Sommaire

Qui dit mois de novembre, dit mois sans tabac. Cette année encore a débuté dès le 1er novembre la 7ème édition de l’opération Mois sans tabac. Créée en 2016 à l’initiative de Santé publique France et du Ministère des Solidarités et de la Santé, en partenariat avec l’Assurance Maladie. Comme le rappelle Santé Publique France, le Mois sans tabac propose aux fumeurs "un accompagnement personnalisé au sevrage et renforce cette année son dispositif avec un nouveau service leur facilitant l’accès à une consultation d’aide à l’arrêt" de fumer. Pour rappel, le tabac reste aujourd'hui la première cause évitable de mortalité en France.

Alors qu'une nouvelle hausse des prix des cigarettes est prévue, la gouvernement s'est récemment félicité de cette politique et de son effet sur la baisse du nombre de fumeurs en France. Le 27 septembre dernier, François Braun a assuré au micro de franceinfo que "2 millions de nos concitoyens ont arrêté de fumer depuis qu’on a augmenté le paquet de cigarettes". Dans un dossier de presse consacré au projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS), les ministères assurent que "la précédente trajectoire de renforcement de la fiscalité sur les produits du tabac entre 2018 et 2020, qui a conduit à un relèvement du prix du paquet de cigarettes au-delà de 10 euros, a permis une baisse sans précédent de la consommation de ces produits (-22 % de volume entre 2017 et 2021 et une prévalence du tabagisme en recul de trois points selon les données Santé publique France, soit près de 2 millions de Français qui ont arrêté de fumer depuis 2017)".

Le travail de communication paye également puisqu'aujourd’hui, 78 % des Français ont une image négative du tabac, soit 6 points de plus qu’il y a 2 ans. Si 59 % des fumeurs assurentavoir envie d’arrêter, ils restent environ 15 millions en France (25,5 % de la population adulte). L'opération Mois sans tabac joue également quand on sait qu'arrêter le tabac 30 jours en novembre, c'est mulitiplier par 5 fois ses chances d'en finir définitivement avec la cigarette. "Nous ne sommes pas du tout contre la cigarette. Mais il faut toujours garder l’idée de s’en servir de moins en moins pour l’arrêter à un certain moment. Certains l’utilisent à longueur de journée et ce n’est pas bon", encourage auprès de France 3 Sophie Rambourg-Hugo, infirmière tabacologue comportementaliste au CHRU de Tours.

Mois sans tabac 2022 : une communication de grande ampleur

Pour cette édition 2022 du Mois sans tabac, une campagne de communication nationale de grande ampleur a été mise en oeuvre depuis le début du mois d’octobre. Une communication à grande échelle aux nouvelles couleurs déployée dans toute la France grâce à :

  • des affiches dans 18 000 pharmacies, centres commerciaux, commerces de proximité et en gare ;
  • des posts sur les réseaux sociaux et des bannières sur de nombreux sites Internet partenaires ;

Cette année, des spots publicitaires ont également été diffusés sur les chaînes nationales et déclinés en formats radio et vidéo en ligne, reprenant le slogan de la campagne : "Vous n’étiez pas seul quand vous avez commencé, vous ne serez pas seul pour arrêter". Pour cette 7e édition, la volonté a été de remettre la démarche collective au centre de l’opération en soulignant l'importance du soutien de l'entourage dans le sevrage du tabac.

Une démarche qui s'inscrit dans l'initiative même de l'opération du Mois sans tabac. Pour rappel, cet événement annuel mené à l’initiative de Santé publique France et du Ministère de la Santé et de la Prévention permet aux fumeurs de bénéficier d’un accompagnement quotidien pour arrêter le tabac, qui reste la première cause évitable de mortalité en France.

Lutter contre le tabagisme étantune priorité de santé publique, cette année pour la 7e édition du Mois sans tabac, le Conseil national de l’ordre des masseurs-kinésithérapeutes a décidé de soutenir pleinement cette action. N'hésitez pas à parler à votre kinésithérapeute de votre démarche d'arrêt du tabac, il peut vous accompagner, notamment en vous prescrivant des substituts nicotiniques.

Comment s'inscrire pour en finir avec la cigarette ? Comment obtenir son kit gratuit de 40 jours ? Quelle est la liste des événements et opérations organisées pour vous aider dans votre parcours de sevrage ? Medisite fait un tour d’horizon pour tout savoir sur l'édition 2022.

