La peau de cet homme se met à pourrir après que son chien l'a léchée !

C'est une histoire qui fait froid dans le dos. Après une simple léchouille de son chien, un homme de 63 ans a vu ses membres se gangrener après avoir contracté une dangereuse bactérie : la Capnocytophaga canimorsus.

Bien qu'il ne soit pas rare qu'une personne contracte une bactérie par une morsure de chien, l’histoire de cet homme est quelque peu différente. Ici, le simple contact avec la salive de son animal a engendré de graves complications.

Selon le rapport du Journal européen de médecine interne, l'homme aurait été léché par son chien et aurait contracté une dangereuse bactérie - la Capnocytophaga canimorsus.

Chose étonnante : celle-ci est habituellement peu virulente chez les personnes en bonne santé, comme ce sexagénaire qui ne présentait aucun antécédent médical.

La bactérie présente dans la salive du chien a provoqué une grave septicémie

Peu après avoir contracté cette bactérie, l’homme, se sentant mal en point, arrive à l'hôpital. Il présente des symptômes pseudo-grippaux peu inquiétants.

La couleur de sa peau, en revanche, a commencé à changer. Les médecins remarquent qu’en plus des pétéchies (taches cutanées de couleur rouge à violacée), le patient possède des ecchymoses sur les membres inférieurs de son corps.

Il est conscient et fébrile (39 ° C), mais cet état va s'empirer : rapidement, l'homme développe une septicémie.

Dirigé aux soins intensifs, l’homme est pris en charge par l’équipe médicale.

Cependant, malgré une dizaine de jours sous antibiotiques, les signes d’infection du patient persistent.

Seuls points positifs : sa fonction hépatique, sa coagulation et ses taux de créatine kinase (enzyme présente dans le muscle) se sont stabilisés.

Mais, dès le 11ème jour, la température du patient remonte à 41 ° C. Il développe une pneumonie et un infarctus splénique (infarctus de la rate) et toutes ses extrémités commencent à pourrir.

Un examen crânien révèle également des signes d'œdème cérébral sévère.

Les proches, en compagnie de l’équipe médicale, décident alors d’abréger les souffrances du patient en diminuant le traitement.

Il meurt seulement 16 jours après son arrivée à l'hôpital.

La bactérie Capnocytophaga canimorsus : quels risques ?

Les chiens et les chats, même en bonne santé, sont souvent porteurs de la bactérie Capnocytophaga canimorsus.

Elle est présente notamment dans la salive des animau x, qui eux, ne développent pas de maladie pour autant. En revanche, ils peuvent la transmettre à l'homme à l'occasion du léchage d'une plaie ou d'une morsure.

Lorsque cela se produit, la personne contaminée peut développer diverses pathologies : maladies bucco-dentaires, lésions ophtalmiques, infections des voies respiratoires, abcès cérébraux...

Chez les patients immunodéprimés, elle peut provoquer des graves infections systémiques, tout comme chez les patients immunocompétents. Des cas rares d’infections ont aussi été signalés chez des patients en bonne santé.

Habituellement, les premiers symptômes se déclenchent 8 à 12 h après avoir subi une morsure de chien. La personne atteinte peut alors développer des lésions localisées sans signes significatifs d’inflammation locale.

L’infection peut également se manifester par une douleur au niveau de la morsure, un écoulement purulent, une lymphangite ou une lymphadénopathie régionale (atteinte des ganglions lymphatiques qui augmentent de volume).

Dans certains cas, cette bactérie entraîne une septicémie qui se traduit par de la fièvre, des frissons, des myalgies, des confusions et des céphalées.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.