Nos animaux de compagnie peuvent eux aussi développer des cancers. Comme chez l’être humain, le risque de tumeur chez le chien s’accroît au fur et à mesure de son vieillissement. Les données indiquent même que près d’un chien sur cinq développe un cancer au cours de sa vie.

Plusieurs types de cancer peuvent les toucher, dont le cancer de la bouche et du nez. La tumeur orale la plus fréquente est le mélanome malin qui représente 30 à 40 % de la totalité des cancers de la cavité orale. “Il se développe généralement chez les chiens de plus de 10 ans, et les petites races (notamment le Cocker) sont sur-représentées ainsi que les chiens aux muqueuses foncées”, détaille Vetopedia. Mais selon une équipe de chercheurs, certaines tumeurs spécifiques se développeraient également plus souvent chez les canidés mâles que femelles.

Nous avons constaté qu’une proportion très importante des tumeurs du nez ou de la bouche du cancer transmissible canin concernaient des chiens mâles”, a déclaré la Dr Andrea Strakova du département de médecine vétérinaire de l’Université de Cambridge, et auteure de d’un nouvel article publié dans la revue Veterinary Record.

Sarcome de Sticker : les chiens mâles 4 à 5 fois plus à risque d’être infectés

Cette nouvelle étude montre que les chiens mâles sont quatre à cinq fois plus susceptibles que les chiennes d'être infectés par la forme oro-nasale de la tumeur vénérienne transmissible canine, également connue sous le nom de “sarcome de Sticker”. Ce cancer infectieux est le plus ancien connu à ce jour chez nos compagnons à quatre pattes. Il se propage majoritairement lors de l’accouplement des chiens.

“Nous pensons que c'est parce que les chiens mâles peuvent avoir une préférence pour renifler ou lécher les organes génitaux féminins, par rapport à l’inverse. Les tumeurs génitales féminines peuvent également être plus accessibles et être renifler et lécher, par rapport aux tumeurs génitales masculines.”

En fait, les cellules cancéreuses vivantes qui affectent généralement les organes génitaux se “transplantent” physiquement d’un animal à l’autre.

Tumeur vénérienne transmissible canine : quels sont les risques ?

La tumeur vénérienne transmissible canine est apparue pour la première fois il y a 11 000 ans à partir des cellules d’un chien individuel. Originaire d’Asie, “de très nombreuses mutations et adaptations génomiques lui ont permis de survivre toutes ces années, notamment sa capacité à se transmettre d’un individu à l’autre et à échapper au système immunitaire de son hôte”, explique la médecin vétérinaire Marielle Somville, dans ses travaux de fin d’étude.

A l’heure actuelle, ce sont surtout les chiens errants qui sont reconnus comme étant le principal réservoir de la maladie, car la stérilisation dans les pays occidentaux a fortement aidé à diminuer sa propagation. “Le pronostic vital des animaux atteints est excellent, avec une probabilité de seulement 0 à 5 % de développer des métastases”, avance la spécialiste dans ses écrits.

Sources

Sex disparity in oronasal presentations of canine transmissible venereal tumour, 03 July 2022, VetRecord

Etude bibliographique à propos du sarcome de Sticker chez le chien, Marielle Somville

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.