Mois sans tabac : où s’inscrire pour en finir avec le tabac ?

Les fumeurs étaient invités à s’inscrire durant tout le mois d’octobre via le sitehttps://mois-sans-tabac.tabac-info-service.fr/ pour relever ce défi dès le 1er novembre. 40 835 fumeurs se sont déjà inscrits à cette nouvelle édition de Mois sans tabac qui se déroule pendant tout le mois de novembre 2022, organisé par le Ministère chargé de la Santé, de l'Assurance Maladie et de Santé publique France. Pour rappel, le tabac reste aujourd’hui la première cause évitable de mortalité en France. Alors qu’on notait une baisse du tabagisme en France métropolitaine de 1,9 million de fumeurs quotidiens entre 2014 et 2019, les derniers résultats du Baromètre de Santé publique France publiés en mai 2021 montrent que la prévalence s’est stabilisée en 2020, avec 25,5% de fumeurs quotidiens, sans variation significative par rapport à 2019. Il reste donc important d’accompagner les fumeurs dans leur arrêt du tabac.

Pour rappel, comme le précise le site du gouvernement, pour vous aider à arrêter de fumer, avec le Mois sans tabac vous bénéficiez de plusieurs dispositifs d'aide :

  • Une consultation avec un professionnel de l’arrêt du tabac ;
  • Un kit d’aide à l’arrêt avec votre programme de 40 jours ;
  • Des divertissements pour ne pas craquer ;
  • Toute une communauté ayant décidé d’arrêter de fumer pour partager vos doutes et vos astuces ;
  • De l’entraide grâce à la page Facebook et Instagram du Mois sans tabac.

Pourquoi un mois pour en finir avec le tabac ?

Lutter contre le tabagisme reste donc une priorité de santé publique. Avec Mois sans tabac, Santé publique France a souhaité inviter les fumeurs à arrêter de fumer tous ensemble pendant un mois pendant le mois de novembre. Une opération de santé publique qui a une base scientifique puisque selon Santé publique France "ces 30 jours sont essentiels car ils multiplient par 5 les chances d’arrêter de fumer définitivement lorsque ce premier défi est accompli". En effet selon l’organisme, au-delà de 30 jours, les symptômes de manque du tabac tels que la nervosité ou l’irritabilité sont largement réduits. Arrêter un mois de fumer, c’est donc faire un grand pas dans l’arrêt définitif du tabac.

Mois sans tabac : quel intérêt pour une ex-fumeuse ?

Le Mois sans tabac peut être une aide précieuse selon Céline, qui a arrêté le tabac il y a deux mois. "Je pense que ça peut permettre de donner des clés quand les gens ne savent pas par quel bout s’y prendre et quels moyens choisir pour arrêter de fumer. Après moi j’ai jamais eu le déclic avant d’arrêter de fumer, mais après avoir commencé car je voulais pas retourner en arrière. Je pense que si on attend le déclic on arrête jamais", confie la jeune femme à Medisite. En revanche,Céline trouve que la démarche de parler à quelqu’un est essentielle pour les fumeurs."Faire un bilan avec un médecin généraliste qui est bienveillant par exemple est essentiel, car les fumeurs n’ont pas envie qu’on les juge parce qu’ils savent bien que fumer n’est pas bon pour la santé. Avoir quelqu’un à l’écoute comme avec les gens du 'Mois sans tabac' peut être bénéfique car les gens ne sont pas là pour les juger".

L'ancienne fumeuse estime que "les professionnels de l’arrêt du tabac pourront par exemple déceler une motivation à laquelle nous n’aurions pas pensé seul". Si la jeune maman ne compte pas revenir en arrière, c’est notamment grâce à une phrase de son médecin qui l'a profondément marquée : "Si tu arrêtes de fumer maintenant, tu retrouveras les poumons d’un non-fumeur". "Je me suis dit j’ai cette opportunité, il faut que je la saisisse maintenant. Si on trouve toujours l’argent pour fumer, les bénéfices sur la santé on peut vite les voir, ne serait-ce que quand on marche ou quand on monte des escaliers", conclut Céline.

