Plantes et cancer ne font pas forcément bon ménage. Certains produits végétaux utilisés habituellement en phytothérapie présentent en effet des "interactions avec les traitements spécifiques du cancer", alerte le docteur Stéphanie Trager, oncologue pour le Groupe Expert sur les Pratiques non conventionnelles à visée thérapeutiques (PNCAVT) dans une brochure publiée par l’Association Francophone des Soins Oncologiques de Support (AFSOS). Ce groupe de spécialistes a en effet créé des fiches d’informations destinées aux professionnels de santé pour les aider à guider leurs patients qui souhaitent avoir recours à la phytothérapie, car "naturel ne veut pas dire sans risque", avertit la médecin. 10 plantes sont ainsi pointées du doigt.

Ni soja ni sauge sous Tamoxifène

Le Tamoxifène est un médicament fréquemment utilisé contre le cancer du sein. Or la sauge et le soja risquent tous les deux d’abaisser l’efficacité de ce médicament. La sauge est contre-indiquée dans les cancers hormonodépendants (sein, ovaires, utérus) et agit comme un inhibiteur enzymatique, "empêchant la biotransformation notamment du Tamoxifène en produit actif", met en garde l’AFSOS. De son côté, le soja "peut stimuler la croissance des tumeurs oestrogènes dépendantes (sein, ovaires, utérus)". Son usage en compléments alimentaires est donc déconseillé dans ces situations. De plus, il réduit les effets du Tamoxifène et des anti-aromatases, des médicaments utilisés en traitement adjuvant du cancer du sein.
En cas de cancer hormonodépendant, l’AFSOS déconseille également l’utilisation de ginseng. La consommation de compléments de cette dernière plante doit également être interrompue avant toute chirurgie.

Aloé vera, curcuma, pamplemousse et réglisse : des médicaments moins efficaces

Ces quatre plantes sont des inhibiteurs des cytochromes P450, des enzymes qui interviennent dans le métabolisme des médicaments au niveau du foie. C’est pourquoi les experts à l’origine de ces fiches conseils classent l’aloé vera, le curcuma, le pamplemousse et la réglisse parmi les plantes contre-indiquées pendant un traitement contre le cancer.

Ail, gingembre et guarana : des interactions possibles

A forte dose, l’ail interagit "avec certains médicaments". De leur côté, le gingembre et le guarana sont déconseillés avec les anticoagulants et les antiagrégants plaquettaires.
De plus, les experts conseillent d’interrompre la consommation de compléments de gingembre avant une intervention chirurgicale et celle de compléments d’ail au moins sept jours avant une opération.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

Question phytothérapie : Répondre aux patients atteints de cancer. Groupe EXpert de l'AFSOS Pratiques non conventionnelles à visée thérapeutique.

Vidéo : Top 3 des cancers les plus fulgurants

mots-clés : Cancer
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.