Aphte langue, bouche, gencive, lèvre… : symptômes, causes et traitement

Sur la langue, les lèvres, dans la bouche, la gencive, la gorge… L'apparition d'aphtes est plutôt courante : 50 % d'entre nous ont déjà connu ce désagrément, après avoir mangé une cacahuète par exemple. Cependant, cette affection peut être plus grave, auquel cas on parle d'aphtose, une pathologie qui peut s'avérer plus ou moins invalidante selon son degré de gravité. Comment différencier les aphtes de l'aphtose, qui consulter et comment se soigner ? On fait le point sur ces questions avec le Dr Vaillant, praticien en dermatologie.

Définition

Un aphte est une lésion se présentant comme une ulcération superficielle, localisée la plupart du temps sur la muqueuse buccale (la face interne des lèvres et des joues, la langue, les gencives, le voile du palais...) et plus rarement sur la muqueuse génitale.

Lorsque les aphtes surviennent de manière répétitive – « au moins trois fois par an » précise le Docteur Vaillant, praticien en dermatologie, on parle d'aphtose, autrement appelée ABR (aphtose buccale récidivante).
Bénigne la plupart du temps, cette ulcération provoque une sensation de brûlure avant d'apparaître, ce qui peut la rendre invalidante au quotidien, d'autant plus qu'elle est susceptible de survenir fréquemment.

Chiffres

On estime que 50 % de la population générale a déjà été touchée par une poussée d'aphtes buccaux.

Symptômes

Les symptômes de l'aphte banal

Lorsqu'ils apparaissent dans la bouche (comme c'est le cas la plupart du temps), les aphtes banals, aussi appelés aphtes communs, se développent en suivant ces quatre phases :

  • la phase prodromique ou initiale dont la durée peut aller jusqu'à 24 heures. Cette phase peut provoquer des picotements et des brûlures, mais ne laisse pas apparaître de lésions sur la cavité buccale (intérieur des joues, langue, palais, etc.) ;
  • la phase pré-ulcérative, qui dure entre 18 et 72 heures et pendant laquelle les lésions se développent et deviennent douloureuses. L'aphte prend alors la forme soit d'une petite vésicule, soit d'une tache rouge ou rosée, l'un ou l'autre pouvant mesurer entre 2 et 10 mm de diamètre. On le qualifie de punctiforme lorsqu'il est arrondi, et de lenticulaire quand il est ovale ;
  • la phase ulcérative, qui désigne le moment où la lésion s'installe. C'est au cours de cette période que l'aphte est le plus douloureux, en particulier pendant le repas ou le brossage des dents. La lésion se creuse alors en cratère dont le pourtour est rouge vif et le fond généralement jaune, évoluant ensuite vers le grisâtre ;
  • la phase de guérison, qui dure habituellement 7 à 10 jours, mais au cours de laquelle la douleur du patient s'atténue. La lésion, quant à elle, finit par s'aplatir pour finalement disparaître sans laisser de cicatrice.

D’autres aphtes peuvent survenir les jours suivants, si bien qu'une poussée d’aphtes peut durer jusqu’à plusieurs semaines.

Photo : sur les lèvres (muqueuse kératinisée) 

Photo : sur les lèvres (muqueuse kératinisée) © Creative Commons

Crédit : Noorus © CC - Licence : https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/deed.en

Les symptômes de l'aphtose, ou ABR

On parle d'aphtose ou d'ABR lorsque des aphtes multiples évoluant par poussée surviennent au moins trois fois par an. Les symptômes sont les mêmes que ceux des aphtes isolés, mais peuvent parfois durer plus longtemps. Dans certains cas, les symptômes sont plus sévères, et peuvent occasionner des troubles de l'élocution, de la mastication et de la déglutition.

La douleur peut également être beaucoup plus importante : « Une poussée d’aphte c’est désagréable [...] mais quand cela survient tous les mois ou tous les deux mois, c’est insupportable », rapporte le Docteur Vaillant.

Causes

Quand elle ne s'accompagne pas d'autres symptômes, l'origine précise d'un aphte dans la bouche est généralement inconnue. On ne connaît pas la cause exacte des aphtes, mais certains facteurs favorisent leur apparition.

