Sommaire

Chaque mois, ces rendez-vous vont rythmer votre grossesse. En France, la femme enceinte bénéficie de sept séances de préparation à la naissance et à la parentalité qui peuvent être réalisées par un médecin ou une sage-femme. Entièrement remboursé par la sécurité sociale, ce suivi médical est indispensable pour assurer le bon déroulement de la grossesse et prévenir les risques liés à celle-ci. Par ailleurs, durant ces neuf mois de grossesse, trois échographies doivent également être réalisées.

Plus concrètement, tous les mois à partir du quatrième mois de grossesse, vous serez soumise à une série d’examens systématiques auprès du médecin ou de la sage-femme qui assure votre suivi. Ils vous interrogeront sur différents thèmes :

  • votre poids ;
  • votre tension artérielle pour prévenir des risques d'HTA gravidique. “C’est le problème de santé le plus fréquent chez les femmes enceintes” selon l'Assurance maladie. “L'HTA est présente dans 5 à 10 % des grossesses.”
  • la hauteur de l’utérus ;
  • le coeur du bébé
  • un examen des urines à la recherche de sucre (pour prévenir le diabète gestationnel), de protéines dans les urines au cas où il y aurait une manifestation rénale de l'hypertension artérielle gravidique et à la recherche de leucocytes et de nitrites produits lors d'une infection urinaire.

Mais dans l’idéal, “il faudrait consulter avant même de tomber enceinte”, conseille Laura-Charlotte Bruneau, sage-femme à la Maternité des Bluets à Paris. “Il s’agit de la consultation préconceptionnelle. Elle va permettre de faire le point sur les antécédents médicaux de la future maman. Par exemple, pour les personnes atteintes de diabète, il est important de bien anticiper la maladie afin de l’équilibrer avant de tomber enceinte. Cette consultation préconceptionnelle va aussi permettre de commencer à prescrire de l’acide folique par prévention”.

Pour rappel, prendre un supplément vitaminique quotidien qui contient de l'acide folique peut réduire le risque que votre bébé ait une anomalie du tube neural. Il s’agit d’un besoin primordial au cours des toutes premières semaines de grossesse.

1e consultation : l’examen prénatal avant 3 mois de grossesse

Tout d’abord, cette première consultation prénatale constate officiellement la grossesse et permet de définir le suivi médical à venir. Elle doit s’effectuer avant la fin du troisième mois de grossesse et généralement, elle est faite avant la première échographie. Par ailleurs, le médecin ou la sage-femme vous sensibilisera sur la nécessité de ne pas prendre de médicament de votre propre initiative, car certains peuvent avoir un retentissement sur l'enfant. Il peut vous prescrire des folates (vitamine B9) jusqu'à 12 semaines d'aménorrhée pour prévenir certaines anomalies du système nerveux. C'est aussi le moment d'aborder d’autres difficultés comme l’arrêt de fumer ou de boire de l'alcool.

Cette première consultation va également permettre au médecin ou à la sage-femme de s’acquérir de votre état de santé. “On va proposer à la future maman de faire des prélèvements de toutes les sérologies telles que le VIH, le toxoplasmose, la rubéole, la syphilis, l’hépatite C, le CytoMégaloVirus (CMV) ou l’hépatite B”, indique la sage-femme. “On fait aussi un examen cardio-pulmonaire, puis il arrive qu’on propose, si cela n’a pas déjà été fait, le dépistage du cancer du col de l’utérus.”

La première échographie

Réalisée à 12 semaines d’aménorrhée, cette première échographie va permettre de fixer le terme de la grossesse et de préciser si celle-ci est unique ou gemmellaire. “En mesurant le foetus, les médecins pourront prédire une date de naissance au bébé”, confirme la sage-femme. “On confirme le nombre de fœtus présent, on s’assure qu’il soit bien dans l’utérus et qu’il se développe correctement.” C’est aussi durant la première échographie que le médecin ou la sage-femme vous proposera de réaliser le dépistage de la trisomie 21, notamment en mesurant la clarté nucale.

