Sommaire

La Bartonella, du nom de la bactérie qui les cause est une maladie infectieuse qui se transmet par le chat. Ce dernier contracte cette bactérie via les puces qui s’immiscent sur son pelage. "Soit il ingère une puce contaminée, soit il s’infecte en se grattant", explique le Dr Gauthière Viale-Brun, vétérinaire spécialisée en traitement des parasites externes pour les animaux de compagnie.

En se grattant, votre chat se fait des microlésions sur la peau, via lesquelles les puces vont pouvoir l’infecter. "Votre animal sera alors susceptible de vous transmettre l’agent pathogène via les griffures et les morsures", précise la spécialiste.

Un tiers des personnes griffées par leur chat développe une infection

Chaque année en France, on estime 4 à 6 cas de maladie des griffes du chat pour 100 000 habitants, selon l’Assurance Maladie. En effet, cette pathologie devient de plus en plus courante. "Les foyers comptent de plus en plus d’animaux de compagnie, parmi lesquels les chats sont particulièrement présents", ajoute le Dr Viale-Brun.

Malheureusement, 24 à 40 % des chats européens sont porteurs de la Bartonella au cours de leur vie. "Et 20 à 60 % d’entre eux présentent une bactériémie, ce qui signifie que la bactérie atteint le sang", explique la vétérinaire. En effet, les infestations des félins par les puces sont fréquentes. Ainsi, un tiers des personne s griffées finissent par développer une infection.

Maladie des griffes de chat : quelles complications ?

Certes l’infection reste en principe bénigne, mais l’humain n’est pas à l’abri de complications. En effet, dans 5 à 10 % des cas, la maladie des griffes de chat affecte le système oculaire, le cerveau, le cœur, ou encore les poumons...

Bartonella : quels sont les symptômes d'alerte ?

Bartonella : quels sont les symptômes d'alerte ?© Istock

Si la Bartonella n’implique aucun symptôme visible chez le félin, c'est bien différent pour l’Homme. Les premiers signes surviennent 7 à 12 jours après la griffure ou morsure. Avant tout, le Dr Viale-Brun mentionne l’apparition d’une pustule au niveau de la lésion provoquée par la griffure.

"Puis, trois semaines plus tard, survient une hypertrophie des nœuds lymphatiques, précise le docteur. Ce sont les nœuds qui drainent la zone de la griffure. Ce nœud va grossir allant jusqu’à former une grosse boule, à l’aspect assez impressionnant". Rapidement, ce signe devient gênant pour les patients, ce qui les incite à consulter.

D’autres symptômes peuvent encore se manifester. "Les patients peuvent ressentir des maux de tête, une fatigue, une poussée de fièvre ou encore une asthénie", poursuit la spécialiste. L’asthénie va impliquer un affaiblissement général de l’organisme : la fatigue ne sera pas uniquement physique, mais peut aussi affecter l’état psychique, la libido et les capacités intellectuelles.

Les complications graves touchent la fonction oculaire, le cœur ou le cerveau

Les complications graves touchent la fonction oculaire, le cœur ou le cerveau© Istock

De manière générale, la maladie des griffes du chat est bénigne, insiste la vétérinaire. Si l’aspect de la pustule peut faire paniquer, la forme la plus courante régresse naturellement en quelques semaines, sans que le patient soit traité.

Mais dans 10 % des cas, la contamination peut entraîner une évolution. "Une des formes atypiques concernera l’œil, explique le Dr Viale-Brun. C’est le syndrome oculoglandulaire de Parinaud. Il se caractérise par l’apparition de ganglions au niveau de l’œil, provoquant un œdème des paupières". Cette évolution est susceptible de survenir auprès des personnes qui se sont frottées les yeux après avoir été en contact avec le chat contaminé.

Par ailleurs, 5 % des cas de Bartonella deviennent graves. "Des encéphalopathies peuvent survenir et vont se traduire par des convulsions", alerte la vétérinaire. L’encéphalite est une maladie inflammatoire de l’encéphale, qui est composée du cerveau, du cervelet et du tronc cérébral. "Cette complication peut entraîner un coma et des troubles mentaux, puisqu’elle engendre des lésions cérébrales", décrit la spécialiste.

Une autre complication peut aussi affecter le cœur. Il s’agit de l’endocardite. L’endocarde, membrane interne recouvre le cœur. "Vous avez des valvules, qui sont comme des volets qui laissent passer le sang dans le cœur, décrit la vétérinaire. En cas d’endocardite, ces derniers sont perturbés, ce qui affecte la circulation sanguine. En conséquence, le cœur, qui ne parvient pas à pomper le sang, va vouloir pomper plus fort. A terme, cela entraîne une déformation du cœur".

Susceptible d'affecter les poumons, la maladie des griffes de chat peut aussi être à l'origine de pneumonies.

Les personnes à risque : les plus jeunes et les immunodépressifs

Les personnes à risque : les plus jeunes et les immunodépressifs© Istock

Soyez sur vos gardes : tous les propriétaires de chats sont à risques. Vous pouvez contracter une Bartonella rien qu’en caressant votre animal. Les griffures et morsures ne sont pas les seuls facteurs de risque. "Les crottes de puces sont infestantes, estime le Dr Viale-Brun. Donc vous pouvez transporter l’infection par les doigts jusqu'à vos yeux (si vous êtes entré en contact avec vos yeux juste après le câlin, ndlr)".

Néanmoins, certaines personnes sont particulièrement à risque notamment par rapport aux complications. Les jeunes enfants sont, en effet, concernés. "Ils ont tendance à jouer avec le chat et à l’embêter aussi !, précise la vétérinaire. Le félin veut alors se défendre en les griffant". Avant tout, il faut prendre conscience que les enfants ont un système immunitaire plus fragile, donc plus susceptible de développer les infections.

Et les tout petits ne sont pas les seules personnes à risque. Les patients immunodépressifs doivent également redoubler de prudence. Vous êtes concerné si vous souffrez d’une hépatite chronique ou de VIH par exemple. L'immunodépression est une déficience de l'immunité qui se traduit par une insuffisance ou défaillance de certaines fonctions du système de défense.

Comment éviter la maladie des griffes de chat ?

Comment éviter la maladie des griffes de chat ?© Istock

Le meilleur moyen de se prémunir de la maladie des griffes de chat est d’éviter les griffures et morsures. Il convient alors de ne pas énerver le chat. "Je vous conseille de bien faire comprendre à vos enfants, petits-enfants, ou neveux et nièces qu'il faut éviter, dans la mesure du possible d’exciter le félin, afin qu’ils ne se fassent pas griffer", préconise la vétérinaire.

En outre, il convient de respecter certaines règles d’hygiène. Evitez de vous frotter les yeux après un contact avec votre animal, même si vous n’avez fait que le caresser. Surtout, pensez à vous laver les mains systématiquement.

En cas de griffure ou de morsure, savonnez la plaie avant de la désinfecter. Eventuellement, recouvrez-là avec un pansement imperméable.

Par-dessus tout, il est essentiel de traiter votre chat contre les puces, puisqu’elles sont l’origine de la Bartonella.

Sources

Merci à Gauthière Viale-Brun, vétérinaire spécialisée en traitement des parasites externes pour les animaux de compagnie et responsable scientifique du laboratoire Boehringer Ingelheim

Griffures de chat, Assurance Maladie, Septembre 2017

Vidéo : Un lycée envahi par les punaises de lit dans le Finistère

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.