  • une blessure dans la bouche, due à une morsure de l’intérieur de la joue ou de la langue, peut créer une inflammation et générer un aphte.
  • une prothèse ou un appareil dentaire mal ajusté peuvent créer des frottements qui feront aussi apparaître des aphtes.
  • la fatigue et le stress jouent également un rôle dans leur apparition
  • l’alimentation : les cacahuètes, les noix, les tomates, certains fruits acides, les boissons gazeuses, comme les sodas, et les fromages, tels que le gruyère, sont connus pour causer des aphtes.

Facteurs de risque

Facteurs environnementaux, héréditaires ou physiologiques

Parmi ces facteurs favorisants, on cite notamment dans la littérature scientifique :

  • un trop grand niveau de stress ou de fatigue ;
  • une blessure sur la muqueuse buccale (cette dernière peut être liée à une morsure, au port d'un appareil dentaire ou d'une prothèse dentaire mal ajustée, ou tout simplement à un brossage des dents trop énergique) ;
  • une carence alimentaire en vitamine B12, en zinc, en acide folique ou en fer ;
  • le sevrage tabagique ;
  • des aliments comme les fruits secs, les fruits à coque (particulièrement les cacahuètes), le gruyère ou les bleus, plus rarement les fruits acides (fraises, tomates) peuvent jouer un rôle dans à l'apparition des aphtes ;
  • certains traitements médicamenteux (la prise d'anti-inflammatoires non stéroïdiens tel que l'ibuprofène, de bêtabloquants, etc.) ;
  • des bouleversements hormonaux dus au cycle menstruel, à la grossesse ou à la ménopause chez les femmes ;
  • des antécédents familiaux (aphtose survenant chez l'un ou l'autre des parents).

Photo : aphte sur la gencive supérieure

Photo : aphte sur la gencive supérieure© Creative Commons

Crédit : SimonTalBal — Travail personnel © CC/Domaine Public - Licence : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:SmartAphte.jpg

Pathologies associées

Dans certains cas, l'apparition d'aphtes peut être le signe d'une pathologie sous-jacente. Quand c'est le cas, l'aphte survient en marge d'autres symptômes comme des douleurs abdominales et articulaires, des troubles digestifs ou une inflammation de l'oeil. Voici la liste non exhaustive de ces pathologies :

Les pathologies gastro-intestinales

Parmi les maladies affectant le système digestif et pouvant provoquer des aphtoses, on compte :

  • la maladie de Crohn (pathologie inflammatoire chronique du système digestif),
  • la maladie coeliaque (intolérance au gluten),
  • la rectocolite hémorragique (pathologie inflammatoire du gros intestin provoquant des diarrhées chroniques).

On sait que les inflammations intestinales et l'apparition d'aphtes peuvent être liées, car les muqueuses intestinale et buccale ont une origine embryologique commune.

La maladie de Behçet

L'aphtose est l'un des principaux symptômes de la maladie de Behçet, qui consiste en une inflammation de la paroi des vaisseaux sanguins survenant généralement chez les jeunes adultes. Cette maladie, si elle se manifeste surtout à travers l'apparition d'aphtes à répétition, cause également des ulcères génitaux, ainsi que des inflammations des yeux et d'autres lésions cutanées.

Les aphtes, effet secondaire d'un traitement

Le traitement du cancer par chimiothérapie peut être à l'origine de l'apparition d'aphtes, alors appelées lésions post-chimiothérapie. Lorsque c'est le cas, les ulcères se manifestent généralement deux semaines après le début du traitement.

Personnes à risque

Les personnes susceptibles d'être les plus touchées semblent être les femmes et les enfants, plus particulièrement les enfants de parents ayant déjà souffert d'aphtes ou d'aphtoses.

Durée

La durée varie en fonction de la pathologie.

L'aphte disparaît en 1 à 2 semaines, la douleur s'atténuant au bout de 2 à 5 jours.

Pour l'aphtose, tout dépend de sa forme. La guérison prend :

  • entre 7 et 14 jours pour une aphtose mineure (entre 1 et 5 ulcères de taille normale) ;
  • 1 à 2 semaines pour une aphtose herpétiforme (entre 5 et 100 minuscules ulcères – moins de 3 mm de diamètre – pouvant former une grappe) ;
  • jusqu'à 6 semaines pour une aphtose majeure (qui se manifeste par des ulcères, mais de plus grande taille – plus d'1 cm de diamètre).