Dépistage de la trisomie 21

Le médecin ou la sage-femme vous proposera en effet d’évaluer les risques de trisomie 21 grâce à un dépistage. “On va mesurer la clarté nucale, qui correspond à l’épaisseur de la nuque du fœtus”, explique Laura-Charlotte Bruneau. “Si le couple est d’accord pour être soumis à ce dépistage, on réalisera une prise de sang afin de mesurer le dosage des marqueurs sériques.” Il s’agit de substances sécrétées par le placenta ou le fœtus et présentes dans le sang de la mère. “Si ce taux est plus élevé ou plus bas que la normale cela peut être le signe d'une trisomie 21”, indique Ameli.

Si les résultats sont bons, le reste du suivi de la grossesse se fera normalement. Néanmoins, s’ils sont mauvais, il existe plusieurs options :

  • Un test complémentaire appelé dépistage prénatal non invasif (DPNI). “Il va mesurer l'ADN fœtal libre circulant dans votre sang”, peut-on lire sur Ameli. “Les fragments d'ADN du fœtus, mêlés au vôtre, sont ensuite isolés et analysés.
  1. Si le résultat est négatif, votre grossesse bénéficie d'un suivi habituel.
  2. Mais si l'ADN provenant du chromosome 21 est présent en grande quantité, il est probable que l'enfant ait une Trisomie 21. Dans ce cas, un diagnostic de trisomie est proposé. Il consiste à réaliser un caryotype fœtal (une analyse des chromosomes du fœtus) grâce à un prélèvement de liquide amniotique (amniocentèse) ou un prélèvement d'un fragment de placenta (choriocenthèse) ;
  • Soit, vous avez d'emblée recours à un caryotype fœtal si le risque de trisomie 21 est très élevé.

À savoir que si le diagnostic de trisomie 21 est confirmé, vous avez le choix entre poursuivre votre grossesse en étant accompagné plus spécifiquement, ou l’interrompre médicalement.

2e consultation : l’examen prénatal au quatrième mois de grossesse

Par la suite, comme pour la première consultation, vous devrez avoir recours à une suite d'examens qui permettent de relever votretension artérielle, votre poids, la hauteur de l’utérus et vos urines. “Au quatrième mois de grossesse, on surveille l’avancement de la grossesse. On va voir comment la patiente se sent, comment se déroule la grossesse, car en début, la future maman peut fréquemment ressentir des nausées ou des vomissements”, continue Laura-Charlotte Bruneau.

Par ailleurs, si le dépistage de la trisomie 21 ne vous a pas été proposé, il y a de fortes chances que le médecin ou la sage-femme vous conseille de le faire. Durant ce mois, il faudra également programmer l’examen prénatal précoce. “Il se fait autour de la 22e semaine d’aménorrhée. Cette consultation, plus longue, qui se réalise avec le couple va plutôt toucher les aspects sociaux et émotionnelles de la grossesse”, explique la sage-femme. Pour rappel, il ne s’agit pas d'un examen médical. “On va essayer de comprendre l’environnement du couple. Comment vivent-ils ? Sont-ils entourés ? Cet examen sera donc la première séance de préparation à la naissance et à la parentalité.”

2e échographie

Durant le quatrième mois de grossesse, à 22 semaines d’aménorrhée exactement, la future maman devra réaliser l’échographie dite morphologique. “Elle va permettre de vérifier que le bébé se développe bien”, indique la sage-femme. “L’objectif est d’observer le bébé sous toutes ses coutures. On va vérifier qu’il soit bien formé au niveau du cerveau, des reins, des jambes, des pieds, des mains, du cœur ou encore des poumons.” En d’autre terme, cette échographie va permettre au médecin et à la sage-femme de vérifier l'absence de malformations et de préciser la taille du bébé. Si vous le souhaitez, vous pouvez également connaître le sexe de votre enfant durant cette examen médical.