Mois sans tabac en quelques chiffres

Plus de 900 000 inscriptions depuis la 1ère édition en 2016

Une édition 2020 couronnée de succès :

  • plus de 125 000 inscrits malgré le contexte de crise sanitaire
  • plus de 123 000 téléchargements de l’application
  • plus de 85 000 personnes se sont inscrites au nouveau “programme 40 jours” par mail
  • près de 139 000 fans sur la page Facebook et 5 700 followers sur Twitter

1,8 million de tentatives d’arrêt depuis 2019

Les nouvelles données du Baromètre de Santé publique France montrent que les résultats vont bien au-delà du nombre d’inscrits officiel : sur la période 2016-2019, près de 1,8 million de tentatives d’arrêt attribuables à Mois sans tabac étaient comptabilisées, soit plus du double du nombre d’inscriptions en ligne. Plus précisément, le taux de tentatives d’arrêt attribuables à Mois sans tabac a significativement augmenté entre 2017 (2,9%) et 2018 (4,8%), avant de se stabiliser en 2019 (4,3%).

Un accompagnement avec des professionnels

L’aide et l’accompagnement d’un professionnel de santé augmentant de 70% les chances de réussir son sevrage tabagique, Mois sans tabac facilite l’accès à un entretien avec un professionnel de santé pour arrêter de fumer. Via un espace dédié sur le site internet, chaque participant pourra trouver un entretien d’aide à l’arrêt du tabac correspondant à ses attentes : une consultation avec un professionnel de santé en présentiel, une consultation par téléphone grâce au 39 89, des entretiens individuels ou collectifs proche de chez lui ou en visio-conférence. L’objectif : rendre le dispositif encore plus efficace et augmenter les chances de succès des participants.

Comment obtenir son kit ?

Chaque participant peut obtenir son kit en se connectant sur le site de Tabac Info Service. Le kit pour arrêter de fumer comporte 4 éléments :

  • Le guide " Je me prépare " pour faire le point sur la dépendance, la motivation et les différentes méthodes d'arrêt avant de se lancer ;
  • " L'agenda, 30 jours pour arrêter de fumer " dispense chaque jour encouragements, conseils et activités pour oublier la cigarette ;
  • Un disque pour calculer les économies réalisées en fonction de sa consommation quotidienne ;
  • Le dépliant " Le stress ne passera pas par moi " permet de surmonter les envies de fumer grâce à des exercices de

Quels substituts pour arrêter le tabac ?

Les traitements par substituts nicotiniques ont prouvé leur efficacité dans l’arrêt du tabac. D'un point de vue économique, ils sont remboursés par l’Assurance Maladie, sur prescription, depuis 2018. Depuis la première opération, le remboursement de ces traitements augmente particulièrement dès le mois d’octobre et durant toute l’opération Mois sans tabac, et perdure plusieurs mois après, témoignant d’une démarche active d’arrêt du tabac. En 2020, environ un million de personnes en France ont eu recours à ces traitements pour arrêter de fumer. Selon les données de Santé publique France chiffre a triplé en trois ans, notamment grâce à leur remboursement.

Pendant l'opération Mois sans tabac, de nombreuses solutions pour arrêter de fumer vous seront proposées, notamment l'hypnose. Dans le cadre de l’hypnose, le praticien communique avec l’inconscient du fumeur pour trouver les véritables raisons qui l’empêchent de se délivrer de la cigarette. Il communique en particulier avec la partie de son être qui souhaite, secrètement, se débarrasser du tabac. Lors de la première session, un diagnostic complet est réalisé. Certains patients comparent parfois cette séance à une mini-psychothérapie. Le praticien pose plusieurs questions pour connaître le rapport existant entre le fumeur et la cigarette. Puis il le sensibilise sur les dangers du tabac et les bienfaits du sevrage. Selon les chiffres de l'association française pour l'étude de l'hypnose, le taux de réussite dans l'arrêt du tabac par hypnose est de 72% un mois après la séance, 63% à deux mois, 45% à trois mois et 35 à 40% à six mois.

Arrêt du tabac : 4 moyens pour trouver sa propre stratégie

Sur le site tabac-info-service, on vous donne quelques méthodes possibles afin de créer la stratégie unique et personnalisée qui vous convient :

  • Arrêter avec des patchs ou d’autres formes de substituts nicotiniques
  • Vous faire aider par un t abacologue. "En appelant le 39 89, vous pouvez vous faire suivre gratuitement par un tabacologue au téléphone ou obtenir les coordonnées d’un tabacologue proche de chez vous".
  • Vous pouvez arrêter seul et télécharger l’application Tabac info service pour "bénéficier de conseils et d’un tableau de bord pour observer votre progression".
  • Vous pouvez bénéficier d’une thérapie cognitive et comportementale. En effet, "cette méthode, spécialisée dans le changement de comportement, peut vous être proposée par les tabacologues et d’autres professionnels de santé".

