Hôpital : des centaines de patients vulnérables sont violés chaque année

Ecouter l'article :

Chaque année, des centaines de femmes et d'hommes seraient agressés sexuellement dans les hôpitaux, à raison d'un viol par jour.

Au moins 1019 agressions sexuelles ont été signalées par des patients au sein de services de psychiatrie, en Angleterre. Ces chiffres, recensés entre avril 2017 et octobre 2019, ont été publiés par le Health Service Journal.

Les patients souffrant de troubles mentaux sont fréquemment agressés par leurs camarades

Au total, 491 attaques ont été considérées comme “très graves” puisqu’elles nécessitaient des mesures de protection envers les patients, et 104 incidents ont été signalés à la police.

Le taux d'agressions s'avère particulièrement élevé dans les quartiers mixtes des hôpitaux, en comparaison avec les zones unisexes, où l’on compte seulement 286 cas au cours de la même période.

Ces chiffres choquants ont été transmis au gouvernement afin qu’il prenne rapidement des mesures drastiques. Le NHS (système de la santé publique du Royaume-Uni) serait plus particulièrement pointé du doigt en raison d’un manque de place dans les départements psychiatriques des hôpitaux, obligeant les hommes et les femmes à se mélanger.

C’est cette cohabitation qui engendrerait un taux de viol élevé entre les patients ou entre le personnel médical et les malades. Les personnes vulnérables psychologiquement seraient les plus touchées.

Viols : les espaces mixtes dans les hôpitaux en cause

En 2016, Rivkah Grant, âgée de 30 ans, se trouve dans un service de Barnet, Enfield et Haringey Mental Health Trust. Elle est alors agressée sexuellement par un homme du NHS, qui a ensuite été condamné.

Pour la jeune femme, cet incident s’est produit à cause de la disposition de l'hôpital : “La pièce dans laquelle j'étais était juste à côté de l'entrée du couloir principal, il y avait donc des hommes juste devant ma chambre. Je ne pouvais aller nulle part sans traverser une zone mixte et cela signifiait passer entre quatre, cinq ou encore six hommes.

Par conséquent, cette patiente n’avait aucun moyen de sortir de sa chambre. “Je devais m'enfermer tout le temps."

D’autres personnes hospitalisées, comme Andrea Woodside, ont, elles, subi des violences sexuelles en se rendant aux toilettes pour femmes.

Malheureusement, les départements psychiatriques des hôpitaux croulent sous le nombre de patients à prendre en charge et la demande de chambres ne cesse de croître. Ce manque de place a amené les services hospitaliers à mélanger les patients, hommes ou femmes.

Face à une telle urgence, les ministres anglais se sont engagés à éliminer les services mixtes au sein du NHS.

Les chambres non mixtes devront également suivre de nouvelles directives : avoir des zones de couchage, un accès aux salles de bains et des toilettes séparées, sans avoir à passer par une autre zone réservée au sexe opposé.

Les couloirs mixtes et d'autres espaces partagés sont cependant autorisés. Il ne reste plus qu’à espérer que ces mesures suffisent à réduire le nombre de viols.

Un trouble psychique, psychiatrique ou mental désigne un ensemble d’affections et troubles d’origines très différentes entraînant des difficultés dans la vie d’un individu, des souffrances et des troubles du comportement. Les troubles psychiques touchent toutes les populations, sans distinction de sexe ou d’âge. Ils peuvent être chroniques ou permanents.

La dépression, les addictions et les troubles liés à la consommation de drogues ou d’alcool, l’anxiété et les phobies, les troubles de comportement alimentaires, les troubles schizophréniques, bipolaires ou borderlines sont des exemples de troubles psychiques.