3e consultation au cinquième mois de grossesse

Au cinquième mois de grossesse, “on peut commencer à écouter le cœur du bébé”, révèle Laura-Charlotte Bruneau. “On peut aussi commencer à mesurer le ventre de la mère pour vérifier que le bébé grossit bien.” D’autre part, “une prise de sang sera demandée pour comptabiliser les globules rouges à la recherche d'une anémie, les globules blancs et les plaquettes”, écrit l’Assurance maladie.

4e consultation au sixième mois de grossesse

Comme à chaque consultation, les contrôles habituels sont de nouveau réalisés. Le médecin ou la sage-femme va mesurer votre tension, votre poids, la hauteur utérine, et va analyser vos urines. Celui-ci s’assurera également que votre grossesse se déroule correctement. Par ailleurs, vous pouvez également commencer votre série de sept séances de préparation à la naissance et à la parentalité. Pour rappel, qu’il s’agisse de cours individuels ou collectifs, ils sont menés par un médecin ou une sage-femme et pris en charge à 100 % par l’Assurance maladie.

5e consultation l’examen prénatal au septième mois de grossesse

Au septième mois de grossesse aura lieu votre cinquième rendez-vous. Après avoir effectué les examens habituels, le médecin ou la sage-femme vous parlera problamement des contractions que vous pourrez ressentir durant les trois prochains mois. En effet, à ce stade de la grossesse, le bébé peut bouger car la proportion entre sa taille et la quantité de liquide amniotique est parfaite pour lui. L’utérus grossit et le liquide amniotique augmente. C’est également durant ce mois que vous devrez faire votre troisième et dernière échographie.

3e échographie

Programmée à 32 semaines d'aménorrhée, l’échographie de croissance va s’assurer du bon développement du bébé. “Généralement, c’est un peu plus dur parce qu’il a pris du poids”, témoigne Laura-Charlotte Bruneau. “Même si on mesure constamment le bébé lors des échographies, cette dernière reste particulière car elle va permettre de vérifier que l’enfant soit dans les normes. C’est aussi l’occasion de voir s'il a la tête en bas en vue de l’accouchement.”

6e consultation au huitième mois de grossesse

Vous êtes maintenant au huitième mois de grossesse. Le médecin ou la sage-femme s'assure donc que le col de l'utérus est fermé et que vous ne risquez pas d'accoucher prématurément. Par conséquent, un toucher vaginal est réalisé si vous avez des contractions utérines. Par ailleurs, alors que le bébé se trouve normalement dans la position pour naître, une consultation avec l'anesthésiste doit être programmée. Pour rappel, cet examen est obligatoire, même si vous souhaitez accoucher sans péridurale.

7e consultation au neuvième mois de grossesse

C’est la dernière fois que vous vous rendez à cet examen de suivi avant l’accouchement. Il est donc temps pour vous de penser à votre retour à la maison. Vous pouvez choisir la sage-femme ou le médecin qui assurera votre suivi ainsi que celui de votre bébé. Pour cela, il existe notamment le PRADO. Ce service qui a été mis en place par la sécurité sociale, propose aux mères encore à la maternité de choisir, après leur accouchement, une sage-femme qui assurera leur prise en charge. Et ce dès que l'hospitalisation n'est plus jugée nécessaire par l'équipe médicale de l’établissement.

> Sécurisez vos proches, votre patrimoine et vos revenus !

Sources

Merci à Laura-Charlotte Bruneau, sage-femme à la Maternité des Bluets à Paris.

https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/grossesse/grossesse-programme-de-suivi-et-premiere-consultation

https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/grossesse/consultation-suivi-mensuel

https://www.ameli.fr/sage-femme/exercice-liberal/services-patients/programmes-retour-domicile

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.