Contagion : l’aphte est-il contagieux ?

L'aphte n'est pas lié à un contexte infectieux, et n'est par conséquent pas contagieux. Il ne peut pas se transmettre par un échange de baiser, un partage de verre ou de brosse à dents. Il est par conséquent à différencier des lésions ulcéreuses contagieuses pouvant survenir lors d'infections comme le syndrome pieds-mains-bouche, la varicelle ou l'herpès labial.

Comment les différencier les aphtes de l'herpès ? Le conseil du Dr Vaillant, praticien en dermatologie

"Des petits aphtes ou des lésions intrabuccales (l’équivalent du bouton de fièvre sur la muqueuse buccale) se ressemblent souvent en bouche. Et tous les deux sont douloureux ! Mais quand ils récidivent, leur comportement est différent : l’herpès récidive toujours au même endroit, alors que l’aphte recommencera dans une autre partie de la cavité buccale."

Qui, quand consulter ?

La survenue d'un aphte ne nécessite pas forcément de consulter.

Cependant, la persistance ou la répétition d'aphtes sévères doit alerter : ces aphtes peuvent faire partie des symptômes d'une maladie plus grave.

Il faut consulter lorsque :

  • l'apparition d'aphtes a un caractère récidivant (plus de 3 fois par an ;
  • les lésions sont nombreuses (plus de 10 lésions) ;
  • les lésions sont inhabituellement grandes (plus d'1 cm de diamètre) ;
  • les lésions mettent plus de deux semaines à cicatriser ou
  • les lésions s'accompagnent des symptômes suivants :
    - diarrhée et douleurs abdominales ;
    - douleurs articulaires ;
    - céphalées (maux de tête) ;
    - fièvre et/ou niveau de fatigue inhabituel ;
    - lésions cutanées ou ulcérations sur les organes génitaux.

Le Docteur Vaillant le souligne par expérience : « Beaucoup de malades n’osent pas consulter, et essayent des traitements appris de bouche-à-oreille souvent insuffisamment efficaces ». D'où la nécessité de surveiller la persistance des symptômes pour avoir le réflexe de consulter quand cela est nécessaire.

Le médecin généraliste reste l'interlocuteur privilégié. En fonction de leur taille, de leur persistance et des symptômes associés, il pourra prescrire les examens nécessaires à l'établissement d'un diagnostic, ou diriger le patient vers un dermatologue. « Les aphtes mal placés font mal en mangeant, en parlant, et souvent de façon continue toute la journée. Les dermatologues connaissent bien ces aphtoses gênantes et peuvent choisir le traitement adapté qui améliore la qualité de vie. »

Complications : aphtose, ABR ou stomatite aphteuse

Lorsqu'un aphte revient de façon récurrente, on parle d'aphtose, d'ABR (aphtose buccale récidivante) ou de stomatite aphteuse. Il en existe plusieurs :

  • L'aphtose mineure
  • L'aphtose majeure ou aphte géant
  • L'aphtose herpétiforme ou aphte milliaire

L'aphtose mineure

L'aphtose mineure est la plus fréquente et touche principalement les jeunes entre 10 et 20 ans. Souvent induite par des micro-traumatismes de la muqueuse buccale ou des changements hormonaux, elle ne présente pas énormément de différence avec la survenue d'un aphte banal : les ulcérations sont similaires et en quantité semblable. Elles peuvent mettre un peu plus de temps à disparaître, mais guérissent spontanément sans laisser de cicatrices.

L'aphtose majeure ou aphte géant

L'aphtose majeure est plus invalidante : elle se manifeste généralement après la puberté, par l'apparition d'un aphte géant.

On parle d'aphte géant lorsque l'ulcération de la muqueuse est supérieure à 1 cm. Il concerne principalement la muqueuse de la bouche (joue, langue, lèvres, palais ou gencives) et du pharynx. Les douleurs sont si importantes qu'elles empêchent de se nourrir.

