Sommaire

Une angoisse liée aux préoccupations environnementales

La canicule, les sécheresses… Le temps est de plus en plus déréglé donc forcément ça inquiète car on voit les effets de toutes nos mauvaises actions menées ces dernières décennies !”, s’exclame Gwendoline. Agée de 22 ans, la jeune femme reflète les nombreuses inquiétudes de sa génération concernant l’avenir. “On sait que plus ça va aller, et plus les choses vont empirer.” Cette nouvelle forme d’angoisse touche surtout les plus jeunes, mais pas uniquement. On l’appelle “l’éco-anxiété”.

De plus en plus de personnes deviennent éco-anxieuses

“L’éco-anxiété est une forte préoccupation liée à des questions environnementales, une impression de fin du monde, de scénarios catastrophiques qui se multiplient et s’accélèrent”, explique la psychologue lyonnaise Souad Cousinier-Lazaar.

Dans son cabinet, à l’hôpital, ou lors de ses interventions dans des écoles auprès d’étudiants, la spécialiste rencontre de plus en plus de personnes souffrant de ces mêmes angoisses. “Je vois arriver des jeunes et des moins jeunes, des futures mamans, mais surtout des trentenaires et autant les femmes que les hommes. Ils se posent souvent la question de construire ou non une famille sur des modèles qui les entourent alors que des scénarios catastrophes se dessinent.”

“Le covid a clairement accéléré les choses”

“Je le vois beaucoup depuis 2020, mais il y a eu une nette augmentation en 2021. La crise du Covid-19 a joué un rôle accélérateur dans ces préoccupations car c’est cette idée qu’on perd le contrôle de notre environnement, de notre société et de notre corps qui angoisse”, affirme la psychologue. Une enquête Ifop réalisée auprès de 1000 Français pour la fondation Jean Jaurès confirme que la crise sanitaire a largement détérioré la santé mentale des jeunes adultes. 40 % des Français déclarent être plus déprimés depuis le début de la pandémie et 62 % des 18-24 ans ont indiqué avoir déjà eu des pensées suicidaires depuis septembre 2021, contre 34 % de la population globale.

Les symptômes de l’éco-anxiété

L’anxiété est un signe de souffrance qui peut concerner d’autres questions que celles liées à l’environnement”, rappelle Souad Cousinier-Lazaar. Cet état anxieux peut se manifester à travers plusieurs symptômes comme “une impossibilité à faire quelque chose, une rumination qui arrive surtout le soir au moment de dormir, ou encore des pensées excessives sur un sujet en particulier”.

Un sentiment d’impuissance qui angoisse l’individu

“L’individu peut se sentir impuissant par rapport aux signaux d’alerte de fin du monde, notamment avec la hausse des incendies ou des sécheresses actuellement.” La personne anxieuse ne supporte pas le sentiment d'être spectatrice d’un événement néfaste et pour lequel elle n’a pas du tout le contrôle alors qu’il peut potentiellement se répercuter sur d’autres champs de sa vie quotidienne. “Cela peut même venir modifier les projets d’une personne qui voulait peut être fonder une famille. Elle se pose alors des questions telles que : quel monde vais-je laisser à mon enfant ? est-ce-que ça vaut vraiment la peine d’en avoir un ?”.

Aider un individu éco-anxieux

Vous souffrez d’éco-anxiété ? Vous avez un proche qui est dans cette situation ? La psychologue Souad Cousinier-Lazaar conseille dans un premier temps la communication. “En parler en famille ou entre amis est très important.” Mais les mots ne suffisent généralement pas, il faut agir.

Ne pas rester passif sur les questions anxiogènes

“Il n’y a pas une solution ou des solutions ! Même si le phénomène est collectif, ce sont des questions très personnelles. Il faut donc aller chercher soi-même des solutions, trouver quelque chose qui va permettre d’apaiser cette anxiété en étant acteur, car c’est le sentiment d’impuissance qui amène à une véritable paralysie et à une culpabilité”, explique-t-elle. “Les gestes de la vie quotidienne sont remis en question donc l'individu doit avoir le sentiment d’agir dans la vie de tous les jours pour soulager sa conscience, tout en ayant un sentiment d’épanouissement” liée à ses bonnes actions.

Quand l’éco-anxiété devient trop puissante, la spécialiste conseille de consulter un professionnel de santé, “car derrière cette question il y a toujours des questions plus personnelles, avec souvent des expériences vécues durant l’enfance qui viennent se révéler.”

Sources

Merci à Souad Cousinier-Lazaar, psychologue à Lyon

https://www.jean-jaures.org/wp-content/uploads/2022/07/Enquete-suicide-en-Europe.pdf 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.