Hammam, sauna : quels sont les risques pour la santé ?

Bain de vapeur sèche ou bain de vapeur humide, sauna et hammam sont réputés pour leurs bienfaits notamment en termes de détente musculaire, de bien-être, de purification de la peau. Mais ces bains de vapeur sont-ils indiqués pour tous ? Existe-t-il des contre-indications pour le sauna et le hammam, comme l’angor instable ?
Istock

Les bienfaits du sauna

Le sauna est une pratique finlandaise datant de plus de 2 millénaires. Il s’agit d’un bain de chaleur sèche dont la température oscille entre 70 et 100 degrés. Les bienfaits sont multiples. La chaleur libérant des endorphines, la personne ressent une sensation de bien-être. Par ailleurs, les vaisseaux sanguins se dilatent sous l’effet de la chaleur, ce qui améliore la circulation sanguine et diminue les tensions musculaires. Enfin, le sauna provoque une importante sudation sous l’effet de la dilatation des pores, ce qui permet de nettoyer la peau des toxines.

Les contre-indications du sauna en cas d’angor instable et autres pathologies

Une des principales contre-indications du sauna est l’angor instable. Derrière ce terme se cache une douleur thoracique aiguë provoquée par l’obstruction d’une artère coronaire, sans infarctus associé. Le sauna est à éviter aussi en cas d’infarctus du myocarde ou d’AVC récent. Les personnes sous traitement hypertenseur doivent de même éviter le sauna car, sous l’effet de la chaleur, les veines se dilatent et le débit sanguin diminue, ce qui fait chuter la tension et peut provoquer un malaise. Mêmes réserves pour les personnes asthmatiques ou ayant des problèmes de circulation sanguine : l’avis préalable du médecin est requis.

Les bienfaits du hammam

Le hammam est quant à lui un bain de vapeur d’origine orientale, qui combine chaleur et humidité (vapeur d’eau). Les bienfaits du hammam sont divers. Il procure une détente musculaire et a des vertus antalgiques grâce à la chaleur humide qu’il dégage : il permet donc une meilleure récupération physique après l’effort. Comme le sauna, il libère des endorphines et procure par conséquent une sensation de bien-être. Par ailleurs, associé à des douches glacées, il stimule la circulation sanguine. Enfin, avec un taux d’humidité qui avoisine les 100 %, le hammam a des effets positifs sur les affections respiratoires de type sinusite, bronchite ou grippe, car il stimule la production de mucus et favorise la respiration.

Les contre-indications du hammam

Le hammam offre certes un moment de détente mais ce n’est pas une pratique sans risques. En effet, ces bains de chaleur humide sont propices aux infections bactériennes, les bactéries affectionnant les ambiances humides et chaudes. Il convient donc de ne pas entrer nu dans un hammam mais enveloppé d’une serviette ou en sous-vêtements pour limiter les risques d’infection. D’autre part, sous l’effet de la chaleur, les pores de la peau se dilatent et une forte sudation en résulte : les risques de déshydratation après une séance de hammam sont donc forts si la personne ne pense pas à boire beaucoup d’eau ensuite. Enfin, les vaisseaux sanguins se dilatant sous l’effet de la chaleur, il est conseillé de demander l’avis de son médecin en cas de problèmes cardiaques ou vasculaires.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):