C'est la forme d'aphtose qui peut causer le plus de désagréments, notamment lorsqu'elle est localisée au fond de la gorge et empêche le patient de déglutir correctement. Le traitement repose sur l'administration de corticoïdes soit en bain de bouche soit en comprimés afin de réduire l'inflammation et permettre à la plaie de se refermer. Contrairement aux aphtes classiques qui se traitent relativement facilement, les aphtes géants prennent en moyenne jusqu'à 6 semaines pour guérir, suivant leur localisation ils peuvent laisser des cicatrices importantes sur la muqueuse buccale. 

Aphte : quand consulter ? Le conseil du Dr Vaillant, praticien en dermatologie :

"Quand l’aphte est unique et dure plus de 2 semaines, il faut consulter impérativement. Ce n’est pas toujours un aphte et cela peut même révéler un cancer, surtout quand on fume ! »

L'aphtose herpétiforme ou aphte milliaire

Ce dernier type d'aphtose, aussi appelé aphtose milliaire, est souvent confondu avec l'herpès en raison de sa forme en grappes. Il apparaît surtout sur le plancher buccal et les faces latérales de la langue, à raison de 5 à 100 aphtes par poussée. Les ulcérations peuvent ressembler à un aphte géant formé par plusieurs petits ulcères très proches les uns des autres, si bien qu'il arrive de confondre aphtose herpétiforme et aphtose majeure.

Examens et analyses

Lors de la consultation, le médecin procède à un examen de la cavité buccale. Les examens complémentaires sont rarement nécessaires, sauf dans le cas où ils sont accompagnés de symptômes qui indiquent une autre pathologie.

En l'absence de guérison sous deux semaines, des examens biologiques peuvent être réalisés. Ils permettent notamment d'exclure – quand les résultats sont négatifs – du diagnostic les différentes pathologies pouvant provoquer des poussées d'aphtes (maladie de Crohn, maladie coeliaque, maladie de Behçet, etc.)

Traitements

Quels médicaments pour soigner les aphtes ?

Les aphtes guérissent spontanément. Une douleur trop importante peut cependant être apaisée par :

  • l'utilisation de bains de bouche antiseptiques et médicamenteux, qui peuvent contenir des anti-inflammatoires ou d’autres substances telles que la lidocaïne, la cortisone, l’érythromycine, un anesthésique local ou un antihistaminique ayant le même effet. Ces médicaments sont délivrés uniquement sur ordonnance et évitent que la taille des aphtes n’augmente ;
  • du gel, une pommade, du liquide, des pastilles anesthésiques ou encore de spray buccal peuvent soulager la douleur une fois appliqués sur la muqueuse. Orabase®, Zilactin®, ou encore Pansoral® à base de clous de girofle sont en vente libre, de même que les comprimés à sucer comme l’Aphtoral®, qui associe plusieurs substances parmi lesquels chlorhexidine et la tétracaïne ;
  • dans certains cas, le dermatologue peut conseiller la prise de médicaments comme la colchicine, d’ordinaire utilisée dans le traitement des crises de goutte, ou plus rarement l'E-thalidomide ;
  • la prise d’anti-inflammatoires non stéroïdiens comme l’aspirine et l’ibuprofène aident à calmer la douleur mais ne sont pas recommandés car ils peuvent contribuer à l’apparition d’aphtes. 
  • lorsque le patient souffre d’aphtoses majeures sévères, il peut aussi lui être prescrit de la cortisone par voie orale mais cela est rares, eu égard aux effets indésirables induits par la cortisone.

Aphtes : quel traitement local utiliser ? Le conseil du Dr Vaillant : “Les pommades contenant des agents couvrants (Carboxy Méthyl Cellulose, Acide hyaluronique,…) tel que Orabase, Aphtavea, Bloxaphte, Hyalugel ou Oralmedic, vont protéger l’ulcération du milieu buccal et améliorent réellement la douleur, tout en accélérant la cicatrisation.”

Quels remèdes naturels contre les aphtes ?

