Poumons : la liste des produits dangereux à éviter à la maison !

Certifié par nos experts médicaux MedisiteAvec les 15 000 litres d’air que l'on respire chaque jour, autant dire que les poumons sont vulnérables aux agressions, à l’extérieur comme à l’intérieur. Plusieurs produits ménagers ou cosmétiques que l’on inhale quotidiennement peuvent déclencher ou aggraver des maladies respiratoires. Voici la liste de ceux à éviter avec le docteur Armine Izadifar et le professeur Philippe Camus, pneumologues.
Poumons : la liste des produits dangereux à éviter à la maison !Istock
Sommaire

L’eau de Javel "extrêmement irritante"

L’eau de Javel est un produit détergent que l’on apprécie particulièrement pour son côté multifonction. Il désinfecte les sols, permet de redonner de l’éclat à un vêtement blanc ou encore élimine les moisissures sur les murs. Pourtant, selon le docteur Armine Izadifar, pneumologue, s’il y a bien un produit ménager auquel il faut faire attention, c’est celui-ci : "Il est extrêmement irritant pour les voies respiratoires", explique-t-il.

Tellement irritant qu’une étude présentée au congrès de la Société Européenne de Pneumologie en 2017 affirme qu’une utilisation régulière d’eau de Javel augmente de 22 à 32% les risques de développer la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO), maladie inflammatoire des bronches (1). "À part une utilisation pour le nettoyage des toilettes, il faut vraiment l’utiliser peu et prudemment pour l’entretien de la maison", avertit donc le Dr Izadifar.

Encens, bougies parfumées, désodorisants : ils "diminuent la fonction respiratoire"

À la maison, on aime quand ça sent bon. Alors on ne lésine pas sur les moyens : bâtons d’encens, bougies parfumées, désodorisants… tout y passe. Mais là encore, le Dr Izadifar prévient : "On déconseille fortement l’utilisation de ces produits aux patients asthmatiques et à ceux souffrants de pathologies respiratoires, car ils ont tous montré une diminution de la fonction respiratoire."

Et si les risques sur les individus sains ne sont pas bien connus, une étude menée par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) en juillet 2017 a révélé que l’encens et les bougies libèrent, lors de la combustion, des gaz et des particules potentiellement toxiques comme le benzène et le formaldéhyde, des composés organiques volatils (COV) classés cancérigènes par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) (2). Quant aux désodorisants et autres sprays assainissants, gare à l’arnaque : ils vantent l’utilisation d’huiles essentielles et donc de produits naturels et sans danger dans leur composition, mais selon le magazine 60 Millions de consommateurs, ils contiennent en réalité "des substances allergènes, irritantes, voire toxiques" pour le consommateur (3).

Vidéo : 5 bêtises à éviter absolument pour un intérieur vraiment propre

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

Remerciements au docteur Armine Izadifar et au professeur Philippe Camus, pneumologues.

(1) "Occupational exposure to disinfectants and asthma control in U.S. nurses". European Respiratory Society. 5 octobre 2017.

(2) "Exposition aux polluants émis par les bougies et les encens dans les environnements intérieurs". ADEME. Juillet 2017.

(3) "Sprays assainissants : une pollution majeure de l’air intérieur". 60 Millions de consommateurs. 9 mars 2017. 

(4) "Sprays aérosols: quels sont les risques pour la santé ?". OFSP. Août 2013.

(5) "Ammoniac et solutions d'ammoniaque". Centre antipoison.

(6) "Entretien de la maison - traquez les molécules toxiques". Magazine 60 Millions de consommateurs, n°518. Septembre 2016.

(7) "Cleaning at Home and at Work in Relation to Lung Function Decline and Airway Obstruction". ATS Journals. 1er mai 2018.

(8) "La pollution de l'air en intérieur". ELF.

"Sprays imperméabilisants". Centre antipoison.

"Allergies au parfum". Commission européenne.

Voir plus