Après Sylvie Tellier qui évoquait les difficultés d’une grossesse tardive, c’est au tour d’Adriana Karembeu de se livrer sur son parcours compliqué pour tomber enceinte. Dans une interview accordée au magazine Gala sorti en kiosques le mercredi 11 juillet, l’ex mannequin de 46 ans évoque ses joies mais également ses regrets liés à cette grossesse tant attendue.

Après trois FIV, "ce bébé est une victoire"

En août prochain, Adriana Karembeu et son mari Aram Ohanian accueilleront une petite fille. Un premier enfant que le couple a eu non sans peine, après une fausse couche traumatisante sur laquelle elle s’était confiée à Paris Match en 2017 : "L’année dernière, je suis tombée enceinte et j’étais folle de bonheur ! Malheureusement, c’était un œuf clair que j’ai perdu à sept semaines de grossesse. » « J'étais démoralisée, rapporte-t-elle à Gala. J'avais du mal à croiser des femmes enceintes ou des poussettes dans la rue. J'apprenais à renoncer. Avec Aram nous en étions à considérer l'adoption. »

Finalement, Adriana Karembeu a eu recours à la fécondation in vitro (FIV). Cette méthode n’étant plus accessible passé 42 ans en France, elle a dû se rendre à l’étranger pour la réaliser, et après deux tentatives infructueuses, le miracle s’est produit : "J'étais à Paris et Aram était à Marrakech. Quand j'ai lu le résultat positif du test, j'ai essayé de rester calme. Je savais que ce n'était que le début. Je devais poursuivre mon traitement hormonal et surveiller mes taux d'hormones avec des prises de sang régulières. […] Ce bébé c’est une victoire. Parfois, j’ai encore un peu de mal à réaliser mon bonheur."

"N’attendez pas pour être mère"

Un bonheur qu’elle aurait néanmoins voulu connaître plus tôt. En effet, la future maman explique à quel point il est difficile de tomber enceinte après 40 ans et souhaite le rappeler aux autres femmes : "Même si j'avais des hormones excellentes et même si Aram, plus âgé que moi, avait encore de très bons tests, nous n'étions plus si jeunes et la fertilité décroit avec le temps. La nature ne donnant rien, il a fallu recourir aux FIV. […] Vous voulez être mère ? Alors tardez le moins possible."

Qu’est-ce qu’une FIV ?

En France, selon l’Ined, on estime à 1 sur 30 le nombre de bébés conçus par assistance médicale à la procréation. La FIV est la technique la plus courante. Elle consiste à injecter un spermatozoïde dans un ovule à l’aide d’une pipette, recueillis après une ponction des ovaires pour la femme et une simple masturbation pour l’homme. L’œuf est ensuite implanté dans l’utérus. Un traitement hormonal peut être décidé pour maximiser les chances de concevoir. Le taux de réussite de la FIV serait de 20,3% selon fiv.fr.

> Téléchargez gratuitement le guide mutuelle senior 2022 ! En savoir plus >

Sources

"Adriana se confie sur sa grossesse et ses difficultés". Gala. 10 juillet 2018.
"Adriana Karembeu : son rêve de devenir mère". Paris Match. 25 septembre 2017.
"1 enfant sur 30 conçu par assistance médicale à la procréation en France". Ined. Juin 2018.
"Palmarès des centres de FIV". fiv.fr.

Vidéo : Enceinte à 46 ans, Adriana Karembeu raconte son combat

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.