Dossier Médical Partagé: les Français se l’approprient enfin !

En quelques mois, cinq millions de Français ont adhéré à ce carnet de santé numérique, instigateur de l’e-santé en 2004. Qui l’utilise, à quelles fins et comment s’inscrire ? Une enquête inédite qui révèle l’intérêt croissant porté à cet outil numérique préconisé par l’Assurance Maladie.
Dossier Médical Partagé: les Français se l’approprient enfin !Adobe Stock

Ce nombre d’utilisateurs avancé par l’Assurance Maladie est aujourd’hui corroboré par une récente enquête "Les français et le Dossier Médical Partagé (DMP), de l’ouverture aux usages" menée par B3TSI, en partenariat avec Egora, Medisite, e-santé et Pharmaceutiques. Les chiffres portent à croire que la vaste campagne initiée par l’Assurance Maladie en novembre 2018, pour promouvoir le DMP, porte ses fruits. Si 88% des malades chroniques et 66% de la population connaissaient son existence et sa signification (un dossier/carnet de santé numérisé contenant des informations médicales consultables par les professionnels), 21 % de nos compatriotes ignoraient son existence. Informés par les médias principalement (61%), la Caisse d’Assurance Maladie, des proches, médecins ou pharmaciens, 3 Français sur 4 manifestent leur intérêt depuis 6 mois en créant leur compte.

Vers des perspectives de déploiement du DMP

Alors que 13% des Français (dont 18% atteints de maladies chroniques et 11% de maladies aigus) ont déjà ouvert leur DPM, 87% d’entre eux s’avouent désormais favorables à la création de leur carnet numérique, et ce en ligne majoritairement à 60%. L’aide des médecins traitants sera cependant sollicitée par 30% des intéressés. Les réfractaires, quant à eux, ne représentant plus que 13% de la population.

Une avancée significative eu égard aux critères qui paralysaient la mise en place du DMP garante d’une bonne coordination des soins, surtout pour les malades chroniques. Manque de temps ou ou oubli (37%), ignorance des conditions d’inscription (26%), manque d’informations (20%) crainte sur la sécurité des données (13%) sont relégués voir annihilés depuis la campagne de sensibilisation.

En savoir plus? A vos claviers: www.DMP.FR

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.