Champignons, insectes, parasites : votre sapin de Noël est bourré d'allergènes !

Alors que les sapins apparaissent dans tous les foyers, plusieurs experts mettent en garde contre les nombreux allergènes qu’ils abritent. Et pour cause, votre arbre de Noël n’est peut-être pas étranger à vos derniers éternuements. Il peut provoquer des réactions allergiques, comme de l’asthme.

Les fêtes de Noël approchent, et à en croire les sapins qui trônent déjà dans les salons, vous êtes tous impatients de célébrer la plus belle fête de l’année. Néanmoins, attention. Les allergènes ne pratiquent pas de trêves hivernales et se dissimulent aussi dans votre arbre de Noël. Des infectiologues et allergologues nous mettent en garde.

"Ils introduisent un certain nombre d’allergènes dans nos maisons, en cette joyeuse période de fête", estime le Dr Morris, allergologue, interviewé par la presse anglaise. Ce dernier fait référence aux moisissures allergènes, au pollen d’arbre, insectes et résines.

Les réactions principales ? La dermatite de contact (inflammation cutanée) et les problèmes respiratoires, qui peuvent aller jusqu’à l’asthme. "Pour les enfants et les adultes allergiques, c'est un risque non négligeable", indique de son côté le Pr Stéphane Gayet, infectiologue et hygiéniste eu CHU de Strasbourg, contacté par Medisite.

Les "vrais" sapins, colonisés par des bactéries et champignons

Contre toute attente, ce sont les sapins authentiques, issus de l’agriculture biologique, qui constituent la plus grande menace, en termes de réaction allergique. "Ces derniers comprennent les moisissures allergènes, le pollen des arbres, les insectes et les résines, qui peuvent tous causer des allergies cutanées, des symptômes nasaux (rhinite) et de l'asthme", alerte le Dr Morris.

"En effet, introduire un sapin de Noël produit de façon biologique, c'est plus ou moins fatalement introduire dans son intérieur des colonies de bactéries, de champignons et divers insectes cachés dans le tronc ou les branches", nous explique le Pr Stéphane Gayet à son tour.

Et pour cause, tous les végétaux issus de l'agriculture biologique sont, en principe, cultivés sans produits bactéricides, fongicides ni insecticides. "Leurs racines, leur tronc, leurs tiges, leurs feuilles et leurs fruits sont en principe dépourvus de tous produits chimiques, autres que ceux qu'ils ont captés inéluctablement par le sol et par l'air en dépit de toutes les précautions prises, poursuit le Pr Gayet. Dès lors, ces végétaux sont colonisés par des bactéries, des champignons et des insectes parasites".

"Il ne faudrait pas que l'agriculture biologique ne devienne une mode que l'on suive à tout prix, estime l’infectiologue. Son principe est indiscutablement bon, mais il ne faut pas faire n'importe quoi au motif de la sacrosainte agriculture biologique".

Les sapins vendus non coupés : encore plus de champignons et de parasites !

"Il ne faut pas oublier qu'un sapin coupé reste un être vivant. Il respire et a besoin de chaleur et d'humidité pour rester en vie, conditions précisément réunies dans nos intérieurs chauffés, déclare encore le Pr Gayet. La chaleur, souvent humide, de nos demeures favorise le prolongement de la vie de l'arbre ainsi que la prolifération de tous ses habitants microbiens et parasites".

Si nous craignons naturellement que notre arbre de Noël ne se dessèche, nous nous efforçons de lui apporter de l'humidité. Cette habitude est certes, bénéfique pour l'arbre coupé mais aussi pour ses habitants.

En outre, si le sapin est vendu non coupé (dans un pot avec de la terre), c’est encore plus dangereux sur le plan des champignons et parasites, selon le Professeur. "On croit bien faire, mais on ne connaît pas les dangers d'une terre de serre, estime-t-il. Champignons, vers et insectes s’y développent. On y trouve parfois même des vers tueurs de lombrics [vers qui se nourrissent des vers de terre, autrement appelés plathelminthes terrestres, ndlr]".

Les sapins synthétiques ? Oui, mais…

"Dans ce cas, il serait peut-être plus approprié d’avoir un arbre synthétique, mais assurez-vous qu’il n’ait pas collecté des nids de poussière dans le grenier au cours de la dernière année", renchérit le Dr Morris.

En outre, le Pr Gayet met en garde sur la présence d’acariens qu’implique les amas de poussière. "Ils sont la cause d’allergies à la poussière de maison", explique l’expert.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

Merci au Pr Stéphane Gayet, infectiologue et hygiéniste au CHU de Strasbourg, interviewé par Medisite le 2 décembre 2019

The 10 everyday products and places that can make you allergic to your own home, The Mirror, 30 novembre 2019