Divorce : attention si vous dormez mal !

Avoir des troubles du sommeil après un divorce peut être un signe de mauvaise santé, alerte une étude anglaise.

Des troubles du sommeil persistants après un divorce pourraient révéler une augmentation de la pression sanguine. C'est ce qu'affirme une étude publiée dans le journal Health Psychology. Des chercheurs ont étudié les cas de 138 personnes, pendant les 16 semaines suivant leur divorce ou séparation. De la toux jusqu'aux ronflements en passant par un changement de position constant pour s'endormir, les volontaires ont tout rapporté. Au cours de leurs visites fréquentes au laboratoire, les chercheurs ont mesuré l'évolution de leur pression artérielle.

Un effet cumulateur négatif

Pendant le premier mois, les scientifiques n'ont rien noté de particulier. "Avoir du mal à s'endormir au début de son divorce n'a rien d'anormal, une personne peut tout à fait s'en remettre" explique David Sbarra, auteur de l'étude. En revanche,"au bout de 10 semaines l'effet cumulateur commence à devenir négatif pour la santé. La pression artérielle augmente significativement", ajoute-t-il. En cas d'insomnies persistantes, les chercheurs recommandent aux personnes divorcées de suivre une thérapie comportementale.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):