Il existe quelques remèdes naturels dits « de grand-mère » pouvant soulager la douleur en lien avec l'apparition des aphtes :

  • l’aloe vera, sous forme de gel d’aloès pur en application. Ses propriétés émollientes sont reconnues pour soigner les inflammations de la peau ;
  • le bicarbonate de soude contre les aphtes, dilué dans un verre d’eau tiède et utilisé en bain de bouche ;
  • la feuille de sauge, fraîche à maintenir contre l’aphte pendant quelques minutes, ou infusée dans un grand verre d’eau tiède ;
  • le citron contre les aphtes, en appliquant quelques gouttes de jus directement sur l’ulcération. Il possède des propriétés anti-inflammatoires ;
  • la propolis, sous forme de solution huileuse à appliquer en massage sur la muqueuse. Elle agit comme un antiseptique naturel.
  • l'extrait de réglisse, sous forme de gélules ou de comprimés appelés DGL (extraits déglycyrrhinizés) ;
  • le vinaigre de cidre contre les aphtes, diluée dans de l’eau en bain de bouche ou en application sur la muqueuse ;
  • la teinture de myrrhe non diluée, appliquée en toute petite quantité (quelques gouttes seulement) sur la muqueuse à l’aide d’un coton-tige ou à utiliser diluée (10 à 15 gouttes pour environ 30 ml d’eau tiède) en bain de bouche. Elle fait partie des remèdes traditionnels ayurvédiques utilisés par les Indiens. 
  • L'argile verte, soit mélangée à de l'eau tiède et déposée en cataplasme sur l'ulcération afin de calmer la douleur ; soit bien diluée (une cuillère à café pour un grand verre d'eau, en bain de bouche pour soigner l'aphte.

Comment guérir un aphte buccal avec l’homéopathie ?

Qu’il s’agisse d’ulcérations sur la langue ou sur la face interne de la bouche, il est possible de soigner les aphtes avec l’homéopathie. Mercurius corrosivus est souvent cité dans le traitement des aphtes par homéopathie car il est indiqué dans le traitement des inflammations et des douleurs brûlantes. En traitement de fond contre les aphtes, à raison de 5 granules 2 fois par jour, il est à associer avec :

  • des granules de Borax 5 CH, médicament homéopathique contre les aphtes de référence, souvent utilisé dans le traitement des aphtes qui saignent ;
  • des granules de Mercurius solubilis 9 CH, dans le cas où l’aphte s’accompagne d’une salivation abondante et d’une mauvaise haleine - on recommande l’homéopathie pour l’aphte buccal, mais aussi contre l’halitose ;
  • des granules de Sulfuricum acidum 9 CH lorsque l’aphte est irrégulier et présente un pourtour de couleur rouge ;
  • des granules de Nitricum acidum 9 CH quand l’aphte provoque des brûlures douloureuses ;
  • un mélange de granules de Sulfuricum acidum 9 CH et de Secale cornutum 9 CH lorsque l’aphte est très sévère.

Dans l’homéopathie contre les aphtes, les granules se prennent de préférence à l’heure du coucher, en dehors des repas. Lorsque l’on choisit de traiter les aphtes par l’homéopathie, il faut également éviter la menthe.

Soigner un aphte naturellement avec les huiles essentielles

Les huiles essentielles sont recommandées dans le traitement naturel et en douceur de beaucoup de pathologies. Elle peuvent contribuer à soigner naturellement les aphtes dans la bouche, sur la lèvre, la langue et la gencive et la joue, à condition d’être correctement utilisées. Revue de celles à privilégier :

  • l’huile essentielle de clou de girofle, dotée de très nombreux bienfaits mais à utiliser avec précaution : cette huile essentielle pour soigner les aphtes est composée de molécules d’eugénol qui lui confèrent des propriétés anesthésiantes et antalgiques. Elle est à appliquer directement sur l’aphte à l’aide d’un coton-tige, à raison de 3 à 4 fois par jour pendant 3 jours.
  • l’huile essentielle de tea-tree, ou arbre à thé, aux vertus anti-inflammatoires et cicatrisantes : cette huile essentielle utilisée pour traiter les aphtes renforce les défenses immunitaire et permet à ces derniers de disparaître plus rapidement. Elle est également à appliquer directement sur l’aphte à l’aide d’un coton-tige, à raison de 3 à 4 fois par jour pendant 3 jours.
  • l’huile essentielle de laurier noble, toujours très utile sur le plan émotionnel et utilisée ici pour ses propriétés anti-inflammatoires. Même posologie : on verse une goutte sur un coton-tige que l’on applique sur l’aphte, 3 à 4 fois par jour pendant 3 jours.

Comment soigner un aphte chez l’enfant ?