Comment le tabac met votre cœur en danger ?

Comme le rappelle la Fédération française de cardiologie, le tabac est, "avec l’excès de cholestérol, l’hypertension artérielle et le diabète, un des grands facteurs de risque cardiovasculaire". En effet, si plusieurs de nos organes sont touchés par l’action du tabac, "notre cœur en particulier est moins bien oxygéné, la paroi de nos artères s’abîme et leur calibre rétrécit".

L'association liste les effets que peuvent avoir la consommation de tabac à court et à long terme. En effet les risques du tabac sur votre cœur sont doubles dans le temps :

  • Les effets à court terme :
  • le tabac favorise la survenue de spasmes des artères (rétrécissement brutal),
  • la formation de caillots et l’apparition de troubles du rythme cardiaque.

Selon la Fédération française de cardiologie, "ces mécanismes expliquent la brutalité des accidents cardiovasculaires : infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral, mort subite".

  • Les effets à long terme :
  • Le tabac abîme progressivement vos artères et de façon encore plus rapide et
    importante lorsque vous présentez d’autres facteurs de risque.
  • Associés à un excès de cholestérol, une hypertension artérielle
    ou un diabète, les méfaits du tabac pour le cœur vont se multiplier.

Cancer du poumon : ce symptômes inquiétant s'il dure plus de 2 semaines

En France, le cancer du poumon touche chaque année près de 40 000 personnes et 80 à 90% des cas sont liés au tabac. "Faites attention aux symptômes du cancer du poumon– comme une toux qui dure plus de deux ou trois semaines, des infections pulmonaires récurrentes, un essoufflement ou des douleurs lors de la respiration – et consultez votre médecin généraliste si vous avez des doutes", partage John Costello, pneumologue interrogé par nos confrères de l'Independant.

Selon une récente étude scientifique publiée dans la revue PLOS ONE, on peut aussi retrouver une "multitude de sensations corporelles qui sont souvent non spécifiques, difficiles à comprendre et souvent initialement non reconnues comme révélatrices d'un cancer du poumon par la personne atteinte". Si vous vous sentez fatigué,essoufflé constamment,si vous manquez d'appétit, si vous avez des sueurs nocturnes ou des enrouements, cela peut aussi être révélateur.

Quels étaient les parrains 2021 du Mois sans tabac ?

Cette année, ce sont trois animateurs qui ont été nommés parrains du Mois sans tabac 2021. Il s’agit de Christophe Beaugrand-Gérin (TF1), Adriana Karembeu (France Télévisions) et Stéphane Plaza (M6). Les trois animateurs vont être directement impliqués en échangeant avec des anciens fumeurs sur leurs motivations, leurs astuces, leurs peurs. Ils encouragent les fumeurs à s'inscrire à Mois sans tabac et apportent des solutions concrètes pour relever ce défi au travers de 10 spots TV de 30 secondes.

"Le Mois sans tabac est une cause qui me tient vraiment à cœur car trop de mes proches fument encore et n‘arrivent pas arrêter. Je me demande même comment les cigarettes peuvent toujours exister ! Les gens ont encore du mal à prendre conscience des ravages du tabac sur leur santé mais aussi sur celle de leurs enfants et de ceux qui les entourent… C’est important pour moi d’envoyer des messages positifs à tous ceux qui souhaitent arrêter de fumer, car il n’est jamais trop tard pour se lancer", assure Adriana Karembeu.

Dans le cadre de l’Appel à projets "Mois sans tabac 2021" porté par l’Assurance Maladie, plus de 300 projets d’aide à l’arrêt du tabac ont été retenus, signe de la belle mobilisation pour cette 6ème édition du Mois sans Tabac. Nouveauté cette année, Mois sans tabac va utiliser Wanted Community, une communauté d'entraide et de coopération sociale présente sur Facebook, pour promouvoir le sevrage tabagique durant les mois d’octobre et novembre. Un partenariat qui permettra de faire passer des messages de solidarité à près d'un million de membres, répartis dans une dizaine de villes françaises.

Sources

6ème édition du défi Mois sans tabac : les inscriptions sont ouvertes !, Santé publique France, 4 octobre 2021. 

https://www.santepubliquefrance.fr/presse/2021/6eme-edition-du-defi-mois-sans-tabac-les-inscriptions-sont-ouvertes

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.