que l’on entend
  • Troubles de l’équilibre ou de la coordination des membres.
  • Trouble de la vigilance pouvant aller jusqu’au coma.
  • Mal de tête brutal et inhabituel.

Si vous reconnaissez l'un de ces signes, appelez immédiatement le 15 ou le 11 2 (numéro d'urgence européen) depuis un téléphone fixe ou d'un téléphone mobile (même bloqué ou sans crédit).

AVC : comment réagir en attendant les secours ?

AVC : comment réagir en attendant les secours ? © Istock

D'après le site Améli.fr, voici la marche à suivre dans l'attente des secours :

  • il faut allonger le malade avec, si possible, un oreiller sous la tête et noter l'heure de survenue des premiers signes de l'AVC, regrouper si possible les ordonnances et les derniers examens de sang réalisés ;
  • il ne faut pas faire boire, ni faire manger la personne ;
  • il ne faut pas lui donner un médicament oral ou en injection même s'il s'agit d'un traitement habituel.

Lorsque vous êtes en communication avec le médecin régulateur ;

  • parlez calmement et clairement ;
  • donnez votre numéro de téléphone ;
  • donnez votre nom et celui du malade ;
  • indiquez le lieu et l'adresse exacte, ainsi que l'étage et le code d'accès éventuel ;
  • décrivez le plus précisément possible les signes qui vous ont alerté (paralysie d'un membre, ou soudaine faiblesse musculaire, troubles de la parole ou de la vision), l'heure de début, le mode d'installation des signes et leur évolution (disparition, stabilisation, aggravation) et l'état de conscience (éveillé, somnolent...) ;
  • ne raccrochez pas avant que votre interlocuteur ne vous le demande. Le médecin peut avoir besoin d'autres renseignements ou peut vous donner des directives, par exemple sur les gestes à pratiquer.

Ensuite, le centre organisera le transport de la victime vers un établissement hospitalier et se chargera de prévenir le service d'accueil de l'hôpital.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

Alain Delon "a régressé" : son fils Anthony se confie sur sa santé après son AVC, Closer Mag, 17 septembre 2020.

Les symptômes, le diagnostic et l'évolution d'un AVC, 13 février 2020, Améli.fr.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.