Trois cas de scorbut enregistrés dans les Alpes-Maritimes

Maladie que l’on pensait éradiquée dans les pays développés, le scorbut fait de nouvelles victimes en France. Trois cas ont été diagnostiqués au cours des six derniers mois.

Le scorbut est de retour en France. En l’espace de six mois, trois cas ont déjà été recensés dans le département des Alpes-Maritimes. Un constat rapporté par trois médecins du service rhumatologie du CHU de Nice, dans la revue La Presse Médicale.

Maladie due à une carence en vitamine C, le scorbut peut être mortel

Entre le mois d’août 2017 et janvier 2018, deux femmes âgées de 60 et 74 ans et un homme de 61 ans ont été diagnostiqués du scorbut. Cette maladie, que l’on pensait éradiquée dans les pays occidentaux, est liée à une forte carence en vitamine C et souvent la conséquence d’une mauvaise alimentation.

En effet, notre organisme ne sait pas produire cette vitamine naturellement, il est donc important de consommer des fruits et des légumes quotidiennement pour ne pas en manquer.

Celle qu’on appelait “la maladie des marins” - qui en souffraient souvent pendant les longs voyages en mer - se caractérise notamment par une fatigue intense, une anémie, une perte de cheveux, des saignements des gencives et des dents qui se déchaussent. D’autres symptômes peuvent toutefois être enregistrés (hématomes spontanés, saignements…). Dans sa forme la plus grave, elle peut entraîner la mort.

Le scorbut, de retour à cause de nos mauvaises habitudes alimentaires

Mais pourquoi cette maladie, qui a principalement sévi de la Renaissance au XVIIIe siècle, est-elle de retour dans notre ère moderne ? Selon les chercheurs, ce serait dû à nos mauvaises habitudes alimentaires. Fast-food, plats préparés, sandwichs… Ce type de nourriture ne comble pas nos besoins en vitamines et minéraux. Si l’on n’en consomme que de temps en temps, ce n’est pas en problème, mais en faire la base de son alimentation peut rapidement provoquer des carences.

En 2015, une dizaine de cas de scorbut avait déjà été rapporté par des médecins de Limoges. La plupart de ces patients ne mangeait pas trois repas par jour, certains étaient alcooliques, d’autres malades. D’après les soignants, cette pathologie serait sous-diagnostiquée.

Les personnes en difficultés financières, plus concernées par la maladie

Selon les médecins niçois, ces nouveaux cas ne signifient pas forcément une recrudescence du scorbut. Les malades enregistrés dans l’hexagone sont souvent en situation de précarité, ou dépendants à l’alcool. Néanmoins, le retour de cette maladie ancienne révèle les limites de certains modes de consommation moderne.

Un médecin américain, le Dr. Eric Churchill, consacre actuellement une étude à la réapparition du scorbut en milieu urbain. “Nous avons diagnostiqué notre premier cas il y a cinq ou six ans”, a-t-il expliqué au webzine ScienceAlert. “Depuis, nous avons diagnostiqué quelque chose comme vingt ou trente cas”.

Le spécialiste a constaté que cette maladie avait tendance à se manifester dans les zones défavorisées. “De nombreuses personnes qui ont des difficultés à se payer à manger ont tendance à choisir des aliments riches en matières grasses, en calories et très nourrissants”, souligne-t-il.

Dans le documentaire Vitamania, hébergé sur Youtube, le médecin précise que “si vous avez un budget nourriture limité, c’est le type de repas qui vous calera et vous satisfera davantage que de manger des fruits et des légumes”.

Scorbut : quels traitements ?

Côté traitement, une injection de vitamine C en intraveineuse permet de combler rapidement la carence. La maladie peut aussi se soigner par la prise d’une supplémentation par voie orale, à raison de 500 mg à 1 g de vitamine C par jour, pendant deux semaines. Dès les premiers jours, une amélioration des symptômes peut être observée.

Bien sûr, le meilleur remède reste la prévention. Pour cela, le mieux est de consommer cinq fruits et légumes par jour - de préférence, de saison - et d’éviter les régimes alimentaires restrictifs.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.