L’apparition d’un aphte peut provoquer un très grand inconfort chez l’enfant. La priorité, quand les aphtes surviennent, est donc de soulager la douleur avec des médicaments antidouleurs comme l’ibuprofène ou le paracétamol (attention à bien respecter la posologie recommandée en fonction de l’âge de l’enfant) . Pour soigner l’aphte en lui-même, l’homéopathie est recommandée chez l’enfant, notamment les granules de Borax 5 CH qui peuvent être diluées dans un fond d’eau. Ce remède peut être utilisé pour soulager l’apparition d’aphtes chez le nourrisson. 

Dans certains cas, le pédiatre prescrit une solution antidouleur à appliquer directement sur la muqueuse et dont la préparation sera effectuée en pharmacie.

Aphtes pendant la grossesse : que faire quand on est enceinte ?

La grossesse est susceptible de favoriser l’apparition d’aphtes et d’aphtoses dans la mesure où elle bouleverse le corps de la femme enceinte. Cette dernière est en effet sujette à des changements hormonaux qui peuvent entraîner des problèmes d’approvisionnement en sang dans les tissus et les gencives, à une déstabilisation de son système immunitaire, ou encore à un stress pouvant provoquer l’apparition d’ulcérations buccales ou d’autres problèmes bucco-dentaires.

Comme l’herpès, l’aphtose peut faire courir des risques au bébé si elle se manifeste à la fin de la grossesse. Il est donc nécessaire de la traiter, en évitant les médicaments contre-indiqués pendant la grossesse.

Les remèdes dits « de grand-mère », sont les plus indiqués, étant élaborés à partir de produits naturels. Il est également conseillé à la femme enceinte souffrant d’aphtes de s’adresser à son pharmacien en lui spécifiant la grossesse, afin de bénéficier de conseils adaptés.

Prévention

Pour prévenir les récidives d’aphtes, voici quelques recommandations :

  • évitez les aliments qui peuvent être à l'origine de vos aphtes : aliments épicés, salés (noix salées, gruyère...) ou acides (citrons, tomates...) ou durs...;
  • porter le plus grand soin à son hygiène bucco-dentaire : brossez-vous les dents au minimum deux fois par jour ;
  • diminuez vos facteurs de stress : pratiquez une activité physique ou un sport qui vous aidera à vous relaxer ;
  • consultez régulièrement votre chirurgien-dentiste qui vérifiera l'état de vos dents et l'adaptation de votre prothèse, si vous en avez une.

Un traitement préventif prescrit par un dermatologue reste, selon le Docteur Vaillant, la meilleure manière de venir à bout des aphtes.

Sites d'information et associations

Source(s):

Le site de l'assurance maladie sur les aphtes [consulté le 15 octobre 2019]

Mélanie Peenaert, "Aphtes et Pathologies associées", thèse pour le diplôme de docteur en pharmacie soutenue le 24 février 2017  [consulté le 15 octobre 2019]

Le site EurekaSante par Vidal [consulté le 15 octobre 2019]

Carlos Madrid, Bertrand Jaques, Kahina Bouferrache, Martin Broome, Aphtes récidivants : comment faire face ? Revue Médicale Suisse 2010; volume 6. 1871-1877, https://www.revmed.ch/RMS/2010/RMS-265/Aphtes-recidivants-comment-faire-face  [consulté le 15 octobre 2019]

Collège National des Enseignants de Dermatologie. Ulcération ou érosion des muqueuses orales et/ou génitales. Site internet : Université médicale virtuelle francophone. Nantes (France) ; 2011

National Health service (NHS). Mouth ulcers. Site internet : NHS. Londres ; 2018

Weber P, Pascal F. Aphtes et aphtoses. Traité de médecine AKOS, Elsevier Masson. 2017;12(3):1-7

Hôpital pour enfants de Toronto. Aphtes. Site internet : aboutkidshealth. Toronto (Canada) : 2010 

JP Coulon E Piette. Aphtes, aphtose buccale récidivante et maladie de Behçet. Encyclopédie Médico-Chirurgicale 22-050-N-10.– Barrons RW. Treatment strategies for recurrent oral aphthous ulcers. Am J Health Syst Pharm, 2001 Jan 1;58(1):41-50; quiz 51-3.

Voir plus
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.